Vous êtes ici

Repenser le travail pour redimensionner l'espace

Bloc des outils de page

Envoyer la page par email
Cas entreprise Mecabourg

A propos

Référence
349
Catégorie
Secteur d'activité
Code APE
Reconfigurer un espace de travail, c'est bien sûr étudier la dimension physique et spatiale, mais aussi analyser la situation de travail. Mené dans un atelier de traitement des liquidités, le projet aboutit à la nécessité d'accorder une certaine souplesse d'organisation, pour compenser l'encadrement très strict de l'activité.

Ajouter à ma liste de lecture

Description 

L'activité de ce partenaire des établissements financiers, de la grande distribution et du commerce s’articule autour de trois métiers : le transfert de fonds, la reconnaissance et le comptage de fonds, la gestion des automates bancaires.

Demande 

Pour améliorer la sécurité et les conditions de travail des opératrices, tout en rendant la production plus efficace, l’entreprise envisage de reconfigurer la salle de comptage des liquidités et de repenser les box de traitement. Ce projet concerne 25 salariés. Il s'agit donc de construire un cahier des charges fonctionnel de l’espace de travail qui comporterait une salle commune et 16 box de traitement.

Démarche 

Box, allées, couloirs, locaux techniques, environnement sonore, règles ergonomiques concernant l’aménagement des locaux, l'espace travail doit bien sûr être analysé dans sa dimension physique. A cette dimension, s'en ajoute une autre tout aussi importante : la situation de travail. L'analyse porte là sur le contenu du travail, les consignes prévues, les décisions à prendre (contrôle qualité, anticipation et gestion d’incidents…), les échanges d’informations, les contraintes organisationnelles… La démarche intègre cette double analyse.


Maître d’ouvrage de l’aménagement, le responsable de l’entreprise conduit le projet et en définit le contenu. Réalisés avec les opératrices des postes concernés, et avec différents acteurs de l’entreprise (direction, service RH, production, qualité, encadrement de proximité et IRP), les entretiens et les observations permettent de cerner l’activité des opératrices, sur la base d’une compréhension de leur travail au sein de l’organisation. Ce qui permet de nourrir le cahier des charges des transformations à réaliser.

Principale constatation, si chaque box de traitement possède le même matériel, leur configuration est chaque fois singulière. Deux variables doivent être prises en compte, l’une liée à l’activité, l’autre à l’individu.

Selon que l’opératrice traite du libre-service bancaire, des devises, une grande surface, ou des banques, elle dispose différemment son matériel, cherchant un compromis entre efficacité et efficience (confort dans le cadre de la prestation).

Cette disposition dépend également de la morphologie et de la latéralisation de chaque opératrice, qui agence à sa manière son bureau, l’emplacement de son écran, le positionnement de la trieuse (recherche de gain de temps, pratique de la double tâche, entre lecture à l’écran et dépôts des billets dans la trieuse…).

La proposition d'aménagement suit deux axes : d'abord un rappel des normes ergonomiques en matière de conception du bureau (dimensionnement et profondeur des plans de travail, disposition des lumières, respect des zones de préhension…) ; ensuite la nécessité d'accepter des variables. Cette “liberté” accordée aux opératrices n'est pas évidente, tant leur activité est encadrée par des normes de sécurité, et de discrétion, un contrôle systématique et une surveillance totale. Un contexte toujours d'actualité, voire renforcé dans la nouvelle configuration.

En contrepoint de ces contraintes, l’organisation du travail, doit permettre aux salariées de trouver dans leur espace à la fois souplesse et plasticité. A cela s'ajoute un autre enjeu : préserver la qualité des relations professionnelles, qui s’articule autour d’une présence active de l’encadrement de proximité sur le mode du soutien et surtout la disponibilité. La qualité d’écoute, des relations professionnelles de qualité sont déterminantes pour poursuivre et compenser une activité à faibles marges de manœuvre.

Bilan 

L'entreprise a réalisé les différents box. D'une manière générale, elle a tenu compte des remarques formulées lors de l'intervention. La configuration des box, leur éclairage, les zones de préhension ont été étudiés de manière à augmenter le confort des opérateurs. Ces derniers reconnaissent d'ailleurs les progrès accomplis et manifestent leur satisfaction, si l'on en croit la direction des ressources humaines.

Méthodes et outils associés

1
2
Quiz. Décalez vos représentations de l'égalité professionnelle !

Testez vos connaissances et découvrez une grille de lecture des inégalités femmes-hommes au travail et des hypothèses applicables en entreprise.

conciliation des temps

[[{"fid":"5581","view_mode":"default","fields":{"format":"default","field_file_image_alt_text[und][0][value]":"logo FSE projet conciliation des tem