Vous êtes ici

Quels sont les enjeux de qualité de vie au travail dans le monde associatif ?

Bloc des outils de page

Envoyer la page par email

Ajouter à ma liste de lecture

Le 21 novembre 2016, a eu lieu la remise du prix pour l’emploi de qualité. Membre du jury, l’Anact était présente à l‘événement et à la table ronde sur la qualité de vie au travail organisée à cette occasion.  

remise du prix pour emploi qualité

Le « Prix pour l’emploi de qualité » est une initiative du Mouvement associatif en coopération avec le Fonds de Coopération de la Jeunesse et de l’Education Populaire (FONJEP), l’Union des employeurs de l’économie sociale et solidaire (UDES) et la mutuelle CHORUM. Les objectifs :

  • mettre en valeur et soutenir des associations engagées en faveur de la qualité de l’emploi,
  • favoriser la diffusion et l'essaimage des meilleures pratiques en la matière,
  • faire progresser la qualité des emplois associatifs.

Depuis 2015, le Mouvement associatif a pour ambition de valoriser les initiatives des associations engagées dans une démarche d’amélioration des conditions d’emploi de leurs salariés, et de susciter la réflexion et l’échange sur les différents enjeux auxquels l’emploi associatif fait face. Le réseau Anact-Aract accompagne de nombreuses structures associatives dans leurs démarches de transformation notamment dans le secteur des services à la personne. L’Anact a développé plusieurs projets en partenariat avec le centre de ressources et d’action Chorum-CIDES (Chorum Initiatives pour le Développement de l’Economie Sociale). Deux raisons pour s’engager dans l’initiative du Mouvement associatif et participer à sa réussite.

Les associations : des employeurs comme les autres ?

Tel était le thème de la table ronde à laquelle était conviée l’Anact. En proposant différents regards (chercheurs, praticiens des ressources humaines, représentant des pouvoirs publics et du monde associatif) ce temps fort de la journée a permis de mieux cerner les enjeux liés à la qualité de l’emploi dans les structures associatives, mais aussi d’identifier les différents leviers pour la faire évoluer.

Les différents intervenants ont surtout mis en exergue les points suivants :

  • le poids central du projet et des valeurs associatives lorsque l’on parle de qualité de l’emploi ;
  • l’importance de clarifier le projet sociétal de l’organisation, pour permettre aux salariés comme à l’ensemble des parties prenantes de trouver leur place et d’avoir des missions claires ;
  • l’articulation gouvernance, bénévoles, salariés très spécifique au monde associatif ;
  • les enjeux liés à la professionnalisation, nécessaire pour effectuer un travail efficace.

Plusieurs leviers destinés à améliorer la qualité de l’emploi ont été identifiés :

  • la coopération et la mutualisation en tant qu’instrument efficace pour intégrer les évolutions actuelles du travail et de l’emploi ;
  • la création d’espaces de discussion et le dialogue social entre l’ensemble des parties prenantes de l’association destinés à mieux comprendre les réalités du travail, les organiser, et accompagner les changements dans un contexte de profondes mutations ;
  • le recours à des outils tels que le guide des bonnes pratiques élaboré par le Conseil supérieur de l’économie sociale et solidaire (CESS) qui doit permettre de placer les associations dans une démarche d’amélioration en continu.


Le palmarès 2016 du « Prix pour l’emploi de qualité »

Depuis 2 ans, l’Anact est membre du jury de l’initiative, aux côtés d’experts de l’emploi, de chercheurs, de représentants des partenaires sociaux et des praticiens, spécialistes ou non du monde associatif. Suite à l’appel à candidatures lancé en mai dernier, 63 dossiers ont été étudiés par le jury.

Le premier prix a été décerné à l’association l’Envol qui propose à ses nouveaux salariés en contrat d’avenir, une montée en qualification par l’obtention du diplôme d’état d’auxiliaire de puériculture (DEAP) via la validation des acquis de l’expérience (VAE). L’association a mené une véritable réflexion globale en associant un organisme de formation continue externe et en développant une véritable dynamique de formation interne (points réguliers individuels et collectifs entre les salariés en formation). La démarche permettant de sécuriser et de faire évoluer les parcours professionnels tout en s’appuyant sur le tutorat a été saluée par le jury.

Le deuxième prix a récompensé AFILE 77. Cette association lutte contre l’exclusion en favorisant la création d’entreprises par des demandeurs d’emploi et des bénéficiaires des minima sociaux et en soutenant le développement de l’emploi dans les associations et entreprises solidaires. Avec le projet « dessiner le futur », AFILE 77 a mis en place une nouvelle organisation du travail ainsi qu’une nouvelle politique de ressources humaines qui favorisent l’autonomie et la prise de responsabilité de ses salariés (démarche participative, aménagement du temps de travail, entretiens professionnels, grille de rémunération et nouveaux outils de communication interne). Le jury a souhaité valoriser la volonté d’une logique de travail plus horizontale qui facilite les relations professionnelles et permet d’aborder la problématique de turn-over chez les jeunes collaborateurs.

Le troisième prix a été remis à « Tous parrains », investi dans un réseau de parrainage pour l’emploi auprès des professionnels de la région. L’association a mis en place une démarche globale pour la qualité de vie au travail des salariés et la valorisation de leurs compétences (assouplissement et adaptation des horaires de travail, réorganisation de l’équipe pour mieux répartir la charge de travail, mise en place d’un plan de formation individualisé). Le jury a mis en exergue le caractère exhaustif de la démarche qui a renforcé la cohésion d’équipe et amélioré l’ambiance de travail.