Vous êtes ici

Qu'est ce qu'une action de formation en situation de travail (Afest)

Bloc des outils de page

Envoyer la page par email

Ajouter à ma liste de lecture

Le travail est un levier majeur de développement des compétences mais cela se fait le plus souvent de façon implicite en entreprise. Conduire une ou des Afest permet d’intégrer des apprentissages qui se réalisaient de manière informelle, « sur le tas » dans le cadre de la formation professionnelle continue, intentionnelle, planifiée et organisée.

Qu'est ce qu'une action de formation en situation de travail (Afest)

Une Afest est une action de formation (Art L.6313-1 1°) en situation de travail. Elle mobilise un formateur - interne ou externe à l’entreprise - et un salarié à former sur le lieu même du travail et en cours d’activité. Le matériau pédagogique principal est fourni par le travail.

Deux séquences pédagogiques distinctes mais articulées constituent le coeur d’une Afest :

1ère séquence : une mise en situation Le salarié est mis en situation de réaliser une activité, avec une intention pédagogique dont il est informé. Il s’agit d’une vraie situation de production.

2e séquence : une phase de prise de recul (réflexivité)

Vivre une expérience de travail ne suffit pas à produire des compétences susceptibles d’être réutilisées dans d’autres situations. Un temps réflexif – hors production – accompagné par un formateur interne ou externe, est nécessaire pour tirer les enseignements de ce qui s’est passé, analyser les écarts entre les attendus, les réalisations et les acquis, et ainsi consolider et expliciter les apprentissages.

Ces deux séquences sont répétées autant de fois que nécessaire pour permettre les apprentissages visés.

Action de formation en situation de travail (Afest)

Point de vigilance : séance de réflexivité

Les séquences réflexives ne sont pas un débriefing rapide (« Estce que tout s’est bien passé ? », « J’ai l’impression que oui »), de la transmission de consignes (« Tu t’y es mal pris, voilà comment il faut faire ») ou a fortiori de l’évaluation. Pour le formateur, il s’agit d’abord d’aider le salarié en formation à analyser ce qui s’est passé pendant la mise en situation (comment il s’y est pris, ce qui l’a conduit à faire ces choix, ce que cela a produit), puis dans un second temps de donner son point de vue ou de faire des apports complémentaires (connaissances, techniques, sens de l’action). Cette posture ne va pas de soi mais elle s’apprend !

Un cadre juridique pour l'Afest

La loi pour la liberté de choisir son avenir professionnel du 5 septembre 2018 reconnaît la possibilité de se former en situation de travail.

Comme toute action de formation...

  • L’Afest s’inscrit dans le cadre d’un « parcours pédagogique permettant d’atteindre un objectif professionnel » (Art. L. 6313-2).
  • Elle suppose « des moyens techniques et humains ainsi que des ressources pédagogiques » (Art. R. 6313-1).
  • « Les informations relatives à l’organisation du parcours sont rendues accessibles par le dispensateur, par tout moyen, aux bénéficiaires et aux financeurs concernés (Art. R. 6313-2). »
  • « La réalisation de l’action doit pouvoir être justifiée par celui qui la dispense par tout élément probant » (Art. R. 6313-3).

Un décret d’application (Art. D. 6313-3-2) précise les étapes d’une Afest :

« La mise en oeuvre d’une action de formation en situation de travail comprend :

  1. l’analyse de l’activité de travail pour, le cas échéant, l’adapter à des fins pédagogiques ;
  2. la désignation préalable d’un formateur pouvant exercer une fonction tutorale ;
  3. la mise en place de phases réflexives, distinctes des mises en situation de travail ;
  4. des évaluations spécifiques des acquis de la formation qui jalonnent ou concluent l’action ».

Pour être efficaces…

Le montage d’une Afest nécessite une ingénierie pour cadrer le projet (Est-ce opportun? Est-ce faisable?) et concevoir les séquences de formation.

Les Afest doivent être organisées sous la forme d’un parcours comprenant – outre l’alternance des deux phases décrites plus haut – des séquences de positionnement du salarié par rapport aux objectifs professionnels visés, un accompagnement du bénéficiaire tout au long du parcours et des séquences d’évaluation des acquis. L’atteinte de l’objectif peut aussi nécessiter des séquences pédagogiques d’une autre nature qu’en situation de travail.

close