Vous êtes ici

Les bonnes raisons d'expérimenter la participation des travailleurs

Difficile de se repérer parmis les nombreux modèles de dispositifs participatifs existants. Pour vous aider à trouver celui qui correspondrait à vos enjeux, anact.fr vous propose un panorama commenté.

Les bénéfices en matière de performance économique et sociale

Le monde de la recherche partage aujourd’hui largement le constat que  les formes traditionnelles d’organisation, basées sur le modèle tayloriste, ont des effets négatifs sur la santé au travail, l’engagement, l’innovation et même la performance.

De nombreuses études montrent que les organisations qui font participer les travailleurs à différentes prises de décisions obtiennent des meilleurs résultats en matière de qualité de vie au travail et de performance (Eurofound (2013), Work organisation and employee involvement in Europe, Publications Office of the European Union, Luxembourg (84 p.).

Dans la conduite des changements organisationnels, la participation des travailleurs participe à réduire l’exposition des travailleurs aux facteurs de risques psychosociaux. De nombreuses expériences montrent ainsi que cette participation contribue à améliorer les conditions de travail, à construire des dynamiques collectives transversales ou encore favorise l’innovation.

Ces deux constats incitent les entreprises à chercher, voire même à expérimenter, des dispositifs de participation. De nombreuses initiatives se sont ainsi développées et des dispositifs plus anciens ont été remis sur le devant de la scène : entreprises libérées, agiles, responsabilisantes, apprenantes, opales, liquides, sociocratiques, holacracy, coopératives, participatives, autogérées, lean, fablabs, hackerspaces... Mais difficile de se repérer dans cette effervescence de modèles.