Vous êtes ici

Vignoble : affiner la gestion des compétences pour optimiser la qualité

Bloc des outils de page

Envoyer la page par email
Cas entreprise Mecabourg

A propos

Référence
492
Catégorie
Secteur d'activité
Code APE
Ce vignoble se singularise par une grande spécialisation de son personnel, ce qui lui permet d'optimiser la qualité de ses vins. La gestion des compétences et des carrières est donc très importante. L'entreprise va l'intégrer dans une démarche de certification qualité.

Ajouter à ma liste de lecture

Description 

Ce vignoble regroupe trois châteaux. Il possède deux chais et un site de mise en bouteille, et se caractérise par une structure relativement étoffée et organisée par service : responsable technique, chef de culture, œnologue, responsables administratif, financier, commercial, qualité, communication. Il connaît une forte croissance de sa production et de ses surfaces.

Demande 

L'entreprise souhaite un regard extérieur sur les innovations engagées ces dernières années en matière de management, d’organisation, de gestion des ressources humaines et de qualité. Elle veut aller plus loin en matière de gestion de l’emploi et des compétences et établir un lien avec le projet qualité.

Démarche 

Mieux gérer les compétences et les parcours professionnels. Pour atteindre cet objectif, des ateliers d'échange sont créés. Ils réunissent des responsables de différents vignobles, ce qui permet de croiser et de partager les expériences et les pratiques. Une démarche originale.
Les ateliers permettent également de connaître les démarches de gestion des compétences, de participer à une réflexion sur la qualité du travail et de l’emploi en lien avec les acteurs de l’emploi.
Enfin, les ateliers sont chargés de créer des outils de gestion des compétences.

Contrairement à ce qui se pratique dans ce secteur, le vignoble a choisi de spécialiser ses salariés (vigne, chai, administratif, mécaniciens…). Une spécialisation qui se retrouve à l’intérieur même des services, ce qui a un impact important sur l’organisation du travail. Ainsi, chaque équipe “vigne” est affectée à des parcelles précises, pour qu'elle se les approprie. Il s'agit de développer une approche technique poussée, pour optimiser la qualité.



Elaboré au cours des ateliers d'échange, l'outil de gestion des compétences permet d'évaluer le niveau de polyvalence ou de spécialisation de chaque salarié, de repérer son degré d'autonomie ou au contraire la nécessité de l'encadrer et d'anticiper les possibilités d'évolution. Les membres du personnel sont placés sur un tableau qui combine leurs compétences par rapport à leur activité actuelle et leurs souhaits d’évolution.



Des différences apparaissent entre la perception des salariés est celle de leur supérieur hiérarchique. Exemple : une ouvrière viticole déclare souhaiter diversifier ses tâches et évoluer vers l'encadrement, alors que son chef de culture ne relève aucune attente formulée.



Le plan d'action porte d'abord sur la politique générale de l'entreprise. Il vise à clarifier les orientations stratégiques, et à favoriser leur appropriation par l’ensemble du personnel, en particulier l’encadrement.

Sur l'organisation du travail, là encore l'accent est mis sur un décloisonnement des activités et une approche globale du fonctionnement de l'entreprise. Pour ce faire, des temps d'échanges structurés sont mis en place, afin de développer la communication.



Concernant le point spécifique des compétences, l'entreprise doit poursuivre son travail d'identification de ses compétences clés, dans le cadre d'une démarche de certification qualité.
Enfin le plan de ressources humaines mis en place prévoit d'instaurer des entretiens annuels, pour mieux anticiper les besoins en compétence, définir les formations nécessaires et préparer les futurs recrutements.

Bilan 

Parallèlement à cette démarche de gestion prévisionnelle des emplois et des compétences, l’entreprise a mis en place une nouvelle norme qualité, une organisation de travail originale (attachement aux parcelles), des actions de formation innovantes allant dans le sens de la féminisation de certains métiers et en faveur du développement durable, ainsi qu’un important travail en matière d’amélioration des conditions de travail.