Vous êtes ici

TMS : quels risques quand les salariés ne sont pas associés…

Bloc des outils de page

Envoyer la page par email
Cas entreprise Mecabourg

A propos

Référence
795
Catégorie
Secteur d'activité
Code APE
Région
Certaines entreprises s'obstinent à fonctionner dans des modes d'organisation et de gestion peu fiables, et ce, en dépit de la santé des salariés et de l'efficacité productive. Pourquoi attendre que de graves dysfonctionnements apparaissent pour enfin réagir? Le cas de celle-ci est exemplaire dans la manière d'associer les salariés très en amont, dès la conception des systèmes de production.

Ajouter à ma liste de lecture

Description 

Avec 105 000 tonnes de cacao produites par an, l’activité des salariés de cette entreprise de production de cacao n’est pas de tout repos. Alertée par le médecin du travail sur l’augmentation des inaptitudes et des maladies professionnelles liée aux conditions de travail difficiles, l’entreprise décide de revoir les contraintes auxquelles sont soumis ses salariés… en commençant par re-concevoir la configuration d’un atelier particulièrement touché.

Demande 

En 2009, le médecin du travail alerte la direction du site de Louviers sur les problèmes de santé au travail rencontrés par les salariés de la "refonte de masse". Le médecin met en effet l’entreprise en garde sur l’apparition de maladies professionnelles, notamment au niveau des épaules, et la multiplication des restrictions d’aptitudes au sein du personnel. Il est temps d’agir sur les conditions de travail pour préserver la santé des salariés et surtout pour éviter l’exclusion de ceux qui rencontrent déjà des difficultés à tenir leur poste.

Démarche 

Des contraintes qui pèsent…

Après analyse, il s’avère qu’un atelier est particulièrement concerné : l’atelier « refonte de masse ». Celui-ci tourne 7 jours sur 7, 24h sur 24, et emploie 6 salariés qui se relayent toutes les 8 heures. Leur travail : faire fondre de la masse de cacao livrée sous forme de blocs de 30 kilos, pour réapprovisionner les lignes de production en matière première. Les opérateurs travaillent seuls, sur un poste qui comporte de nombreuses contraintes : la masse de cacao est un produit « instable », qui peut avoir légèrement fondu durant le transport ou devenir collant. Le déconditionnement des palettes, la manipulation du produit et la manutention, peuvent donc s’avérer complexes et pénibles. Parallèlement, la machine utilisée pour faire fondre la masse de cacao rencontre de nombreux dysfonctionnements et nécessite une vigilance de tous les instants pour éviter débordements, blocages et autres pannes.

Pour débloquer la machine, les salariés se retrouvent régulièrement dans des postures inconfortables et souvent sous une forte chaleur ambiante. Autant de sources de pénibilité qui commencent à peser sur la santé des opérateurs, tous âgés de plus de 40 ans, et dont deux ont dépassé la cinquantaine.

Revoir la conception avec tous les acteurs concernés

L'entreprise souhaite réduire la pénibilité, et pour cela fait appel à l’ARACT Haute-Normandie qui réalise un diagnostic des conditions de travail dans l’atelier et fait des préconisations. L’entreprise associe également le médecin du travail et la CARSAT Normandie à la réflexion, et choisit d’impliquer les salariés dans le projet. En effet l’histoire de ce poste fait apparaître qu’il a subi de multiples modifications qui n'ont malheureusement pas réduit les contraintes.

Les projets conduits dans cette entreprise révèlent rapidement que seul le point de vue des concepteurs est pris en compte.Ce processus montre ses limites, les salariés étant exposés à des risques d’accidents du travail et de maladies professionnelles du fait des postes non opérationnels.

Un groupe de travail est ainsi constitué, réunissant la direction, le service « hygiène sécurité et environnement », des salariés de l’atelier et des membres du CHSCT. L’expérience porte ses fruits et peu à peu des solutions émergent. Il est décidé de revoir la conception de l’atelier pour réduire les contraintes : optimisation du système d’approvisionnement, meilleure prise en charge des blocs de masse de cacao pour éviter les manutentions, et surtout amélioration technique de la machine pour la rendre plus fiable et mettre fin aux différents blocages, débordements et incidents.


L'entreprise fait appel à un cabinet d’ergonomie chargé de proposer les solutions techniques les plus efficaces. La prévention des risques professionnels fait ainsi son chemin dans cette entreprise, qui a conscience qu’il s’agit là d’une première pierre.

Bilan 

La démarche devra ensuite être étendue à l’ensemble du site qui conduira ses projets en associant les acteurs internes:

- les salariés qui opèrent sur les postes de maintenance (notamment), les membres du CHSCT, l’ensemble des responsables (production, qualité, sécurité et concepteurs) sans oublier la responsable Ressources humaines,

et les acteurs externes :

- le médecin du travail et le préventeur de la CARSAT.

Méthodes et outils associés

1
2
3
Prévenir les troubles musculosquelettiques (TMS) en viticulture

Pour aider les exploitations viticoles à prévenir les troubles musculosquelettiques (TMS) la MSA Gironde et l’Aract Nouvelle-Aquitaine me

Présentation du questionnaire Evrest

Le questionnaire Evrest est l'un des outils de prévention et guides d’évaluation qui permettent de mieux évaluer les interventions en santé au

guide-evaluation-inrs

L’Anact et l'INRS (Institut National de Recherche et de Sécurité pour la prévention des accidents du travail et des maladies professionnelles) publ

Formations

Formation qui permet d’acquérir les bases méthodologiques pour analyser ses données sociales et...