Vous êtes ici

Un transformateur numérique au service des conditions de travail

Bloc des outils de page

Envoyer la page par email

Ajouter à ma liste de lecture

Porté par l’Anact et la Fing, le Transformateur Numérique est un dispositif destiné à accélérer des solutions et des initiatives mettant la qualité de vie au travail au cœur de la transformation numérique. Les porteurs retenus au fil des différentes sessions pourront ainsi bénéficier d’un appui d’experts « à la carte » pour améliorer, fiabiliser et mettre leurs projets « sur les rails ».

Transformateur Numérique

Soucieux de conforter les coopérations entre acteurs du numérique et opérateurs  de ses politiques, le ministère du Travail a initié le projet NET (Numérique Emploi-Travail) en allant chercher un financement de 2,4 M€ auprès du programme d’investissements d’avenir (PIA). Animé conjointement par Pôle Emploi et l’Anact, ce plan comprend 2 axes : « numérique et fonctionnement du marché du travail » ; « soutien aux entreprises et aux actifs dans la transformation numérique ».

C’est dans ce deuxième axe que se situe le dispositif « Transformateur numérique » porté par l’Anact et par la FING (Fondation Internet nouvelle génération), et doté d’un budget de près d’un million d’euros. « Il s’agit d’innover simultanément sur deux dimensions » indique Olivier Mériaux, directeur technique et scientifique de l’Anact : mieux intégrer la qualité de vie au travail dans les projets de transformation numérique, et mieux utiliser les outils et la culture numérique pour favoriser la qualité de vie au travail ». Les projets soutenus devront ainsi combiner  innovation technologique et innovation sociale au bénéfice de la QVT, quelle que soit leur point de départ : « La typologie des projets potentiellement éligibles est volontairement large. Ce peut être la conception d’une application numérique axée sur la sensibilisation des acteurs à la QVT ou l’outillage d’une démarche participative d’évaluation de la charge de travail par exemple; mais on pourrait également soutenir la conception d’un protocole d’étude-action associant entreprises et chercheurs universitaire pour évaluer l’impact des clauses d’un accord d’entreprise sur le numérique. Ou bien encore aider à concevoir un projet d’expérimentation in vivo de méthodes de travail innovantes, d’outils de conduite du changement pour adapter les entreprises aux transformations numériques. »

Une sélection en deux temps

Le transformateur fonctionnera sur la base de deux promotions annuelles en vitesse de croisière. Pour le lancement, les projets seront sélectionnés à l’issue du premier appel à projet diffusé fin septembre. Les porteurs de projets peuvent être très divers : start-up, travailleurs indépendants, entreprises, organisations professionnelles,…Il est prévu de retenir une douzaine de projets pour le démarrage du 1er cycle du transformateur numérique. Une première session, les 8 et 9 décembre prochains à Paris, sera consacrée à leur formalisation et à leur approfondissement. Des synergies pourront éventuellement être trouvées entre porteurs de projets complémentaires. Trois à quatre projets seront définitivement retenus à l’issue de ces deux jours. Leurs porteurs construiront, au cours d’une 2e session, en janvier 2017,  avec des experts, une feuille de route d’accompagnement sur mesure. Pendant trois mois, ils bénéficieront d’un droit de tirage en expertise auprès de partenaires du transformateur. « Cette phase est axée sur la viabilité et la concrétisation des projets. Outre l’accompagnement d’experts, nous orienterons les porteurs de projets vers tous les programmes d’aides publiques et privées utiles. En fonction de la nature du projet, ils pourront être aiguillés vers le FACT (fonds d’amélioration des conditions de travail) dont l’appel à projet thématique sur le numérique sera reconduit. Le dispositif Transformateur permettra donc de sécuriser et de fiabiliser les projets avant leur recherche de financement », explique Olivier Mériaux.

Les Aract mobilisées

Trois cycles sont prévus sur la période 2016-2017, phase de montée en charge du Transformateur qui a vocation à être pérenne au-delà du financement par le PIA si la formule fait la démonstration de son utilité.

Un réseau d’experts est en train de se construire, associant acteurs issus des nouvelles technologies et spécialistes des conditions de travail. D’ores et déjà, il est prévu que les Aract soient mobilisées en amont pour « sourcer » les porteurs de projet et dans la phase d’accompagnement pour leur apporter un appui individualisé.

L’enjeu du Transformateur ? Hybrider les cultures de la technique et de l’innovation sociale pour trouver un équilibre entre les risques et les opportunités du numérique, comme le résume Olivier Mériaux : « Face à l’ampleur de la transformation numérique et de ses impacts sur le travail , il n’y a pas d’autres issues qu’une stratégie indirecte. Il s’agit de tirer profit de la puissance des outils  et de la culture numériques pour contrebalancer les effets les plus néfastes de la diffusion du numérique sans précaution dans les organisations ».

Vous êtes une association, un organisme public, un entrepreneur, une entreprise ? Vous souhaitez prototyper, accélérer ou finaliser des projets innovants et créatifs mettant la qualité de vie au travail au coeur de la transformation numérique ? Le Transformateur Numérique est fait pour vous !

[[{"fid":"6692","view_mode":"default","fields":{"format":"default","field_file_image_alt_text[und][0][value]":"Je propose mon projet","field_file_image_title_text[und][0][value]":"Je propose mon projet"},"type":"media","link_text":null,"attributes":{"alt":"Je propose mon projet","title":"Je propose mon projet","class":"media-element file-default"}}]]

close