Vous êtes ici

Industrie

Bloc des outils de page

Envoyer la page par email

Ajouter à ma liste de lecture

Départ à la retraite : recruter ou pas ?

L'entreprise, fondée dans les années 30, emploie un effectif de 48 personnes réparties sur trois sites. L’intervention se situe dans le principal établissement où travaillent 34 salariés. Ce site produit des peintures et des produits de décoration à destination de grossistes. Depuis 3 ans, l’entreprise rencontre une baisse de son chiffre d ’affaires et sa priorité est de retrouver un équilibre financier.

De la logistique à la production : les TMS en chaîne

Sous-traitant automobile, appartenant à un groupe mondial, l'entreprise produit des lève-vitres et systèmes de portes. L’un de ses sites produit 40 à 50 000 mécanismes de lève-vitres par jour dans un processus technique peu automatisé, avec notamment des activités d'assemblage et de vissage. L'entreprise fait l'objet d'un vaste projet d'investissement : une nouvelle usine est construite avec une nouvelle organisation du travail et une réorganisation des espaces.

Confort, sécurité, compétitivité : enjeux de l'organisation

Il s'agit d'un groupe mondial, équipementier automobile, implanté dans 27 pays.
Sur l'un des sites français, les 700 salariés réalisent la découpe, l’emboutissage, la peinture, l’assemblage des assises et des dossiers de sièges automobiles.
Signes particuliers de l’effectif : une main-d’œuvre locale dans un petit bassin d’emploi, un faible niveau de qualification, une forte ancienneté et 20 % de l’effectif ouvrier présentant des restrictions d’aptitudes.

Concilier performance économique et conditions de travail

Située au cœur du bocage normand, l'entreprise, créée en 1992, s’est spécialisée dans la fabrication d’aliments pour chiens et chats à partir de viande fraîche. Actuellement troisième producteur européen, elle a connu et connaît encore un développement considérable : elle est passée de 9 à 200 salariés et de 12 millions à 120 millions de barquettes produites sous étiquettes " distributeurs ". Les investissements importants consentis ces dernières années pour accompagner la croissance ont modifié l’organisation du travail ainsi que le temps de travail.

Communication interne : faire écho dans l'entreprise

Présentation
Petite et moyenne entreprise (PME) de 140 agents, l’établissement fabrique des composants de mesure de température pour bains de fusion, pour le compte de sa maison-mère située à l'étranger. Il est composé de deux ateliers. Le premier, mécanisé, emploie 13 agents dont 1 femme ; il fonctionne selon un modèle identitaire professionnalisant. Le deuxième fonctionne selon un modèle identitaire réglementaire ; il est sous la responsabilité d'un chef d'atelier qui encadre 95 femmes.

Améliorer la performance et les conditions de travail

Suite à un dépôt de bilan, le PDG d’une PME des Pays de la Loire décide de donner un nouvel élan à son entreprise en engageant des transformations en profondeur. Premier coup de barre : le dirigeant opte pour un changement de métier. La PME s’était spécialisée dans la découpe de tissus pour le compte de l’industrie textile. Elle découpera désormais des produits techniques souples pour les secteurs de l’automobile et de l’aéronautique.

Agir sur la performance en réduisant les contraintes

En 1997, le rachat de cette entreprise familiale spécialisée dans la transformation de produits de la mer marque le début d’une ère nouvelle. Le groupe acquéreur entend industrialiser la production et dynamiser la commercialisation auprès des Grandes et Moyennes Surfaces. Pour le nouveau directeur, cette évolution passe par la construction de nouvelles relations sociales et une meilleure prise en compte des conditions de travail. En 1999, il signe avec les représentants des salariés un accord 35 heures avec modulation du temps de travail.

Anticiper le vieillissement et l'usure professionnelle

Cette entreprise, à la charnière de l’artisanat et de l’industrie, existe depuis 1967. Elle emploie 60 personnes qui fabriquent des meubles de bureau haut de gamme, c’est-à-dire des produits lourds, encombrants, et difficiles à manipuler. Le catalogue est extrêmement diversifié et se traduit, en production, par des petites séries, voire des pièces à l’unité qui limitent le recours à des automates. L’ancienneté moyenne est de 22 ans, et nombre de salariés ont autour de 50 ans.

Absorber le double impact de la RTT et d’un plan de préretraite

Depuis de nombreuses années, le chiffre d'affaire de l'entreprise se maintient avec des effectifs qui décroissent régulièrement. Elle appartient à un groupe national, qui lui-même est détenu par un holding financier. Jusqu'en 2000, elle bénéficiait d'une très large autonomie de gestion, qu'elle a depuis perdue pour devenir une simple usine du groupe. En 2000, elle a signé un accord de réduction du temps de travail (RTT) qui introduit de la modulation des horaires en contrepartie du maintien des salaires, mais sans création d'emploi.

Pages

close