Vous êtes ici

Résultats de la première enquête sur la qualité de vie au travail dans l'économie sociale et solidaire

Bloc des outils de page

Envoyer la page par email

Ajouter à ma liste de lecture

Lundi 3 février a eu lieu la restitution des résultats du premier baromètre national exclusivement consacré à la qualité de vie au travail des salariés et des dirigeants de l’économie sociale et solidaire (ESS). Des chiffres et analyses précieux qui devraient permettre la mise en place de pistes d’action pour co-construire la qualité de vie au travail dans l’ESS.

En fin d’année 2013, la mutuelle Chorum en partenariat avec le ministère de l’économie sociale et solidaire, les partenaires sociaux, l’Anact et l’institut de sondages CSA, a réalisé un questionnaire « Qualité de vie au travail dans l’ESS ». L'enquête a récolté près de 6 300 réponses, permettant de dégager une vision représentative du rapport au travail dans ce secteur. Parmi les répondants, c'est la première fois que les salariés ainsi que les dirigeants sont interrogés conjointement sur la qualité de vie au travail.

Un baromètre pour lancer des pistes d’action

L’économie sociale et solidaire représente 14% de l’emploi privé en France, soit 2,33 millions de salariés. Un secteur important qui place l’humain au cœur de ses actions. L’objectif de l'enquête ? Faire un état des lieux et déterminer les pistes de progression pour améliorer la qualité de vie au travail (QVT) dans l’économie sociale et solidaire.

les principales branches de l'économie sociale et solidaire

L’étude s’appuie sur la définition de l’Ani (accord national interprofessionnel) du 19 juin 2013 sur la qualité de vie au travail.

$(function() {
$( "#accordion" ).accordion();
});

$(document).ready(function(){

//Set default open/close settings
$('.acc_container').hide(); //Hide/close all containers
$('.acc_trigger:first').addClass('active').next().show(); //Add "active" class
to first trigger, then show/open the immediate next container

//On Click
$('.acc_trigger').click(function(){
if( $(this).next().is(':hidden') ) { //If immediate next container is
closed...
$('.acc_trigger').removeClass('active').next().slideUp(); //Remove all
.acc_trigger classes and slide up the immediate next container
$(this).toggleClass('active').next().slideDown(); //Add .acc_trigger class to
clicked trigger and slide down the immediate next container
}
return false; //Prevent the browser jump to the link anchor
});

// toggles the slickbox on clicking the noted link
$('#slick-toggle').click(function() {
$('#slickbox').toggle(600);
return false;
});

});

Définition de la QVT selon l'Ani

Les conditions dans lesquelles les salariés exercent leur travail et leur capacité à s’exprimer et à agir sur le contenu de celui-ci déterminent la perception de la qualité de vie au travail qui en résulte.

Voir la définition complète.

 

Une satisfaction globale, mais à nuancer

« Le premier enseignement, c’est le taux de satisfaction des salariés de l’ESS à l’égard de leur entreprise qui est très élevé » Benoît Hamon, ministre délegué, chargé de l’ESS.

En effet, 85% des salariés et 92% des dirigeants souhaitent continuer à travailler dans l'économie sociale et solidaire et presque autant sont satisfaits de leur travail qu’ils considèrent utile et porteur de sens. Une grande majorité des salariés et des dirigeants de l’ESS s’estiment satisfaits de leurs conditions de travail. Toutefois, trois points à améliorer figurent au tableau : la conciliation des temps, des contraintes physiques et des douleurs articulaires dues au travail exercé.

Malgré une satisfaction globale, 46% des salariés et dirigeants ont le sentiment que leur qualité de vie au travail s’est dégradée ces dernières années. Des inquiétudes face à l’avenir se font sentir, particulièrement chez les salariés (58% sont confiants) plus que chez les dirigeants (82% sont confiants). Ces inquiétudes sont notamment liées aux fusions et regroupements qui, d’après les résultats, impactent significativement la qualité de vie au travail.

Attentes et points de vigilances

Dans les points forts : 84% des salariés se sentent respectés et reconnus et 81% des dirigeants estiment recevoir les informations nécessaires pour bien faire leur travail.

Parmi les points faibles des salariés se retrouvent : la crainte d’agressions physiques et l’impact des comportements agressifs. Parmi ceux des dirigeants : un sentiment de pression permanent et une charge de travail excessive.

Les attentes des salariés concernent avant tout le relationnel, l’organisation du travail et la communication ; pour les dirigeants : les moyens et financements, l’organisation du travail et le relationnel. Ainsi, salariés et dirigeants se rejoignent sur l’importance de l’aspect relationnel dans la perception de la qualité de vie au travail et celui de l’organisation du travail.

Ces résultats intéressants constituent des ressources précieuses pour mieux évaluer le secteur et pour identifier des pistes de réflexion et d’action adaptées. Cette enquête est la première étape d’un long travail sur cette thématique. Son actualisation tous les trois ans donnera lieu à un suivi de l'évolution de la qualité de vie au travail.

Ci-dessous, la vidéo de la journée complète de restitution des résultats

Pour aller plus loin