Vous êtes ici

Master « Management, travail et developpement social » à Dauphine

Master management, travail et développement social

Avec le master « management, travail et développement social » dispensé en formation continue, l’Anact et l’université Paris-Dauphine proposent une formation qui s’articule autour de trois piliers d’enseignement : le contrôle de gestion, la sociologie des organisations, et l’ergonomie du travail.

La complémentarité entre ces disciplines permet une compréhension globale du fonctionnement de l’entreprise.

Cette formation supérieure en sciences humaines associe pour la première fois la logique gestionnaire et les conditions de travail afin d’améliorer la performance de l’entreprise tant du point de vu économique que social.

Comme le précise Norbert Alter, professeur des universités à Paris Dauphine, « c’est à ce jour la première formation construite autour de la nécessité d’une articulation entre management et travail. D’une certaine manière, il s’agit de jeter les bases d’un métier qui n’existe pas encore : manager du travail ».

Fruit d'une coopération entre universitaires et professionnels, ce master est piloté par Norbert Alter et Laurence Servel, maîtres de conférences, en partenariat avec l’Anact.

Le déroulé

Le master se déroule sur 14 mois, à raison de 5 jours par mois. Il représente 400 heures de cours, réparties en 4 grands pôles :

  • Sciences humaines : ergonomie, sociologie, psychologie
  • Sciences de gestion : mettre en rapport coût et valeur travail
  • Pratiques professionnelles de l’intervention : études de cas, retours d’expériences, …
  • Travail individualisé : regard réflexif sur les postures professionnelles, formation à la transmission de résultats et à l’intervention, production sous la responsabilité d’un tuteur d’un mémoire professionnel.

L’Anact intervient dans le master sur différents modules et accueille la promotion en séminaire résidentiel à Lyon sur 2 jours.

Les étudiants

Les quatre premières promotions du master professionnel « management, travail et développement social » ont accueilli depuis décembre 2008 une vingtaine d’étudiants par an.

Des étudiants issus d’horizons professionnels différents : représentants syndicaux, secrétaires de CHSCT, avocats, consultants, créant ainsi un environnement riche et propice à l’échange d’expérience.

Témoignages de diplômés

DA, avocat au cabinet Fidal et délégué de la promotion 1, témoigne pour eux des atouts de cette formation centrée sur le travail : « j’ai bénéficié d'un apport théorique et pratique en sociologie et ergonomie qui m’a permis de mieux comprendre et mesurer les enjeux du travail. Cette formation m'est apparue être la seule à apporter cette complémentarité de savoir. La multiplicité des approches permet d'appréhender la complexité du sujet. ».

PG ne pensait pas, en s’inscrivant au master de Dauphine, changer de vie professionnelle : « je me sentais un peu isolé professionnellement, et je savais que je manquais de références théoriques ». Chargé de mission Handicap dans un grand groupe d’hôtellerie, il pilotait l’accord d’entreprise sur ce thème. Abonné à la lettre de l’Aract de sa région, il voit passer une annonce sur la formation à Dauphine : « quand j’ai vu le descriptif du master j’ai tout de suite pensé que c’était ce qu’il me fallait ! La formation a parfaitement répondu à mes attentes, et m’a donné une légitimité personnelle. Mieux outillé, d’autres portes pouvaient s’ouvrir pour moi. » Aujourd’hui, quelques mois après sa formation, PG a rejoint un cabinet de consultant. Il y a crée un nouveau département "santé sécurité au travail" qu’il compte développer.

PT, consultante depuis 10 ans, accompagnait les entreprises en conseil de direction, en ressources humaines, recrutement, mobilité, et bilan professionnel. Son souhait en intégrant le master était bien clair : « Je souhaitais enrichir mes activités qui ne me suffisaient plus intellectuellement. Je trouvais que je manquais de sens dans mon travail de consultante, clairement je souhaitais être plus à l’écoute du corps social  dans l’entreprise et avoir une approche plus paritaire dans mes interventions et les diversifier. » Pari réussi : si elle poursuit son activité RH, elle y intègre sa nouvelle approche. Surtout, grâce à des contacts noués pendant le master, elle a établi un partenariat avec un cabinet positionné sur le champ de la santé au travail avec lequel elle intervient sur les RPS. « Le master m’a donné des acquis théoriques, mais pour passer de la théorie à la pratique, j’ai besoin de l’échange sur le terrain avec d’autres consultants avisés. »