Vous êtes ici

Relations sociales dégradées : des groupes d'expression pour rétablir le dialogue

Bloc des outils de page

Envoyer la page par email
Aract Normandie

A propos

Référence
643
Catégorie
Secteur d'activité
Code APE
Région
Après une période très tendue, cette association souhaite consolider le dialogue social en engageant une démarche participative pour améliorer le fonctionnement de la structure. Une façon d'entretenir une dynamique d'échanges constructive.

Ajouter à ma liste de lecture

Description 

Cette association d’action sociale intervient dans la prévention de la marginalisation et facilite l’insertion sociale et professionnelle. Elle intervient dans plusieurs domaines : logement, prévention, formation… Aujourd‘hui, elle est confrontée à des évolutions externes et internes : exigences des financeurs (reporting), problématiques de plus en plus complexes du public accueilli... Ces évolutions présentent un impact sur tous les métiers de l’association.

Demande 

Personnalisation des difficultés, faible prise en compte des IRP, difficulté à trouver un cadre permettant un dialogue serein…, l'association a vécu une période de relations sociales dégradées Elle a créé une commission « conflictualité » émanant du CHSCT. Tous les acteurs font état d’une nette amélioration malgré une fragilité persistante des relations. Dans ce contexte, l’association s’engage dans un processus de changement et souhaite continuer à améliorer les relations.

Démarche 

Fonctionner mieux pour pérenniser la dynamique engagée tout en travaillant à l’amélioration du dialogue social et des relations de travail. La direction et les membres de la commission « conflictualité » se mettent d'accord sur cet objectif.



Pour y parvenir, la participation des différents acteurs de la structure s'avère déterminante. D'où la création de 3 groupes de volontaires représentant l’ensemble des services de l’association : 2 groupes d’employés et un groupe de chefs de services.



Dans un esprit d’écoute mutuel, l'engagement actif des différentes parties favorise un échange sur les préoccupations des salariés, la manière de comprendre et de ressentir les choses.

Chacun accepte d’identifier et de décrire les problèmes, de réfléchir à des pistes de solutions, de les proposer, de convenir d’orientations communes de façon à permettre la construction et la mise en œuvre d’un plan d’action.



Les propositions d’actions élaborées dans les groupes portent sur ce qui fait consensus. En effet, il ne s’agit pas de nier les divergences mais de s’appuyer sur les éléments définis en commun. L’intervenant extérieur appuie la démarche en se posant comme responsable du respect du cadre de l’intervention et de l’animation des groupes. Il n’intervient pas sur le fond des débats.

Les différentes propositions sont débattues à l’occasion d’une rencontre entre la direction, les chefs de services et les deux groupes d’employés. Il s'agit d'arrêter des orientations de manière conjointe.



De fait, tout le monde convient de la nécessité de travailler à un meilleur fonctionnement au sein de l’association en :

- améliorant la circulation de l’information entre secteurs, au travers des outils existants (trombinoscope, internet, organigramme en intégrant les membres du CA …) ;

- organisant des temps de travail entre personnel de chaque secteur à l’occasion de la mise en œuvre d’un journal interne pour favoriser la communication interne et la diffusion d’actualités de l’association sur des sujets transverses autour des pratiques, de la place de l’usager ou du suivi des populations ;

- travaillant sur la durée au travers du projet associatif et en mettant en œuvre rapidement les projets de services ;

- faisant vivre les IRP et en clarifiant les canaux d'information entre ce qui est de leur ressort et ce qui relève des chefs de service.



Concernant les relations entre individus, il est proposé de développer les temps de rencontres entre les différents secteurs, de favoriser les échanges en fournissant une adresse mail à l'ensemble du personnel et de faciliter l’intégration des nouveaux arrivants.



Enfin, tout le monde s'accorde à dire qu’il faut que le conseil d'administration soit partie -prenante dans la dynamique engagée, ce qui suppose de garder un lien avec lui et d’organiser des temps de rencontre entre les salariés et les administrateurs.

 

Bilan 

Les acteurs ont eu le sentiment de pouvoir s’exprimer et surtout d’être entendus.

Les groupes évoquent l’importance d’avoir appris à se connaître et souhaitent continuer cette démarche engagée qui permet de connaître les activités de chacun des secteurs. Ils veulent que ces temps d’échanges deviennent une pratique régulière de l’association.

Les actions sont en cours d’élaboration, mais les relations sociales restent encore très fragiles et peuvent de nouveau se dégrader si les acteurs ne sont pas attentifs à ce risque.

Méthodes et outils associés

1
2
3
Le kit « Méthode de l'évaluation embarquée : pour co-construire les changements avec les salariés »

Vous souhaitez impliquer efficacement les salariés dans un projet de transformation ?

Les webinaires de l'Anact

Comment mettre en œuvre des espaces de discussion pour améliorer la QVT ? Quels outil et démarche pour évaluer la satisfaction au travail ?

Se former

Cette formation permet de préparer les acteurs concernés à la négociation d’un accord...

close