Vous êtes ici

Une démarche d’analyse préalable de l’organisation du travail pour nourrir une Convention collective

Bloc des outils de page

Envoyer la page par email
Cas entreprise Mecabourg

A propos

Référence
738
Catégorie
Secteur d'activité
Effectif
Code APE
Région
Avant de s'engager dans la négociation d'une Convention collective relative à leur secteur d'activité, ces professionnels décident de se faire diagnostiquer les pratiques "ressources humaines" existantes pour mieux anticiper les changements efficaces et pérennes.

Ajouter à ma liste de lecture

Qui ? 

Les professionnels du secteur du transport sanitaire, comptant 22 structures pour environ 150 salariés, sont confrontés à des disparités importantes en matière de conditions de travail. Celles-ci sont principalement dues aux contraintes du territoire (taille, répartition géographique des hôpitaux et professionnels de santé, taille/nombre/répartition des entreprises du secteur) et au cadre réglementant la profession (rigidité des contraintes, non extension de la Convention Collective Nationale, seule application du Code du travail…).

Quel était le problème à régler ?  

Face à ces difficultés, les professionnels du secteur ont souhaité trouver des réponses adaptées, notamment en se dotant d’une Convention collective régionale.

En amont des négociations, les participants à la Commission Mixte Paritaire ont souhaité conduire une étude sur les pratiques ressources humaines, notamment liées à l’organisation du travail et du temps de travail et aux modalités de récupération ou d’indemnisation des heures supplémentaires.

Qu’ont-ils fait ?  

Offrir aux professionnels du transport sanitaire un outil de compréhension partagé du fonctionne-ment actuel du secteur afin de dégager des pistes d’évolution en termes d’amélioration des conditions de travail et d’étayer les négociations futures : tel était l’objectif de cette action collective.

Dans un premier temps, il s’agissait de mener, auprès des structures volontaires du secteur, une en-quête terrain, sur la base d’entretiens semi-directifs auprès des employeurs et des salariés ou de leurs représentants, afin d’établir un diagnostic partagé pour des changements efficaces et pérennes.

Sur la base des éléments de compréhension de chaque structure et des orientations stratégiques prises et envisagées par le chef d’entreprise à moyen terme, au regard de l’environnement sectoriel et territorial, les différents entretiens ont permis de croiser les points de vue sur l’existence et l’utilisation des outils ressources humaines (pratiques de recrutement, d’accueil et d’intégration, de reconnaissance, gestion des parcours professionnels…).
Plus largement, les questions d’organisation matérielle du travail, du temps de travail, mais aussi de dialogue social/communication et de santé et sécurité ont été abordées, permettant ainsi d’apprécier l’adéquation stratégie-ressources-moyens dans chacune des structures, en termes de forces et faiblesses.

L’ensemble des données recueillies dans chacune des entreprises du transport sanitaire a fait l’objet d’une restitution à l’ensemble des professionnels du secteur dans une perspective de valorisation et de démultiplication de la démarche. Par ailleurs, ce recueil a permis de mettre en évidence des pistes d’actions concrètes, permettant de faire progresser les pratiques ressources humaines dans les entreprises et ainsi favoriser les conditions d’application de la future convention collective et donc les conditions de travail.

Les pistes d’action, discutées et enrichies par les acteurs concernés, couvrent 8 champs :

• La structuration des entreprises, à travers le développement d’outils de gestion des ressources humaines, spécifiques au secteur.

• L’amélioration de l’image et de l’attractivité du transport sanitaire par la création d’un vivier de candidats à former, la création d’une charte de la profession d’ambulancier.

• L’amélioration de la santé et de la sécurité au travail : appui à la réalisation du Document Unique d’Évaluation des Risques Professionnels, création d’une cellule psychologique commune pour les ambulanciers.

• L’amélioration des relations de travail externes à travers une convention de travail avec le SAMU et la Préfecture, la création d’un centre d’appels commun pour les urgences.

• L’amélioration du dialogue social par la structuration des syndicats employeurs et la création de syndicats salariés du secteur.

• La formation et le développement des compétences : partenariat avec le SAMU pour le recyclage du personnel ambulancier.

• La réponse aux difficultés liées au temps de travail à travers la définition d’un cadre d’exercice dans la Convention Collective Régionale.

• Le recrutement, par la création d’un GEIQ ou GE.

Avec quels effets ?  

La phase d’étude constituait une première étape dans la recherche de solutions adaptées à la réalité du secteur sur le territoire guyanais. Les entreprises ont manifesté la volonté de poursuivre les travaux en programmant les actions par priorité et en les mettant en œuvre. Ainsi, elles se sont engagées notamment dans la construction d’un plan de formalisation mutualisé en partenariat avec l’Organisme Paritaire Collecteur Agréé, ont entamé les négociations sur la Convention Collective…
Un accompagnement de l’ARACT, prenant appui sur son réseau de consultants, reste à calibrer concernant les questions de prévention durable des risques professionnels et de structuration adaptée de la gestion des ressources humaines.

Méthodes et outils associés

1
2
3
gamme travail & réalités

Depuis plusieurs années, nous développons une gamme de jeux pédagogiques, intitulée "Travail & Réalités".

outils travail

Le réseau Anact-Aract propose différents outils et services destinés à ceux qui s'engagent dans des projets d'amélioration des conditions de travai

Publiées dans un supplément au n°345 de la revue Travail et changement, ces 12 propositions sont autant de voies d’amélioration du fonctionnement d

close