Vous êtes ici

Simulation et conduite de projet

Bloc des outils de page

Envoyer la page par email
Cas entreprise Mecabourg

A propos

Référence
285
Catégorie
Secteur d'activité
Code APE
Une entreprise d’insertion qui fabrique des palettes et caisses en bois a en projet la construction d’un nouveau bâtiment. Pour anticiper les conséquences en termes d’organisation et de conditions de travail, un groupe de travail simule la disposition des machines avec des cartons à l’échelle et trouve ainsi plusieurs solutions.

Ajouter à ma liste de lecture

Description 

Créée en 1995, cette entreprise d'insertion a pour activité principale la fabrication de palettes en bois (1/3 de la production). Au fur et à mesure de son développement, ses activités se sont élargies à la réparation et au reconditionnement de palettes (1/4 de la production en augmentation importante) ainsi qu'à la fabrication de caisses et rolls en bois (1/3 de la production).

L'entreprise emploie 10 salariés permanents et peut accueillir 15 salariés en insertion, embauchés au maximum pour 2 ans.

Demande 

L’entreprise réfléchit depuis plusieurs années à l’optimisation de sa production : organisation du stockage, planification de la production, amélioration des postes de production… Ceci l’amène à envisager la construction d'un atelier supplémentaire.

Ce projet va avoir des conséquences sur l'ensemble de l'organisation de la production. Il est fait appel à l'ARACT pour anticiper les conséquences de ce projet sur les conditions de travail et sur le réaménagement des zones de travail de l'entreprise.

Démarche 

Le nouveau bâtiment doit contenir un atelier de stockage sur racks permettant d’optimiser le stockage. Il servira également pour la formation à la conduite des chariots de manutention. L'activité de démontage y sera installée. L'atelier de production actuel sera réaménagé en améliorant les conditions de travail (en particulier en terme d'espace) et en ajoutant des postes de fabrication de plateaux et d'assemblage.

Le projet est connu du personnel et a été validé par le Conseil d'Administration. Des subventions ont été obtenues pour la réalisation du nouveau bâtiment.

L’intervention débute par des observations dans l'entreprise pour comprendre le fonctionnement actuel et clarifier les attentes par rapport au projet. Elle a été précédée d'une information par le directeur à l'ensemble des salariés sur les objectifs visés. Un entretien avec le médecin du travail a permis d’échanger sur les principaux risques dans l'entreprise : risques lié au bruit, à la poussière de bois et aux zones de circulation des engins.

Un groupe de travail est formé, constitué du président et de membres du conseil d'Administration, du directeur, du responsable de production ainsi que des deux chefs d'équipe.


Une première réunion permet d’analyser les plans pour l'aménagement du futur bâtiment. Le groupe de travail déplace les machines (découpage de cartons à l'échelle) sur le plan en fonction des contraintes du futur atelier pour arriver au meilleur compromis possible en matière de conditions de travail et de productivité.

Deux réunions sont consacrées à la disposition des machines dans l'atelier existant. Le groupe positionne les différentes machines en fonction du flux de production, des zones de stockages des produits à travailler.

Une quatrième réunion se centre sur la disposition des zones de stockage, de chargement / déchargement et de déchets. Le groupe de travail développe un aménagement du stock qui permet de conserver le volume de stockage tout en augmentant l'espace pour la zone de chargement/déchargement, en améliorant les accès pour les chariots élévateurs pour la prise des piles de bois et en éloignant le stock des bâtiments.

Une dernière réunion permet de présenter les différents plans élaborés par le groupe de travail au Conseil d'Administration et au médecin du travail. Cette réunion est l'occasion de présenter le travail restant à faire dans le cadre de ce projet d'extension.

Bilan 

Plusieurs points demeurent en effet à aborder : la formalisation de ces évolutions dans le Document Unique d'évaluation des risques professionnels, l'intégration de la démarche d'amélioration de la qualité dans cette démarche d'amélioration des conditions de travail et la mise à jour des fiches de fonctions pour intégrer les évolutions que le projet va générer, afin d'avoir des fiches de fonctions à jour comme base d’entretiens avec les salariés en insertion.



Reste que cet investissement avant la réalisation du projet aura permis aux différents acteurs de l'entreprise de travailler ensemble à l'amélioration du fonctionnement en terme de conditions de travail et de productivité.
Il aura permis à chacun (membres du Conseil d'Administration, directeur, et encadrants) de prendre conscience des difficultés actuelles de l'atelier et des conséquences d'un tel projet pour les anticiper et améliorer les conditions de travail.

Méthodes et outils associés

1
2
3
outils travail

Le réseau Anact-Aract propose différents outils et services destinés à ceux qui s'engagent dans des projets d'amélioration des conditions de travai

Publiées dans un supplément au n°345 de la revue Travail et changement, ces 12 propositions sont autant de voies d’amélioration du fonctionnement d

Perçue comme un modèle d’efficience, de rationalisation et de rentabilité, la méthode lean est adoptée par l'industrie mais aussi par le secteur te

Formations

Cette formation-action permet de comprendre et d'analyser l'activité de travail par des outils...