Vous êtes ici

Qualité de vie au travail des professionnels de santé. L'Anact et la Haute autorité de Santé présentent les résultats de leurs travaux aujourd'hui à Paris

La HAS et l'Anact mènent depuis 2015 des expérimentations qualité de vie au travail (QVT) dans des établissements de santé, médico-sociaux et sociaux. Un séminaire de restitution se déroule aujourd'hui au Ministère des solidarités et de la santé sous l’intitulé « La qualité de vie au travail au service de la qualité des soins : imaginer, c’est expérimenter ».

seminaire-has-article

Depuis 2015, la Haute Autorité de Santé et l’Agence nationale pour l’amélioration des conditions de travail pilotent, en lien avec le Ministère chargé de la santé, des expérimentations relatives à la qualité de vie au travail (QVT) dans les établissements de santé, médico-sociaux et sociaux.

Le lien entre qualité des soins et qualité de vie au travail des professionnels ayant été démontré, une stratégie nationale pour l’amélioration de la qualité de vie au travail (QVT) a été lancée fin 2016 par le Ministère pour soutenir cette dynamique et fédérer les bonnes pratiques en la matière. « Prendre soin de ceux qui soignent » est une préoccupation majeure pour tous les acteurs : d’ailleurs de nombreuses actions ont déjà été engagées. Pour autant un soutien constant des pouvoirs publics est nécessaire.

Afin de mesurer l’impact de ces actions et en partager les résultats, un séminaire de restitution des expérimentations menées dans les établissements est organisé le 11 septembre au Ministère des solidarités et de la santé sous l’intitulé « La qualité de vie au travail au service de la qualité des soins : imaginer, c’est expérimenter ».

La qualité de vie au travail : une clé de la qualité des soins

Après des travaux de fond sur le lien entre qualité de vie au travail et qualité des soins, la HAS, l’Anact et la Direction générale de l’offre de soins (DGOS) ont accompagné les établissements dans la mise en œuvre de démarches concrètes. S’appuyant sur les agences régionales de santé (ARS) et le réseau des Aract, 12 projets d’actions collectives – regroupements de 5 à 8 établissements autour d’une problématique commune appelés « clusters » – ont été mis en œuvre au sein de 11 régions en 2016, impliquant 80 établissements. Ils ont été complétés en 2017 par 17 projets au sein de 13 régions, impliquant 110 établissements soit près de 200 au total.

Que ce soit dans le champ de l’amélioration de la qualité des soins ou des organisations, les expériences menées par ces établissements s’inscrivent aussi bien dans des projets de réorganisation (fusions, groupements hospitaliers de territoire…) que dans l’optimisation de l’offre de soins (gérontologie, HAD, chirurgie ambulatoire…). Condition de réussite à encourager : une culture managériale qui laisse aux équipes un espace pour s’organiser et un pouvoir d’agir sur leur périmètre de responsabilités. Autre condition : le décloisonnement des acteurs et la pluri-professionnalité qui permet de mobiliser les ressources venant des différents corps de métier. Désormais, l’objectif est de généraliser ces démarches à tout le territoire.

Lors du séminaire, Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé, a conforté la stratégie nationale : ainsi, un observatoire porté par l’Anact, la HAS et la DGOS sera mis en place pour engager de  nouvelles pistes de réflexion et d’amélioration et une médiation nationale, renforcée en région et progressivement déployée.

De leur côté, la HAS et l’Anact poursuivront également leur engagement. La HAS mènera des projets sur le travail en équipe et la bientraitance ainsi qu’une réflexion sur les évolutions de la certification des établissements de santé incluant des critères liés à la QVT. L’Anact continuera pour sa part à animer les clusters avec son réseau régional en lien avec les ARS.