Vous êtes ici

Repenser l’organisation du travail pour prévenir les RPS et l’usure professionnelle

Bloc des outils de page

Envoyer la page par email
Risques psychosociaux

A propos

Référence
1336
Catégorie
Secteur d'activité
Effectif
Code APE
Région
À la suite des dysfonctionnements organisationnels dont les effets sur la santé et les relations de travail d’une catégorie de personnels sont avérés, un diagnostic des situations de travail est mené qui identifie des points de progrès. Des préconisations sont faites pour améliorer les modes de prescription du travail, les relations sociales et professionnelles… pour un double objectif : abonnir la santé des salariés et garantir une qualité des services rendus aux usagers.

Ajouter à ma liste de lecture

Qui ? 

La Caisse des Écoles est un établissement public communal en charge de la vie scolaire (sociale, culturelle, éducative et sanitaire) pour l'enseignement public ou privé du premier et du second degré. Il a pour mission de :

- procéder aux inscriptions pour les écoles maternelles et élémentaires ;

- organiser le transport des élèves scolarisés.

Il est l’interlocuteur du personnel enseignant, des parents d’élèves et de l’inspection de l’Éducation nationale sur les questions de sécurité, hygiène, entretien, réparation, mobilier, fournitures scolaires, environnement.

Quel était le problème à régler ?  

La Caisse des Écoles est confrontée à des dysfonctionnements organisationnels qui impactent la santé du personnel, les relations de travail et la qualité du service rendu auprès des enfants dans certaines écoles.

Ainsi, pour faire face à ces difficultés, la direction et les représentants du personnel sollicitent l’appui de l’Aract Martinique pour réaliser un diagnostic sur les conditions d’exercice du travail d’une catégorie du personnel : les agents d’entretien et de restauration & les agents territoriaux spécialisés des écoles maternelles (Atsem).

Qu’ont-ils fait ?  

Avant toute démarche de diagnostic, la direction, les coordinateurs des écoles et les représentants du personnel ont participé à un atelier de sensibilisation sur les risques psychosociaux. Il s’agissait pour l’Aract de permettre aux acteurs de partager un même niveau de connaissance et de favoriser leur mobilisation pour la suite de l’accompagnement.

Après l’étude d’indicateurs (absentéisme, accidents du travail, douleurs physiques, restrictions, matériels, conflits, plaintes, expression de mal-être, plaintes de parents), le comité de pilotage choisit de mener les analyses par corps de métier (agents d’entretien et de restauration et ATSEM) et d’identifier « une école pilote » pour mettre en œuvre la démarche.

Le diagnostic réalisé au sein de cette « école pilote » repose sur la mise en relation entre :

• l’analyse du fonctionnement à partir des documents existants et d’entretiens avec le personnel de l’école ;

• la compréhension du vécu du travail : perception des difficultés et facilités ;

• l’analyse de l’activité de travail dans le cadre du fonctionnement quotidien à partir d’observations du travail et d’entretiens au poste de travail.

Les difficultés rencontrées tournent autour de cinq problématiques :

1- Les contraintes physiques inhérentes à l’activité qui, combinées, amplifient la probabilité d’apparition de douleurs et, à long terme, de maladies professionnelles : accumulation de postures à risque, leur répétitivité ou leur maintien dans la durée, les forces exercées et poids manipulés.

2- la charge mentale inhérente à l’activité : vigilance soutenue en continu liée au travail auprès d’enfants. Renforcée par l’exposition au bruit pendant plusieurs phases de travail, cette situation peut affecter la concentration et la vigilance, et générer un épuisement nuisible pour la qualité du travail voire à l’origine d’accidents scolaires.

3- la désorganisation du travail :


Du fait d’un fort absentéisme (arrêt maladie et accident du travail) et de restrictions médicales, l’école se voit privée d’une partie de ses compétences essentielles, ce qui désorganise le travail et augmente la charge de travail des salariés présents.

4- l’insatisfaction au travail consécutive aux pratiques RH et managériales :
• absence de communication et de concertation sur les changements ;

• flou dans le périmètre action de chacun ;

• manque de soutien social et technique pour maîtriser et accomplir à bien sa mission ;

• représentations négatives, sentiment de manque de considération ;

• absence de prise en compte de la réalité du travail et de ses difficultés dans la prise de décisions et l’estimation des moyens à allouer. Ce qui engendre, d’un côté, un sentiment de manque de reconnaissance du travail réalisé, des efforts fournis, et de l’autre, des besoins pour faire face aux manquements et dysfonctionnements.

5- le vieillissement de la population & le parcours professionnel : se pose ici la problématique du vieillissement de la population et de la forte ancienneté au poste et/ou dans la même fonction tout au long du parcours professionnel. Une réalité accentuant davantage les risques d’apparition de troubles de la santé.

L’accumulation de ces problèmes ont de multiples effets sur :

• la santé du personnel : AT, douleurs, isolement, agressivité, difficulté à conjuguer avec sa vie familiale…;

• la qualité du travail et l’image de la collectivité : nettoyage priorisé, prise en charge des enfants moins efficace (plaintes de parents)…;

• le collectif de travail : incompréhensions, conflits, représentations négatives, désengagement…

Pour quels effets ?  

Les difficultés étant connues depuis plusieurs années, le diagnostic réalisé dans une « école pilote » apporte un éclairage sur le mécanisme d’altération de la santé et le processus d’usure professionnelle (physique et mentale).

Ainsi, ce diagnostic, assorti de préconisations — techniques, organisationnelles, managériales et relatives à la gestion des ressources humaines — a été présenté au COPIL pour une appropriation par ses membres (élu, direction, IRP, responsable RH, responsable qualité, agent de prévention, animateur).

Il sera ensuite restitué aux personnels concernés afin de recueillir leurs impressions et leurs propositions d’actions.

Il servira par la suite de base de travail pour une analyse collective des situations de travail dans les autres écoles via des groupes de travail composés d’acteurs de ces écoles. À l’issue de ce travail collectif, un plan d’action commun sera construit avec des actions à court, moyen et long terme.

Méthodes et outils associés

1
2
3

Perçue comme un modèle d’efficience, de rationalisation et de rentabilité, la méthode lean est adoptée par l'industrie mais aussi par le secteur te

Le Directeur Général du Travail a présenté le 18 octobre le quatrième volet de la campagne pluri-annuelle de prévention des troubles musculo-squele

close