Vous êtes ici

Industrie

Bloc des outils de page

Envoyer la page par email

Ajouter à ma liste de lecture

Prévenir l’usure professionnelle des salariés, une manière sûre d’investir sur le long terme

Ce groupe familial de l’agroalimentaire se compose de plusieurs usines réparties sur le territoire national. Situé en région Centre, un des établissements emploie environ 600 salariés et fabrique des produits ultrafrais à destination des supermarchés et de la restauration collective. Ce type de production nécessite beaucoup de réactivité pour répondre aux demandes des clients, ce qui génère parfois des dépassements d’horaires et des changements de plannings pour les salariés.

De la pénibilité à la qualité de vie au travail : se donner les moyens d’une gestion à long terme.

Leader sur le marché de la propreté sur son territoire, cette entreprise a su passer, en 20 ans, de 2 à 120 salariés, tout conservant des relations de travail à dimension humaine. L’entretien des locaux, la vitrerie, la remise en état et autres activités permettent de répondre aux attentes de sa clientèle, majoritairement des entreprises. Ses valeurs reposent sur la rigueur professionnelle, la qualité de suivi, la réactivité et la proximité pour garantir au quotidien une qualité de service chez les clients et une qualité de vie au travail pour les salariés.

Se former aux méthodologies d’analyse des données démographiques et de santé pour agir ensemble sur l’usure professionnelle

Cette entreprise d'abattage de dindes est située dans le Finistère. Filiale d'un groupe coopératif, l'ensemble de sa production est destinée à une usine de découpe de dindes et de fabrication de produits élaborés d'une société actionnaire du groupe. L'entreprise emploie 36 salariés, en production, en maintenance, en encadrement et en fonctionnel. Au cours des dix dernières années, le volume de son activité a baissé de façon continue passant de 70 000 dindes abattues par semaine à environ 45 000 en 2012.

Le ressenti des salariés, point de départ d’une réflexion sur la pénibilité

Depuis sa création en 1950, cette entreprise familiale - aujourd’hui spécialisée dans l’adaptation de poids lourds et véhicules spéciaux et l’équipement de carrosserie - a connu tout au long de son histoire un essor remarquable qui s’est accompagné d’un processus de structuration progressif. Elle compte aujourd’hui 64 salariés. Sur le plan de l’organisation et du fonctionnement, elle s’est très tôt structurée avec un atelier, un bureau d’étude, un bureau des méthodes, un pôle achat et un pôle administratif.

Santé et RH : quand le croisement d’indicateurs est au cœur de la stratégie d’amélioration des conditions de travail

L’entreprise est installée de longue date sur le territoire et son activité consiste en la transformation de produits agricoles. Elle dispose d’une implantation territoriale multi-sites mettant en lien avec des exploitations agricoles, des activités de transformation et de commercialisation des produits fabriqués. La production concentre l’essentiel des effectifs.

Faible mixité et parité à géométrie variable dans une PMI : les ressorts d’une volonté de changer la donne

Cette entreprise industrielle de moins de 200 salariés conçoit, fabrique et commercialise des équipements de pointe pour l’industrie. Elle a une structure de qualification élevée: un peu moins de la moitié des salariés sont cadres et environ un quart techniciens.

Elle connaît une croissance élevée et a, de ce fait, des besoins en recrutement relativement importants et qui vont s’accroître dans les années à venir, compte tenu de la pyramide des âges et des départs à la retraite.

Des managers en souffrance ou les effets locaux d’une stratégie pensée à l’échelle du monde

Le département de cette entreprise mondiale emploie près de 300 personnes en région Rhône-Alpes, à partir de compétences pointues en architecture réseau et télécommunications. En 15 ans, il en est à sa 13e réorganisation et des changements d’organigramme sont régulièrement présentés en CE. La dernière mutation a entraîné des suppressions de poste (environ 60), et la réaffectation d’une vingtaine de personnes.

En juin 2011, le CHSCT réalise une enquête sur un accident du travail (burn out) concernant un chef de service.

Analyse et diagnostic démographique pour sensibiliser les acteurs de l'entreprise

Cette entreprise familiale de l’industrie céramique a été créée en 1857. Elle est rachetée en 2007, par trois entrepreneurs locaux qui vont orienter la production vers le haut de gamme. Après un léger repli lié au changement de marché, l’activité est en constante progression. L’entreprise maîtrise l’ensemble du processus de production. Elle commercialise ses produits directement aux professionnels et aux particuliers via deux points de vente. Le savoir-faire et l’expérience de ses 75 salariés sont ses atouts stratégiques majeurs. L’entreprise vient de créer la fonction RH.

Un CHSCT, c’est bien… et quand il fonctionne normalement, c’est encore mieux !

Cet établissement d’une grande entreprise emploie 3000 personnes; il fabrique et entretient des navires de guerre et mobilise des compétences de métiers pointues et diversifiées. Établissement public devenu privé, il conserve une forte tradition syndicale avec trois syndicats représentatifs des salariés.

Quand la GPEC territoriale mène au dialogue social territorial

Cette Maison de l’emploi (MDE) a initié une action portant sur la filière aéronautique et plus particulièrement auprès d’un groupe de sous-traitants fédérés sous la forme d’une SAS. Un renforcement structuré des compétences de ces sous-traitants apparaît, notamment aux yeux du donneur d’ordres, comme un enjeu majeur pour permettre des partenariats locaux durables et efficaces dans un contexte industriel d’activité soutenue et exigeante.

Pages

close