Vous êtes ici

TMS : créer des postes éphémères pour reprendre le travail en douceur

Bloc des outils de page

Envoyer la page par email
Cas entreprise Mecabourg

A propos

Référence
512
Catégorie
Secteur d'activité
Effectif
Code APE
Région
Cette entreprise de logistique a déjà une politique de prévention des troubles musculosquelettiques (TMS) très développée. Elle engage une action originale : proposer aux salariés arrêtés de reprendre le travail progressivement dans des postes éphémères.

Ajouter à ma liste de lecture

Qui ? 

Cette entreprise de service emploie 2 000 salariés au niveau national, qui se répartissent dans divers domaines d'activité : logistique, espaces verts, propreté, etc. Dans la région, elle travaille notamment en sous-traitance directe pour les grands constructeurs aéronautiques. Elle assure la logistique des pièces indispensables à la construction des tableaux de bord des avions.

Quel était le problème à régler ?  

Dotée d'une politique de prévention plutôt efficace (65 jours d'arrêt maladie et zéro accident du travail pour 265 salariés, en un an), l'entreprise souhaite créer des postes éphémères permettant une reprise du travail en douceur après un arrêt maladie. Le site régional est choisi comme pilote.

Qu’ont-ils fait ?  

Le site pilote est chargé de définir les modalités de création des postes éphémères avant qu'ils ne soient transférés aux autres sites de logistique dans un premier temps, voire aux autres activités du groupe.



L'entreprise nomme un chef de projet, qui crée un premier groupe de travail, comprenant le médecin du travail, un médecin ergonome, ainsi que des salariés de l'entreprise : représentants de la production de la direction des Ressources Humaines, responsable hygiène et sécurité, etc.



Le groupe commence par identifier les caractéristiques des postes existants, en cotant chacun d'entre eux en fonction de son exigence vis-à-vis des troubles musculosquelettiques (TMS). On retrouve les trois grandes familles de contraintes ayant une influence directe sur les TMS : les exigences physiques (port de charges, postures), mais aussi psychiques (connaissances nécessaires, rythme de travail, horaires) et sociales (possibilité de travailler en équipe ou non, etc.).



Le groupe doit s'accorder sur les indicateurs choisis, les critères de cotations retenus, et bien sûr sur les exigences de chaque poste. Les discussions permettent de confronter les représentations que chacun porte sur le travail, pour aboutir à une meilleure représentation de ses exigences.



La méthode permet de repérer ce qui, pour chacun des postes, peut être décalé, transféré, reporté dans le temps ou sur une autre personne, sans nuire à la marche générale de l'entreprise.



Le groupe identifie ainsi 12 postes éphémères. Ils ne peuvent être mis en œuvre que pendant un temps relativement restreint (de 4 à 15 jours) et pour des durées variables, car leur existence dépend de la façon dont les autres salariés se mobilisent. En effet, l'organisation et la répartition des tâches diffèrent, et les opérateurs de l'équipe doivent faire des efforts pour réinsérer le salarié touché par les TMS.



Il est convenu que la définition de chaque poste éphémère sera systématiquement revue en fonction du salarié qui l'occupera et de la situation de l'entreprise. La démarche est transférée à d'autres unités du groupe. Pour cela des groupes de travail doivent impérativement être créés sur chaque site. Le nombre de postes éphémères identifiés se révèle moins élevé que sur le site pilote.

Avec quels effets ?  

Réussir à conduire une action aussi particulière a nécessité deux éléments. D'une part, c'est en s'inscrivant délibérément sous le mode pluridisciplinaire que l'action a pu aboutir : grâce à l'impulsion intelligente du médecin du travail, l'entreprise a pu se dégager de sa logique d'ingénieur pour aller vers une logique de prise en compte de l'activité réelle de travail.

D'autre part, une telle réorganisation temporaire du travail n'était possible que dans un contexte fort de prévention et de cohésion, car il exige des autres salariés un effort supplémentaire qui ne peut être que volontairement consenti, et non pas imposé.

Méthodes et outils associés

1
2
3

La situation de crise pandémique actuelle nécessite pour les entreprises de combiner, dans le cadre de la continuité de l’activité, à la fois les m

Prévenir les troubles musculosquelettiques (TMS) en viticulture

Pour aider les exploitations viticoles à prévenir les troubles musculosquelettiques (TMS) la MSA Gironde et l’Aract Nouvelle-Aquitaine me

Présentation du questionnaire Evrest

Le questionnaire Evrest est l'un des outils de prévention et guides d’évaluation qui permettent de mieux évaluer les interventions en santé au

Se former

Cette formation permet d’acquérir les bases méthodologiques dans le but d'analyser les données...

close