Vous êtes ici

Qualité de vie au travail : les enjeux

schema qualité de vie au travail anact

L'accord national interprofessionnel et le plan santé au travail 2016-2020

Depuis l’accord interprofessionnel de juin 2013 « Vers une politique d'amélioration de la qualité de vie au travail et de l'égalité professionnelle », les entreprises sont incitées à expérimenter de nouvelles manières de concilier performance et mise en œuvre d’organisations du travail favorisant les conditions de travail et de vie des salariés.

Cet accord suggère de mieux articuler des négociations encore trop souvent cloisonnées dans l’entreprise (seniors, égalité, pénibilité, etc.) au moyen d’un accord unique, regroupant plusieurs thématiques de la Négociation annuelle obligatoire. Cette possibilité expérimentale est devenue la norme pour les entreprises de plus de 300 salariés depuis la loi relative au dialogue social et l’emploi du 17 août 2015.

En complément, le plan Santé au Travail 2016-2020 place la qualité de vie au travail au cœur des préoccupations stratégiques de l’entreprise et du dialogue social. Elle est positionée  comme levier de conciliation du bien-être au travail et de la performance de l’entreprise. Les actions menées dans le cadre du plan santé au travail ont notamment pour objectif de :

  • promouvoir et favoriser les démarches qualité de vie au travail aujourd’hui conduites et accompagnées dans le cadre de projets expérimentaux,
  • valoriser et diffuser les bonnes pratiques observées.

Les enjeux de performance économique et sociale

Les démarches qualité de vie au travail conduites par plusieurs entreprises témoignent de la volonté de traiter trois types d'enjeux :

  • Les enjeux sociétaux
    Ceux-ci renvoient aux caractéristiques des populations au travail (âge, handicap, genre, situation familiale, éloignement du lieu de travail, pratiques religieuses, etc.) et à des incitations à négocier sur certains sujets (seniors, handicap, maintien dans l’emploi, égalité professionnelle, diversité).
    Agir sur ces sujets (conciliation des temps, télétravail, création de crèches, accès facilité à des transports collectifs, soutien au retour à l’emploi, charte de la diversité, etc.) renforce le sentiment d’équité et favorise la loyauté à l’entreprise, facilite le recrutement, donne un sentiment de cohésion et participe au maintien en emploi.
     
  • Les enjeux du marché
    Ceux-ci renvoient aux exigences des clients et des donneurs d’ordres, à la concurrence et aux évolutions des technologies. Elles poussent à innover au plan des produits ou des prestations, des processus de production et des organisations. Ces innovations incitent à agir au plan de la mobilité professionnelle et de la formation des salariés, de l’adaptation des postes de travail, etc. Ce qui permet de réduire le stress face au changement, de permettre le développement professionnel, de procurer un sentiment de sécurité quant à l’avenir professionnel.
     
  • Les enjeux du travail
    Ceux-ci renvoient à des questions comme l’autonomie, la nature de l’activité, l’intérêt et le sens accordé au travail, la capacité à s’exprimer et le droit à l’erreur, le sentiment d’être utile et efficace. Les effets recherchés sont sur le registre du management, du dialogue professionnel, du développement de l’initiative et de la capacité d’agir, de l’innovation sociale et organisationnelle. Ces questions ont directement à voir avec la santé au travail et la qualité de l’engagement.

Vous cherchez la solution, nous avons la méthode

Identifié par les signataires de l’accord de juin 2013 comme une ressource d’appui aux expérimentations, le réseau Anact-Aract propose une méthode pour initier et piloter une "démarche qualité de vie au travail" d’entreprise. Organisée en 4 grandes étapes, la méthode qualité de vie au travail de l'Anact est adaptable à chaque situation ou contexte. Les organisations qui ont mis en œuvre notre méthode témoignent d'un dialogue social renouvelé.