Vous êtes ici

Redonner sa place au travail pour reconstruire un collectif

Bloc des outils de page

Envoyer la page par email
Cas entreprise Mecabourg

A propos

Référence
548
Catégorie
Secteur d'activité
Effectif
Code APE
Région
Dans la pouponnière de cette association, deux groupes de salariés s'affrontent, sans que l'encadrement ait les moyens de jouer son rôle. Pour sortir de ce conflit, il faut replacer le travail au cœur des préoccupations du personnel et le mobiliser autour d'objectifs professionnels.

Ajouter à ma liste de lecture

Qui ? 

Cette association du secteur social est administrée par des bénévoles et des représentants des collectivités. Elle gère une pouponnière, une maison d'enfants et une crèche.

Quel était le problème à régler ?  

L'association souhaite trouver des pistes pour améliorer les relations sociales et l’organisation du travail au sein de la pouponnière. Une initiative approuvée par les représentants des salariés.

Qu’ont-ils fait ?  

Améliorer les relations sociales au sein d’un service suppose de comprendre et d'analyser le jeu des acteurs et les postures de chacun, au regard de l’environnement social de l’entreprise et en tenant compte de son organisation. D'autant qu'au sein de cette pouponnière, toute situation est appréhendée au premier degré, avec une absence totale de distanciation, ce qui empêche de dépassionner les problèmes les plus insignifiants.

Premier constat : il existe des problèmes relationnels entre deux groupes de salariés qui utiliseraient leur syndicat d’appartenance pour exprimer leurs différends. De ce fait, ils oublient les problèmes fondamentaux qui se posent à l’institution, et, qui devraient faire l’objet d’un enjeu commun pour les organisations syndicales.

Il en résulte de graves dysfonctionnements au sein du collectif de travail. Certains salariés ne se parlent pas. Les stratégies d'évitement se développent sous forme d'arrêts maladies, de récupérations, de congés, pour ne pas avoir à travailler ensemble. En dix mois, on compte plus de 275 jours d’absence, soit l’équivalent d’une personne à temps plein sur un an.
Il règne dans le service un climat de suspicion : chaque camp cherche la moindre occasion pour incriminer l’autre.
Certains salariés provoquent leurs collègues, forts d'un sentiment de supériorité au regard de relations particulières ou de positionnement privilégié avec la hiérarchie
Une salariée se plaint de vivre des situations de harcèlement causées par ses collègues.

Deuxième constat : les attributions, les pouvoirs, les limites de chacun ne sont pas clairement définis.
Tous les salariés interrogés souhaitent que le rôle de chacun soit clairement défini, et que « chaque personne reste à sa place ». Certains employés déplorent un sentiment d’abandon de la pouponnière par la direction et ont l'impression que le président de l'association manque d'objectivité.

De fait le Président et certains membres du conseil d'administration ne parviennent pas à prendre  de la distance, font preuve d'ingérence dans le fonctionnement de la structure, car ils ont du mal à faire la différence entre la fonction politique et la fonction administrative

L'encadrement souffre d'un manque de légitimité et de considération, et ne dispose pas de marges de manœuvre suffisantes.
Les thèmes de discussion, les décisions du conseil d’administration sont connus par le personnel avant toute communication par la direction ou par l’encadrement intermédiaire La direction n’a pas connaissance par voie officielle de certaines décisions du Conseil d’Administration.

Enfin, l’organisation du travail présente des failles, notamment du fait des absences dues aux délégations. Ceci nuit immanquablement à la bonne prise en charge des enfants.

Pour quels effets ?  

Replacer le travail au centre de toutes les préoccupations : tel est l'objet des pistes d'action. Il s’agit de reconstruire un véritable collectif de travail autour d’une meilleure prise en charge du public, et d’un rapprochement entre famille et enfants.

Quatre axes sont dégagés :
- reconstruire le collectif de travail autour de ces objectifs,
- repenser l’organisation en lien avec ces objectifs,
- repositionner, légitimer et responsabiliser la hiérarchie,
- revaloriser l’image de l’association auprès des institutions et du grand public.
 

Méthodes et outils associés

1
2
COVID-19 et prévention des RPS : faire face à une situation inédite dans sa durée

En travail à distance ou sur site pour les commerces et activités autorisées, de nouvelles organisations du travail et formes de coopérations ont d

conciliation des temps

Compléter les mesures collectives d’aménagement ou de soutien individuel passe par une réflexion sur l’organisation du travail, du temps de travail

close