Vous êtes ici

L’Anact accompagne la fonction publique pour promouvoir la qualité de vie au travail

L’Anact et la Direction générale de l’administration et de la fonction publique (DGAFP) ont signé ce 6 juillet 2016, une convention de partenariat. L’Anact apportera son appui aux démarches de prévention des risques psychosociaux et à la promotion de la qualité de vie au travail dans le secteur public.

convention-dgafp-anact

La convention de partenariat signée le 6 juillet 2016 entre Thierry Le Goff, DG de la Direction générale de l’administration et de la fonction publique (DGAFP) et Hervé Lanouzière, directeur de l’Anact ouvre un nouveau champ d’action pour l’Anact. « Les activités de l’agence étaient orientées quasi exclusivement vers le secteur privé jusqu’au décret 2015-968 du 31 juillet 2015, qui lui permet d’exercer ses missions dans les structures publiques. La DGAFP est entrée au conseil d’administration de l’Anact. Restait à fixer un cadre permettant de travailler en cohérence avec les intentions du décret. C’est l’objet de cette convention de partenariat qui rend maintenant ce volet du décret opérationnel », explique Frédéric Dumalin, responsable du département « Etudes, capitalisation et prospective » de l’agence.

Objet de la convention : l’amélioration des conditions de travail et la promotion de la qualité de vie au travail dans le secteur public. Depuis quatre ans, la DGAFP, qui a notamment pour mission de coordonner les politiques de ressources humaines au sein de l’Etat, s’est engagée dans un processus visant à améliorer les conditions de travail des agents des trois fonctions publiques. Cela s’est traduit par la signature de nombreux accords, dont l’accord-cadre relatif à la prévention des risques psychosociaux (RPS), en 2013. Les partenaires sociaux se sont aussi engagés à ouvrir une négociation sur la qualité de vie au travail (QVT).

Appui méthodologique et formation

L’Anact pourra donc être sollicitée pour appuyer la DGAFP sur ces sujets. « L’objectif est de produire une connaissance et des savoir-faire partagés et développer le plus d’initiatives possibles dans les ministères et les territoires », résume Frédéric Dumalin.

Pour favoriser cette dynamique d’actions, l’Anact va notamment :

  • concevoir des modules de formation pour le développement d’une démarche QVT à l’intention de plusieurs catégories d’agents publics : chefs de projets QVT, managers (cadres de proximité et cadres supérieurs et dirigeants), membres des institutions représentatives du personnel (IRP).
  • produire un kit méthodologique de sensibilisation permettant de mettre en œuvre une démarche de QVT.
  • mener, avec le concours des acteurs en région (les Aract et, côté administration, les plateformes Ressources-humaines), un travail de capitalisation des démarches QVT et des résultats obtenus. A partir de là, l’Anact réalisera un « guide méthodologique pour la réalisation d’une démarche d’évaluation de la QVT dans les structures publiques ».
  • Enfin, réaliser un bilan du déploiement de l’accord RPS.

Signe de la volonté de la DGAFP d’avancer sur ces sujets : la convention a été signée à l’occasion d’une réunion rassemblant les DRH de tous les ministères. « C’est une incitation très forte à prendre des initiatives en matière de qualité de vie au travail, estime Frédéric Dumalin. Tout l’enjeu de la diffusion de la QVT, c’est à la fois de produire de la santé et du bien-être pour les salariés, une amélioration de l’organisation du travail  et de la qualité de service rendu pour les citoyens ».