Vous êtes ici

Numérique et conditions de travail : des défis essentiels à relever pour l’entreprise

L’évolution des technologies numériques continue d’opérer une transformation profonde au sein des entreprises. Elles impactent à la fois l’organisation, le management, la culture, le rapport au travail, les compétences ainsi que l’ensemble des acteurs de l’entreprise. Incontournables, leurs effets sont parfois subis. Mais elles représentent également de vraies opportunités pour re-questionner l’organisation du travail et tous les fonctionnements de l’entreprise.

Innovations et contre-performances

Internet et l’utilisation des outils mobiles ont développé le travail nomade. Les messageries et autres connexions virtuelles offrent la possibilité aux salariés d’être en contact quasi permanent avec leur entreprise. Dans un nombre croissant de métiers, l’activité de travail tend à se réaliser sans contrainte de lieu ni de temps et l’innovation numérique est présente dans tous les secteurs. À titre d’exemples, on peut citer les technologies de la RFID (Radio Frequency Identification), du guidage vocal dans la logistique ou de l’informatique embarquée dans le secteur des transports et bien d’autres.

Si ces nouvelles technologies offrent aux salariés plus de flexibilité et d’autonomie, elles engendrent aussi des effets négatifs difficiles à maîtriser : flux excessifs d’information, augmentation du rythme de travail, renforcement du contrôle de l’activité, contraintes excessives de réactivité etc. Utilisées sans cadre de régulation, ces technologies peuvent être le vecteur d’une hyper-rationalisation du travail et contribuer à la détérioration des conditions de travail avec des impacts réels sur la santé.

Or, intégrer ce type d’innovation dans une structure, quelle qu’elle soit, influe sur l’organisation du travail et impacte les conditions de travail et la santé des travailleurs, si la conduite de projet n’est pas sécurisée. Pour autant, de nombreux exemples montrent également que le potentiel des outils numériques peut également représenter un atout pour la conduite des transformations. Les possibilités offertes par la technologie 3D, par exemple, permettent aujourd’hui de simuler le travail futur, qu’il s’agisse de réaménager des espaces, de moderniser une ligne de production ou de faire évoluer un système d’information. Les chefs de projets peuvent ainsi anticiper les problématiques touchant aux conditions de travail et à la santé des salariés.

TIC, espace et temps

L’hyper-connexion présente, à elle seule, un risque d’intensification du travail et de mise en danger de la santé et de l’équilibre vie professionnelle et vie privée. La rapidité et la facilité des échanges via le numérique développent une culture de l’urgence et de l’immédiateté dans l’activité de travail. La conciliation des temps est, de ce fait, devenue un enjeu majeur de l’introduction des technologies de l’information dans le quotidien des salariés.

Les outils numériques sont à l’origine d’une autre évolution. Ils abolissent les distances géographiques - entre les entreprises, entre les équipes, entre les salariés et leur domicile - et permettent d’envisager de nouveaux modes d’organisation plus souples. Si ces nouvelles modalités d’organisation du travail constituent aussi une occasion d’améliorer la qualité de vie des salariés, elles soulèvent également de nouvelles problématiques : brouillage des frontières entre vie familiale et vie professionnelle, individualisation du travail, nécessité de reconsidérer le fonctionnement des collectifs et du management.

Des transformations incontournables

Les outils numériques, messagerie, réseaux sociaux ou communautés de pratiques facilitent l’accès pour tous à l’information et favorisent une communication transversale entre les salariés. Ils offrent une capacité nouvelle de travail collaboratif qui re-mobilise, de façon positive, l’intelligence collective. Mais ce mouvement met également sous tension la structure classique, pyramidale, de l’entreprise. Les relations hiérarchiques sont bousculées, le management est contraint, à son tour, de reconsidérer sa posture et ses pratiques.

Parallèlement, les systèmes d’information démultiplient les dispositifs de reporting, augmentant ainsi la charge gestionnaire du manager et renforçant  le sentiment de contrôle chez le salarié. En outre, la dématérialisation des documents, des informations et des procédures impactent tous les services.

Du point de vue de la formation, l’arrivée du e-learning apparaît comme une opportunité. Il réduit les coûts, facilite l’accès au savoir et permet de former un nombre important de salariés, présents sur des sites distincts. On comprend alors que le pilotage de ces multiples mutations représente des enjeux de taille à la fois pour le management et la DRH.

La transformation numérique est au cœur de l’activité des salariés. Source de changements organisationnels majeurs, le numérique impacte déjà largement les manières de travailler et les façons d’organiser, de manager, de prescrire, de réguler, de dialoguer, de coopérer ou encore de s’engager dans le travail. « L’usine » du futur démultipliera les interactions homme-machine. L’entreprise devra apprendre à en tirer le meilleur parti et ainsi concilier flexibilité humaine et performance du numérique.

Pour en savoir plus