Vous êtes ici

Évaluation des démarches de prévention RPS dans les hôpitaux publics 

Le réseau Anact-Aract a conduit une évaluation qualitative des démarches de prévention des risques psychosociaux (RPS) déployées dans dix hôpitaux entre 2013 et 2017. L’objectif  ? Fournir au ministère de la Santé, commanditaire du projet, des enseignements sur les conditions d’une prévention durable des RPS.  Interview de Philippe Douillet co-auteur du rapport avec l'appui des Aract Hauts-de-France, Auvergne-Rhône-Alpes, Nouvelle-Aquitaine et Grand Est.

risques psychosociaux hôpital

En quoi la question des RPS se pose-t-elle spécifiquement dans les hôpitaux ? Quelle est leur spécificité ?  

Beaucoup d’aspects des conditions de travail sont communs à toute la fonction publique : des contextes de fortes réorganisations et de réduction des moyens, des activités en relation avec le public, des agents impliqués dans le travail...  Ces points semblent cependant exacerbés à l’hôpital car la qualité du travail est directement liée à la qualité des soins et aux relations avec les usagers.  

L’hôpital fonctionne, par ailleurs, en flux tendu 24/24h avec des métiers, souvent très hiérarchisés et cloisonnés qui doivent parfaitement coopérer. Les conditions de la coopération entre tous, la qualité des collectifs de travail sont des questions capitales pour la santé des professionnels. Le management occupe, enfin, une place particulière avec des enjeux de professionnalisation des acteurs, souvent experts de leur discipline, mais encore peu formés à la gestion collaborative des équipes.

Vous avez travaillé sur les conditions d’une prévention durable des RPS, qu’en retenez-vous en matière d’acteurs à impliquer  ? 

Pour s’inscrire dans la durée, il est nécessaire que la culture de prévention se déploie au-delà de son champ initial, notamment en direction du management (formation, échange entre pairs, etc…), afin de développer des formes de pratiques plus collaboratives et à l’écoute des agents. Le soutien aux collectifs de travail reste en effet une ressource essentielle pour le travail à l’hôpital et la bonne santé des agents.  

Les directions d’hôpital sont, par ailleurs, confrontées à de nouvelles demandes des agents telles que le désir d’équilibre des temps entre vie professionnelle et vie personnelle – ce qui exige de revoir l’organisation des temps de travail et les modes d’engagement des professionnels -, les approches « bienveillance/maltraitance », les questions de violence avec les usagers ou leurs proches, le rapport à la précarité des patients…  

Pour toutes ces raisons, une prévention durable des RPS doit mobiliser d’autres acteurs que les acteurs traditionnels : DRH, direction de la qualité, services d’organisation, corps médical, etc.

Après votre analyse, quels sont les principaux leviers d'actions pour favoriser une démarche de prévention des RPS dans les hôpitaux ?  

J’en retiens trois.  

  • Outre l’implication de la direction pour soutenir la dynamique de prévention, l’implication de l’encadrement et du corps médical est indispensable pour maintenir une attention à la qualité de vie au travail dans le fonctionnement quotidien comme dans les conduites de changements. Cela exige non seulement une formation des membres de l’encadrement mais aussi que la direction prenne en compte leurs propres problèmes de travail et qu’ils disposent de lieux d’échanges de pratiques professionnelles.  

  • La qualité du dialogue social est un autre levier. L’analyse a montré des ruptures dans les politiques de prévention quand les tensions étaient trop importantes entre partenaires sociaux. Une attention doit donc être portée à la qualité du travail des instances, à l’implication des acteurs dans les programmes de prévention comme à des possibilités d’échange régulier de points de vue sur les actions réalisées. 

  • Enfin, la participation effective des agents et le développement d’échanges de pratiques entre professionnels favorisent la pérennité de la démarche de prévention en particulier dans les phases de changement.  

Pour en savoir plus

Consulter le rapport "Évaluation des demarches de prevention des risques psychosociaux dans dix etablissements publics de sante".