Vous êtes ici

Management du travail : les enjeux

Ajouter à ma liste de lecture

Management

Et si l’amélioration de la performance économique et sociale des organisations passait par une refonte des systèmes et pratiques de management ? Le modèle du management du travail apporte un nouveau cadre d’analyse et d’action susceptible d’aider les entreprises à revoir en profondeur leur mode de fonctionnement.

Que ce soit au travers de questions liées à l’amélioration de la performance, à des changements d’organisation du travail ou à la prévention des risques professionnels, le management est à la fois pointé comme une source de dysfonctionnements et comme un levier d’action.

Les salariés dénoncent des modes d’organisation et de gestion qui ont conduit à multiplier les objectifs de performance (productivité, qualité, réactivité, flexibilité) et à accroître les contraintes et les contradictions en situation réelle de travail. Ils aspirent, par ailleurs, à davantage d’autonomie et d’initiative dans leur travail.

Les besoins vis-à-vis du management ont également évolué et les relations hiérarchiques marquées par le contrôle et une attention exclusive sur les résultats sont de moins en moins tolérés. Ce sentiment de mal être a des effets sur la santé et l’engagement des salariés.

En découle des problèmes d’absentéisme ou de présentéisme, de désengagement du personnel, de turn-over, d’attractivité, avec, au final, des dysfonctionnements qui engendrent des coûts et affectent la performance.

Dans ce contexte, en écho aux préconisations faites par les partenaires sociaux en matière de qualité de vie au travail (ANI juin 2013), les entreprises sont invitées à agir. Elles ont besoin de dépasser le pilotage par les seuls outils de reporting, de remettre de la cohérence entre objectifs fixés et réalités du travail, de redonner du sens aux indicateurs mobilisés, bref de replacer le travail au cœur de ses processus de management.

Pour dépasser les recettes managériales en vogue, focalisées soit sur le développement des capacités individuelles soit sur le management par les process et les indicateurs de gestion, une autre voie est possible, celle du management du travail (Conjard, 2014). Cette approche globale vise à orienter les modes d’organisation et de management, vers une logique de soutien à la réalisation du travail en rapprochant les processus de décision du terrain et en repositionnant la fonction managériale sur son rôle de régulation. Soit « la capacité de l’organisation, portée en particulier par les fonctions de manager, de réguler l’activité de l’opérateur (et des opérateurs entre eux) et de permettre le maintien d’un cadre de travail apte à favoriser la réalisation du travail dans des conditions satisfaisantes du point de vue de la production et n’excédant pas les ressources des opérateurs » (Martini, 2014). Pour le management, l’enjeu consiste bien à passer d’une posture de contrôleur du travail à une posture d’organisateur du travail.

Dans cette perspective, il s’agit de prendre en compte les conditions de réalisation de l’activité, les besoins de reconnaissance et de régulation dans les processus et pratiques de management afin d’améliorer la performance collective et la qualité de vie au travail. De la gouvernance, aux pratiques managériale en passant par les modes d’organisation du travail, le management du travail met en perspective différents registres d’actions avec l’ambition d’agir sur le fonctionnement global de l’entreprise.

management du travail