Vous êtes ici

Coronavirus : quels enjeux de conditions de travail  ?

Bloc des outils de page

Envoyer la page par email

Ajouter à ma liste de lecture

Priorités en matière de conditions de travail, actions du réseau Anact-Aract, conseils pour l’action… Richard Abadie, directeur général de l’Anact revient sur la crise sanitaire actuelle.

Coronavirus : quels enjeux de conditions de travail  ?

Près de 10 jours après les annonces en matière de confinement, quels sont les principaux enjeux face à la pandémie actuelle ?

La question de la prévention du risque sanitaire est, bien sûr, essentielle concernant les salariés qui poursuivent leur activité sur les lieux de travail. Dans un tel contexte, la disponibilité des moyens de protection est une source de préoccupation forte. Mais elle ne doit pas occulter les questions liées à l’organisation du travail. Je pense à la dimension organisationnelle du risque sanitaire avec, par exemple, la nécessité pour les salariés exposés de pouvoir bénéficier effectivement des temps de pause indispensables au respect de certaines consignes comme se laver les mains ou de disposer des informations leur permettant de prioriser leur travail dans de bonnes conditions.

Je pense aussi plus largement, aux effets des organisations du travail qui ont été mises en œuvre face à ce contexte inédit. La rotation des horaires, la polyvalence, le remplacement des postes-clés en urgence ont nécessairement des impacts en matière de conditions de travail. Agir en prévention dans le contexte actuel, c’est donc à la fois gérer le risque biologique et prévenir les difficultés liées au travail en mode dégradé

> >A découvrir : Coronavirus : comment combiner continuité de l’activité et prévention ?

Concernant spécifiquement le travail à distance, on sait qu’une partie des activités qui auraient pu passer en télétravail ne l’ont pas été du fait de difficultés des directions à repérer les activités adaptées ou encore de craintes liées au management à distance. Le déploiement massif du télétravail en mode dégradé pose, par ailleurs, des questions pratiques : comment aider les salariés à concilier leurs temps, comment éviter les phénomènes de surcharge ou sous-charge de travail ou encore agir sur le sentiment d’isolement ?  En première ligne sur ces différents points, les manageurs, doivent autant que possible être outillés et soutenus pour pouvoir jouer leur rôle de régulation.

>> A lire :  Coronavirus et télétravail  : 5 dimensions pour mieux s’organiser collectivement 

Quelles premières recommandations peuvent être faites aux entreprises ?

Que l’on se place dans le cadre du télétravail ou de la poursuite de l’activité sur les lieux d’exercice habituels, les travailleurs ont fait depuis plus d’une semaine l’expérience des nouveaux modes d’organisation. De premières difficultés,  mais aussi des ressources sur lesquelles s’appuyer, ont pu émerger. Il est utile d’en tirer les enseignements : mieux identifier les priorités, donner à voir les chaînes de décision, identifier les marges d’autonomie des travailleurs à domicile… 

Trois leviers majeurs peuvent être, à ce titre, identifiés pour combiner au mieux la poursuite de l’activité et protection des salariés :

  • le maintien du dialogue social institutionnel pour préserver une approche collective
  • la prise en compte des remontées des salariés concernés par les réorganisations ce qui nécessite d’inventer des modalités de dialogue sur « le travail réel » adaptées
  • et, en complément, la possibilité d’ajuster l’organisation du travail (se donner la possibilité de tester, de revenir en arrière etc).

>> En savoir plus : Coronavirus : comment favoriser le maintien du dialogue social  ?

Que proposez-vous pour aider les entreprises à prendre en compte ces différents enjeux ?

Le réseau Anact-Aract propose déjà des ressources de type guides pratiques ou webinaires pour aider à faire évoluer les modes d’organisation du travail avec les salariés, déployer le télétravail ou le management à distance. Mais la plupart de nos outils et méthodes sont conçus dans le cadre de démarches à long terme. Il nous faut en transposer les messages-clés et les adapter à la situation actuelle. 

Nous proposons de diffuser, dans les jours qui viennent, des repères pour l’action selon trois angles :

  • Aider les entreprises à poursuivre l’adaptation de leurs organisations (mise en place télétravail, continuité de l’activité),
  • Proposer plus spécifiquement des outils pour soutenir le management à distance,
  • Aider, enfin, dès maintenant les entreprises à anticiper la reprise de l’activité dans de bonnes conditions en tirant les enseignements de ce qui s’est passé.

Les Aract relaieront cette démarche en animant des temps d’information et d’échanges à distance semi-collectifs ouverts au public de leur territoire. Les entreprises (directions, élus) peuvent sans attendre prendre directement contact avec elles pour solliciter un appui sur ces dimensions.

dossier_coronavirus_bouton

close