Vous êtes ici

Un bon diagnostic pour bien soigner: l’enjeu de la prévention des RPS

Bloc des outils de page

Envoyer la page par email
Risques psychosociaux

A propos

Référence
1033
Catégorie
Secteur d'activité
Effectif
Code APE
Région
Dans cet établissement de soins privé, les contraintes sur le travail sont inégalement réparties sur les divers services. La direction doit pourtant faire face à un fort développement de l’activité dont les effets sur les salariés, quelle que soit leur fonction, ne sont pas sans risques tant pour les individus que pour les collectifs. L’engagement dans une démarche de prévention des risques professionnels, particulièrement psychosociaux, est l’occasion de revisiter, en vue de les optimiser, l’organisation générale, les différents métiers et les coopérations entre fonctions.

Ajouter à ma liste de lecture

Qui ? 

Créée en 1912 au cœur de la capitale du Languedoc-Roussillon, la clinique a progressivement développé ses spécialités en chirurgie, médecine et périnatalité. Elle a rejoint en 2005 un groupe en optimisant ses pôles de spécificités, sa démarche continue de qualité des services et des soins. Avec un effectif actuel de 320 agents (280 femmes et 40 hommes), le projet médical de la clinique s’articule autour de cinq pôles sur un même site : la gynécologie obstétrique, la cancérologie, la chirurgie digestive et viscérale, la chirurgie orthopédique, les urgences de la main.

Quel était le problème à régler ?  

La demande paritaire faite à l’Aract s’inscrit dans le cadre d’une démarche initiée par la direction et le CHSCT sur la prévention des risques psychosociaux. Elle concerne une aide dans l’identification des facteurs de risques et la construction d’un plan d’action. C’est principalement le service de chirurgie orthopédique qui est concerné : dans un contexte de fort développement et d’augmentation du nombre de patients, on observe un accroissement du turn-over, des démissions et des plaintes des salariés sur leur « mal-être au travail ».

Qu’ont-ils fait ?  

L’intervention s’est déroulée en plusieurs étapes:

• Son lancement, avec un comité de pilotage composé de la direction et du CHSCT pour valider la démarche, choisir les documents à analyser, les personnes à interviewer, les situations de travail à observer et constituer le groupe de travail.

Pour formuler le diagnostic, l’Aract a réalisé 22 entretiens individuels avec des agents des différents métiers de l’orthopédie (infirmières, ASH, ASD, cadres santé, chirurgiens, etc.) et des agents en relation avec ce service (secrétaires des réservations, standardistes, lingères, brancardiers, pharmaciens, etc.) pour identifier des éléments de perception des risques psychosociaux. Des observations d’activité d’infirmières, d’aides-soignantes et des secrétaires des réservations ont été effectuées pour objectiver les liens entre risques psychosociaux, santé et performance.

Le diagnostic met en évidence un sentiment de pression, d’autant plus important que le service est fortement impacté par les aléas des autres services lorsque le niveau de maîtrise des leviers de régulation par l’encadrement de proximité est faible. Plus précisément, il a permis d’identifier les principales sources de tensions en lien avec la gestion quotidienne de l’activité (relations inter et intra services, temps de travail, conditions et moyens de travail, reconnaissance, management, relations avec le corps médical), et avec les projets et changements en cours (réorganisation des services, informatisation du suivi des médicaments).

Le diagnostic a été validé lors de deux réunions avec le groupe de travail et le comité de pilotage.

• Pour construire le plan d’actions, le groupe de travail, animé par l’Aract et s’appuyant sur le diagnostic, a proposé des pistes de prévention des RPS diversifiées:

- Pour améliorer la reconnaissance et la coopération entre fonctions: valoriser les différents métiers et les enjeux de la coopération, mettre en évidence la contribution de chacun, rendre visible le projet commun.

- Pour mieux maîtriser les contraintes quotidiennes: expliciter ou rappeler les règles à tous les salariés (équité), évaluées régulièrement (renfort, remplacement, statut/rôle, entraide…), renforcer les espaces de discussion pour parler du travail et traiter les problèmes, optimiser le processus d’accueil et d’intégration des nouveaux et des remplaçants, mieux communiquer avec le corps médical pour améliorer le fonctionnement collectif, construire et évaluer les différents scénarios d’adéquation charges/effectifs sur la base des flux de patients (horaires, saisonnalité, périmètre des services).

- Pour consolider le système managérial: valider, ajuster les rôles et responsabilités des différents niveaux d’encadrement, conforter le rôle de régulation du management de proximité, soutenir l’encadrement dans sa mission (précision des délégations, autonomie, développement des compétences).

- Pour accompagner les changements: communiquer sur les impératifs des projets, impliquer les acteurs sur les marges de manœuvre et développer la logique de l’expérimentation/évaluation/ajustement.

Pour quels effets ?  

Dans la clinique, le degré d’autonomie des agents dans l’organisation de l’activité constitue une ressource importante en matière de prévention des RPS. Cependant, cette autonomie est inégalement répartie, avec des services plus ou moins contraints par les aléas de l’activité globale de la clinique, avec des postes de travail plus ou moins dépendants. Dans la complexité de ce contexte où les salariés sont inégalement exposés aux RPS, la direction s’est appropriée le diagnostic et les pistes d’amélioration proposées pour s’engager auprès du CHSCT sur un plan d’action en 5 axes:

- Renforcer la visibilité du fonctionnement et l’anticipation du travail.

- Réguler la charge de travail.

- Mieux utiliser les normes et les procédures pour faciliter l’exécution du travail.

- Soutenir les collectifs de travail et favoriser l’autonomie et la participation.

- Développer la reconnaissance et les parcours professionnels.

Méthodes et outils associés

1
2
3
COVID-19 et prévention des RPS : faire face à une situation inédite dans sa durée

En travail à distance ou sur site pour les commerces et activités autorisées, de nouvelles organisations du travail et formes de coopérations ont d

Comment analyser le travail avec la méthode des « situations-problème »

La méthode « situation-problème » permet aux équipes de travail de mieux comprendre, résoudre et prévenir les situations de tensions, de difficulté

Prévention des suicides, prévention des RPS  : qu’est-ce qui a changé  ?

Le procès en lien avec la succession de suicides survenus à France Télécom durant les années 2000 vient de s’ouvrir. 

Notre offre de formation 2021

close