Vous êtes ici

Réussir son projet industriel

Bloc des outils de page

Envoyer la page par email

Ajouter à ma liste de lecture

chapo

Un projet d’investissement engage l’avenir de l’entreprise, en particulier lorsqu’il s’agit de moderniser une ou plusieurs lignes de production ou de construire un nouveau site.

Le projet engage également l’avenir des salariés. En effet, les compétences mobilisées et les conditions de réalisation du travail seront transformées. Ces conséquences sont le plus souvent sous-estimées et peuvent se traduire par des difficultés (absentéisme, TMS, conflits sociaux).

 

Les choix concernant l’analyse stratégique, l’organisation du projet et son pilotage, la prise en compte des contraintes d’exploitation, les relations avec les fournisseurs  et l’accompagnement des salariés vont ainsi s’avérer déterminants pour la réussite du projet.

 

Prendre en compte les caractéristiques de la population

Parmi les caractéristiques de l’entreprise souvent sous-estimées lors de la conduite d’un projet industriel, celles de la population salariée en termes d’âge, de genre, de santé et de compétences sont les plus fréquentes. On constate souvent une sélectivité des postes rarement aménagés pour être accessibles à tous ou/et avec des risques pour la santé.

Intégrer la question de la santé en précisant des objectifs de prévention et de maintien en emploi dès le démarrage du projet est indispensable. Pour ancrer ces objectifs, des acteurs représentant les fonctions Ressources Humaines, le CHSCT et bien entendu les salariés concernés doivent être parties prenantes de projet.

Confronter les points de vue

Suivant leur domaine de compétence (méthode, RH, maintenance…) et leur position (concepteur, exploitant, utilisateur), tous les acteurs n’exprimeront pas le même point de vue. Pour éviter des incohérences dans la prise de décision, le projet ne doit pas rester une démarche d’information descendante.

Du temps doit être dégagé pour que chacun puisse contribuer à la mise en œuvre du projet au niveau de l’équipe projet, dans des espaces de concertation ou bien dans des groupes de travail participatifs. Ce n’est alors pas l’expertise technique qui fera la qualité du chef de projet, mais sa capacité à mener une approche globale et à animer la confrontation des points de vue pour construire des compromis.

Anticiper des situations à risque

Il existera toujours un écart entre les tâches définies par les concepteurs et le travail réel des opérateurs sur le nouvel outil. Plusieurs sources de variabilité expliquent ces écarts :

  • Les caractéristiques de la population
  • La variabilité du produit et des matières premières
  • Les dysfonctionnements techniques et aléas divers

Des situations de débordement sont alors fréquemment observées. Elles pèsent directement sur l’efficacité de la production et sur les conditions de travail.

L’objectif prioritaire consiste à identifier l’ensemble des situations de travail futur et les moyens dont disposeront les opérateurs pour éviter et gérer au mieux ces situations à risque. Pour cela, il convient d’analyser des situations dites "de référence" et avoir recours aux simulations sur la base de plans, maquettes ou prototypes. La participation des salariés en coopération avec les concepteurs lors de la démarche est primordiale.

Pour approfondir les aspects pratiques de la mise en œuvre, se reporter au guide gratuit "Réussir un projet industriel en PME : l’enjeu conditions de travail"

close