Vous êtes ici

Quand une politique concertée de prévention des TMS participe à la sauvegarde de l’emploi

Bloc des outils de page

Envoyer la page par email
Cas entreprise Mecabourg

A propos

Référence
875
Catégorie
Secteur d'activité
Effectif
Code APE
Région
Pour nombre de très petites entreprises, le lien entre productivité et apparition des TMS ne s’impose pas de manière manifeste tout comme la difficile fidélisation des salariés pris dans des conditions de travail à fortes contraintes. Ainsi, pour les convaincre d’intégrer dans leur stratégie des politiques de prévention des risques professionnels, rien de tel qu’une action collective, ce cadre dans lequel l’entreprise bénéficie de moyens mutualisés et s’enrichit des expériences d’autres structures similaires. Mais cela n’est pas toujours évident, tant les enjeux sont particuliers et intimement cordés à l’histoire de chaque entité.

Ajouter à ma liste de lecture

Qui ? 

Cette petite fromagerie est dirigée depuis trois générations par la même famille, et fabrique un fromage typique de la région, renommé nationalement. L'entreprise se situe dans un bassin d'emploi fragilisé par la fermeture récente d'autres sites de productions traditionnelles (notamment la papeterie et le textile). En février 2009, elle ouvre un nouveau site de production dans lequel travaillent 13 personnes à plein temps. Mais, malgré les installations neuves, le recrutement des salariés est difficile, et leur fidélisation dans l'entreprise incertaine. De plus, quelques mois après son ouverture, plusieurs ennuis techniques viennent lourdement handicaper la qualité de la production, au point de remettre en question la survie même de ce tout nouveau site.

Quel était le problème à régler ?  

Une action conjointe de l'Unité territoriale et de l'Union patronale locales appuie les entreprises dans la mise en place des Accords Seniors. Au cours de cette première action, une question autour des TMS est détectée dans plusieurs fromageries. Or, celles-ci représentant une des solutions d'emploi dans ce bassin sinistré, l'UT et l'Union Patronale décident de cibler ces entreprises dans une action collective de prévention des TMS, pour laquelle elles font appel au MIDACT. C'est dans ce cadre que la Fromagerie est invitée à une réunion d'information.

Qu’ont-ils fait ?  

L'objectif des trois partenaires impliqués dans cette action (UT, UP et MIDACT) est d'inscrire les huit fromageries locales dans une action collective de prévention des TMS, afin de leur permettre de sauvegarder leurs salariés et leur production, et ainsi de participer à la stabilisation des emplois locaux de qualité.

Mais les Fromageries se montrent réticentes pour aller sur un tel terrain : très petites entreprises (de 1 à de 15 salariés), elles se sentent peu concernées par le risque TMS, et ne participent même pas à la réunion d'information à laquelle elles sont conviées.

Du coup, les partenaires décident d'adapter leur stratégie de sensibilisation : il est nécessaire de pouvoir s'appuyer sur des données concrètes et localisées pour arriver à illustrer les démarches de prévention possibles, et ainsi réellement sensibiliser les entreprises. L'idée est donc d'aller réaliser une intervention pour alimenter la réflexion des fromageries. Dans un premier temps, l'Union Patronale et le MIDACT proposent un rendez-vous à chacune des huit fromageries afin d'identifier ses besoins particuliers. Cette articulation est indispensable car elle permet l'entrée dans les entreprises qui travaillent régulièrement avec l'Union Patronale. Malheureusement, la plupart des fromageries déclinent la proposition; seulement deux entreprises acceptent ce rendez-vous.



Les rencontres permettent de mesurer à quel point les fromageries ne lient pas leurs difficultés de recrutement, et surtout de fidélisation de leurs salariés, aux exigences de leurs conditions de travail.

Néanmoins, l'une des fromageries accepte la réalisation d'un pré-diagnostic par le MIDACT. Ce pré-diagnostic se base sur des entretiens réalisés auprès de la direction, du responsable du site, de la responsable qualité et d'opérateurs, ainsi que sur des visites du site. Les conclusions mettent facilement en évidence un processus industriel à la fois simple et complexe : une succession d'étapes de stockages et de transformations, obéissant chacune à des contraintes spécifiques et précises. C'est le cas, s'agissant du lait, principale matière première utilisée, un matériau fragile et relativement instable, susceptible d'évolutions le rendant impropre à sa destination. Il serait même plus juste de dire "les laits", leur origine (vache, brebis, chèvre) et donc leur composition chimique impactant le processus de transformation, et nécessitant des traitements distincts. Mais le lait n'est pas la seule matière première, car il doit être combiné à des adjuvants (ferments, levures, etc.) qui, eux aussi, sont des matériaux évolutifs.



Ainsi, le pré-diagnostic met d'abord en évidence l'incontournable nécessité et l'originalité des compétences requises de l'encadrement et des opérateurs, concernant les matières premières, leur évolution possible et l'ensemble du processus de fabrication et d'affinage. Mais dans le même temps, le pré-diagnostic montre aussi que ces connaissances doivent être mises en œuvre sous des exigences physiques fortes : horaires atypiques, travail dans le froid et l'humidité, nombreuses manipulations, espace disponible pour le travail, égouttage et stockage saturés dans cette construction pourtant neuve.



Enfin, le travail effectué au sein de la fromagerie ne peut se comprendre sans prendre en compte la relation avec les partenaires de l'entreprise : les éleveurs et producteurs (impact sur la qualité du lait), les organisateurs des tournées de collecte (impact sur l'organisation des équipes et les horaires de travail), le passage des camions des distributeurs (impact sur l'effectif des équipes et les horaires de travail)

Avec quels effets ?  

Au travers de ce pré-diagnostic, les membres de l'entreprise, opérateurs et encadrement, ont pu non seulement établir des liens entre les questions de qualité de la production, celles des compétences et de préservation de la santé, mais aussi envisager l'intérêt de tels liens dans l'entreprise à plus long terme. Du coup, l'entreprise décide de se lancer dans une démarche plus complète avec un consultant, pour identifier et mettre en œuvre des solutions. D'ores et déjà, des modifications ont pu être concrétisées, notamment s'agissant d'une formation plus formelle et adaptée de l'ensemble des opérateurs, ou encore un vrai travail de concertation avec les producteurs de lait, en vue de l'établissement d'une charte.

La démarche menée par le consultant est actuellement en cours, et constituera, avec l'accord de l'entreprise, le support d'une information vers les autres fromageries locales, permettant ainsi de porter de façon plus facilement appropriable le message toujours nécessaire de la prévention.

Méthodes et outils associés

1
2
3

La situation de crise pandémique actuelle nécessite pour les entreprises de combiner, dans le cadre de la continuité de l’activité, à la fois les m

Prévenir les troubles musculosquelettiques (TMS) en viticulture

Pour aider les exploitations viticoles à prévenir les troubles musculosquelettiques (TMS) la MSA Gironde et l’Aract Nouvelle-Aquitaine me

Présentation du questionnaire Evrest

Le questionnaire Evrest est l'un des outils de prévention et guides d’évaluation qui permettent de mieux évaluer les interventions en santé au

Se former

Cette formation permet d’acquérir les bases méthodologiques dans le but d'analyser les données...

close