Vous êtes ici

Technicien conditions de travail et développement durable : un nouveau métier

Bloc des outils de page

Envoyer la page par email
Cas entreprise Mecabourg

A propos

Référence
226
Catégorie
Secteur d'activité
Code APE
Région
Une entreprise de location de vêtement professionnel souhaite créer le métier de « technicien conditions de travail et développement durable » et le confier à sa responsable qualité. L’ARACT l’accompagne sur ce choix, mais recommande que la salariée soit déchargée de la maintenance, de la sécurité et de l’hygiène, objet d’un recrutement externe.

Ajouter à ma liste de lecture

Description 

Le développement de cette entreprise s’est effectué par diversification et achats successifs depuis 1982. Elle intervient dans plusieurs secteurs d’activités pour la location/entretien de linge en forme (vêtements professionnels) et de linge plat (hébergement, restauration), la location d’articles d’hygiène et d’équipement sanitaire, la vente de vêtements professionnels et d’Equipements de Protection Individuelles (EPI). Elle emploie 41 personnes.

Demande 

L’entreprise s’est portée candidate pour créer la fonction en lien avec le nouveau métier, « Technicien Conditions de Travail et Développement Durable », créé par l’ARACT Martinique. Un diagnostic d’accompagnement est proposé pour promouvoir le métier, l’intégrer dans l’organisation, engager et accompagner les acteurs de l’entreprise dans une démarche de responsabilité sociétale.

Démarche 

Après la présentation du chantier « nouveau métier » et la description des modalités de réalisation du diagnostic d’accompagnement, des séances de travail sont menées avec le dirigeant, la responsable qualité et le responsable ressources humaines et gestion.

Ces échanges permettent de connaître l’entreprise (visite, compréhension du contexte…), de décrire le profil du salarié pressenti (formation, expérience, poste actuel…), d’envisager la dimension que prendrait ce « nouveau métier » dans l’organisation du travail (du point de vue des acteurs de l’entreprise et du point de vue ARACT) et, enfin, de projeter l’entreprise dans l’avenir (défis à relever, orientations stratégiques).

Dans l’entreprise, la responsable qualité avait déjà un rôle transversal dans l’organisation du travail. L’élargissement de ses champs d’intervention semble avoir été préparé avec tout le personnel (direction, encadrement, intervenant). Il s’agit pour elle, de renforcer ses connaissances en matière d’hygiène, de sécurité, d’environnement et de risques professionnels afin d’investir pleinement sa fonction de « responsable qualité, environnement, sécurité » sachant qu’elle travaille à temps partiel, 3 jours par semaine.



La démarche d’analyse repose sur l’étude documentaire de l’entreprise (fiche de poste, organigramme…) et sur l’écoute des acteurs. Ce sont eux qui présentent l’entreprise, son contexte et son évolution et évoquent des pistes de progression issues d’un questionnement réalisé par l’intervenant ARACT. Celles-ci se situent sur divers champs : la sécurité, pour améliorer la prise en compte du risque par les salariés (activité industrielle et site classé) ; l’environnement, par rapport à l’impact de l’activité (gestion de l’eau, des rejets…) ; la maintenance préventive et curative, elle ne serait pas optimale.



Les compétences cibles à acquérir, au regard de ces champs d’action sont définies. Celles pouvant relever du positionnement du technicien sont décrites. Des scénarios sont proposés pour répondre à ces besoins en compétences. Ceci modifie fortement l’hypothèse de départ.



Il apparaît en effet nécessaire au regard de l’activité de maintenance d’effectuer un recrutement externe afin d’encadrer les deux techniciens de maintenance et que cette personne soit également en charge de la sécurité et de l’hygiène. Un plan prévisionnel de montée en charge a été envisagé pour ce salarié : d’assistant maintenance à responsable maintenance. Une période de tuilage a été recommandée avec la responsable qualité garante du processus de production et de satisfaction client.

Bilan 

Le regard global porté sur l’entreprise a permis de décrire les enjeux et les défis auxquels doit faire face l’entreprise, d’identifier les dysfonctionnements, de proposer des modes de résolution, d’aller plus loin que la demande. Il a été proposé la création d’un poste d’assistante de direction au regard de la charge de travail du dirigeant (afin qu’il se libère du temps commercial). Ce poste a été envisagé aussi dans le but d’alléger aussi le poste de la responsable qualité. Un diagnostic gestion des âges a été réalisé permettant une vision globale de la ressource humaine (pyramide des âges, projection à 2010).

Le diagnostic a permis de mettre en évidence le manque de temps d’intervention pour la responsable qualité, à temps partiel, sur les champs de l’environnement, de la sécurité. Ce qui n’avait pas été perçu en interne. Au total, l’intervention aura contribué à la promotion de l’emploi.

Méthodes et outils associés

1
2
3
outils travail

Le réseau Anact-Aract propose différents outils et services destinés à ceux qui s'engagent dans des projets d'amélioration des conditions de travai

Publiées dans un supplément au n°345 de la revue Travail et changement, ces 12 propositions sont autant de voies d’amélioration du fonctionnement d

Perçue comme un modèle d’efficience, de rationalisation et de rentabilité, la méthode lean est adoptée par l'industrie mais aussi par le secteur te

Formations

Cette formation permet d’acquérir les bases méthodologiques dans le but d'analyser les données...

Cette formation-action permet de comprendre et d'analyser l'activité de travail par des outils...