Vous êtes ici

Télétravail : les enjeux

Bloc des outils de page

Envoyer la page par email

Ajouter à ma liste de lecture

Logo FSE projet télétravail

La diffusion des outils numériques bousculent les repères classiques du travail en termes de temps, d’espace et d’action. Ils favorisent les formes alternatives d’organisation du travail telles que le télétravail au domicile ou en Tiers-Lieux, le travail sur site distant, le travail nomade ou mobile avec usage des TIC. Malgré de nombreuses études réalisées depuis le début des années 2000, le télétravail reste un sujet difficile à cerner.

teletravail-enjeux

Pour une modernisation de l'organisation

  • Expérimenter ces nouvelles formes d'organisations doit permettre de répondre aux attentes à la fois des salariés et des entreprises. Sécurisées juridiquement, les expérimentations sont l’occasion d’innover en matière de conditions de travail et de revisiter les pratiques de management.
  • Développer le télétravail est une opportunité pour questionner collectivement les règles et les usages (organisation du temps de travail, espaces et lieux, pratiques de management et rapport au collectif, usage des TIC...). Il s’agit d’identifier dans quelle mesure le télétravail est une réponse, ou non. Le cas échéant, à quelles conditions ? Le télétravail n’est en effet pas une fin en soi. 
  • Sur le territoire se croisent les enjeux des services publics, des entreprises, des clients/founisseurs, des salariés. Il est notamment question d’égalité d’accès des salariés et des entreprises à la Qualité de Vie au travail et à la Performance. Le Commissariat à l’Egalité des Territoires (CGET) pilote, aux côtés de la Direction Générale du Travail (DGT) et de la Direction Générale de l’Administration et de la Fonction Publique (DGAFP), l’élaboration d’un plan national de développement du télétravail intégrant les enjeux d’égalité d’accès des Territoires au Numérique mais également d’égalité d’accès des entreprises à la Qualité de Vie au Travail, l’Egalité Professionnelle et le Performance avec notre collaboration via le site www.tel​etravailler.fr.

schema10q-teletravail

 

 

 

 

 

 

 

Une approche collective et organisationnelle 

Performance, Qualité de Vie au Travail, Egalité Professionnelle, sont les objectifs poursuivis par les projets d’expérimentation du télétravail dans les entreprises et sur les territoires. Pour ce faire l’approche organisationnelle du télétravail est centrée sur l’analyse collective du travail.

approche_collective_organisationnelle

Une approche exclusivement individuelle (gestion au cas par cas des demandes) et essentiellement sociale (considération exclusive des enjeux d’articulation des temps professionnels et personnels, de maintien en emploi ou d’adaptation du poste de travail pour certaines populations) ne suffit pas pour mailler les enjeux des salariés et de l’entreprise.

Avec une approche collective et organisationnelle, les réponses sont adaptées aux besoins des parties prenantes, et les risques de désorganisation collective et d’injustice sociale par exemple peuvent être maitrisés.

Cela est valable lorsque :

  • la demande émane des salariés et que le nombre de télétravailleurs augmente ;
  • la demande émane de la direction (problématique de fidélisation et d’attractivité des talents, fusion et déménagements, formalisation de modalités de travail inhérentes à l’activité…).

Deux cas pour illustrer : 

  • Le cas Lesage : des enjeux de performance et de Qualité de Vie au Travail par l'Aract Hauts-de-France.


 

Télétravail et tiers-lieux 

Le télétravail s’exerce principalement au domicile. Pourtant les tiers-lieux semblent être une ressource organisationnelle complémentaire pour les télétravailleurs, les travailleurs nomades et les salariés qui évoluent dans des contextes de changement tels que les fusions, les déménagements, etc.

schema_teletravail

Notons les avantages que procurent les tiers-lieux au regard des risques du télétravail à domicile :

avantages-tiers-lieux

tiers-lieu

 

Les différents types de tiers-lieux 

  • des centres d’affaires : traditionnellement installés dans les quartiers d’affaires ou en centres-villes, ils proposent des salles de réunion ou de bureaux équipées, mais aussi des services de domiciliation, d’accueil téléphonique ou de secrétariat.
  • des télécentres : implantés en zones rurales ou péri-urbaines, proches du lieu de vie des télétravailleurs, ce sont des bureaux partagés de proximité qui visent à héberger surtout des télétravailleurs permanents, en majorité des salariés.
  • des espaces de coworking : ce sont des espaces de travail partagés, en général urbains, et portés par une communauté active d’utilisateurs, travailleurs indépendants (free-lances, créateurs d’entreprise, auto-entrepreneurs) ou de petites entreprises (start-up, TPE...). Ces lieux favorisent un état d’esprit collaboratif, encourageant l’échange, l’ouverture, la création de réseaux, générant si possible des synergies d’affaires, et dans cette optique, organisent de nombreuses animations.
  • des ateliers de fabrication numérique (AFN), ou « ateliers partagés », dont font partie les « Fablabs » (laboratoires de fabrication), des lieux collaboratifs qui mettent à la disposition de non spécialistes toutes sortes d’outils, notamment des machines à commande numérique destinées à la conception et la réalisation d’objets, des imprimantes 3D, avec un accent mis sur l’accompagnement. Ce sont surtout des lieux urbains, associatifs, parfois liés à des universités, des centres de recherche ou des collectivités publiques et soutenus par des fonds publics et/ou privés.

Parallèlement aux espaces de travail externes mentionnés ci-dessus, des entreprises cherchent à reproduire en leur sein le concept de tiers-lieux. On parle, dans ce cas, d’espace de corpo-working. 

Pourquoi un si faible recours aux tiers-lieux ? 

La valorisation de l’offre de tiers-lieux proches du domicile des salariés se structure. Par ailleurs, le management peut avoir des réticences à l’égard des tiers-lieux (sécurité des données, désengagement…). Enfin se pose la question des conditions de travail dans les tiers-lieux, d’où l’intérêt émergent de co-concevoir ces espaces avec les différentes typologies d’usagers.

Transformations organisationnelles et tiers-lieux ? 

Le tiers-lieu devient potentiellement facilitateur de transformations organisationnelles, pourvu qu’il soit équipé de méthodes permettant de catalyser l’innovation organisationnelle.