Vous êtes ici

Travailler debout au bureau pour préserver sa santé ?

Bloc des outils de page

Envoyer la page par email

Ajouter à ma liste de lecture

Selon le Wall Street Journal, un nombre croissant d'employés de bureau de Silicon Valley utilise des postes de travail permettant d'alterner position assise et station debout.

Le dernier cri dans l'équipement des bureaux des grandes firmes de Silicon Valley ? Un poste de travail permettant de ne pas rester assis toute la journée. D'après le Wall Street Journal, de plus en plus de salariés demandent en effet à échanger leur équipement conventionnel pour un autre qui autorise la position debout. Ils se sentiraient plus à l'aise pour travailler sur écran, et davantage en forme à la fin de la journée.

Chez Facebook, ce sont déjà près de 300 salariés sur les 3000 travaillant au siège, à Palo Alto, qui ont demandé à être équipés d'un bureau mixte. Positionné plus en hauteur, celui-ci permet à l'utilisateur d'utiliser soit une chaise haute afin de retrouver en position assise une posture "classique", soit de se positionner debout face à son ordinateur. Toujours chez Facebook, un équipement permettant à un salarié de faire face à son écran tout en marchant, ou même en courant, est aussi à l'essai.

Interrogés par le WSJ, des employés californiens expliquent que le bureau debout requiert une phase d'apprentissage. L'une d'entre elles indique avoir eu du mal, au début, à rester concentrée lorsqu'elle écrivait, car préoccupée par la recherche d'une bonne position. D'autres ont tatonné pour trouver des postures debout qui évitent la fatigue dans les pieds.

Des études tirent la sonnette d'alarme

A l'origine de ce mouvement, plusieurs études démontrant l'impact négatif de la station assise prolongée sur la santé. En 2010, des travaux de l'American Cancer Society ont montré que les femmes qui restent assises plus de six heures par jour avaient 37% de risque de plus de mourir prématurément que celles qui s'assoient trois heures ou moins (+18% chez les hommes).

En 2011, c'est l'American College of Cardiology qui publie une étude mettant en évidence une sur-mortalité pour les personnes qui restent longtemps assises chez elles. 

Comprendre les mécanismes physiologiques

Le diagnostic américain est confirmé par les voisins canadiens. Selon le Centre canadien d'hygiène et de sécurité au travail (CCHST), lorsque le travailleur peut alterner entre une position assise et d'autres positions à sa guise, il risque moins de ressentir de l'inconfort, tout en étant moins vulnérable aux blessures.

Car lorsque l'on est assis, les muscles du tronc, du cou et des épaules sont en position fixe. Le maintien de cette position comprime les vaisseaux sanguins dans les muscles, ce qui nuit à la circulation du sang vers les muscles en activité. Et cet apport sanguin insuffisant accélère l'apparition de la sensation de fatigue et rend les muscles vulnérables aux blessures.

Les recommandations de l'INRS

De son coté, l'INRS français rappelle que la position assise prolongée favorise la survenue des TMS des membres supérieurs et du dos, ainsi que l'apparition de troubles circulatoires.

L'institut propose même des repères pour l'acquisition d'équipement permettant aux personnes qui travaillent assises de pouvoir, si elles en expriment le besoin, travailler en position debout.

Concernant l'activité sur écran, l'INRS indique que l'on gagne à mettre en place des plans de travail ajustables en hauteur, de manière à ce que les personnels puissent passer d'une position assise à la station debout.

 

La vidéo du Wall Street Journal

 

Pour aller plus loin : 

- Consulter l'article du Wall Street Journal 
- Le dossier "Travail en position assise" du CCHST canadien
- Télécharger la plaquette de l'INRS "Prévention des risques liés aux positions de travail statiques"
- Le site de l'INRS

 

Crédit photo : Vitra, fabriquant suisse de mobilier de bureau