Vous êtes ici

Projet architectural : anticiper les risques, intégrer les conditions de travail

Bloc des outils de page

Envoyer la page par email
Cas entreprise Mecabourg

A propos

Référence
437
Catégorie
Secteur d'activité
Code APE
Région
Cette municipalité programme la réorganisation complète de ses ateliers techniques : réorganisation et extension de bâtiments. Pour anticiper la nouvelle organisation du travail, l’équipe projet a projeté les situations de travail sur des maquettes.

Ajouter à ma liste de lecture

Description 

La municipalité de cette commune, chef lieu de canton de 1700 habitants, a pour projet, avant la fin de la législature actuelle, de moderniser et réaménager les ateliers municipaux. Ces derniers sont installés, pour les ateliers menuiserie, ferronnerie, peinture, et le bureau dans l’ancienne caserne des pompiers depuis 1983. À celle-ci a été adjoint, il y a une dizaine d’années, un « hangar agricole » abritant les engins et le matériel. Une serre complète l’ensemble des bâtiments implantés sur le site.

Un projet, consistant à construire un autre « hangar » annexe aux bâtiments existant, a vu le jour il y a 3 ans mais n’a pas eu de suite opérationnelle du fait d’autres priorités budgétaires au niveau de la commune.

Demande 

Sur proposition de la secrétaire de mairie également chargée du rôle d’ACMO (Agent Chargé de la Mise en Oeuvre) en matière d ‘Hygiène et Sécurité, le Maire a sollicité l’aide de l’Antenne ANACT de Basse-Normandie pour concevoir le cahier des charges d’un nouveau projet. Ce document finalisé sera adressé à un homme de l’art pour établir la demande de permis de construire.

Démarche 

Afin de prendre en compte l’ensemble des trois dimensions permettant la conception d’un bâtiment de travail, l’intervenant de l’Anact a mis en œuvre une démarche de type « conduite de projet ». Celle ci s’est appuyée sur un comité de pilotage composé des élus du bureau municipal (maire et adjoints), de la secrétaire de mairie et de deux agents utilisateurs des ateliers municipaux. Ce groupe a eu la responsabilité finale de choisir le projet et de définir, par là même, le programme fonctionnel, base de travail de l’architecte.


Deux groupes de travail, animés par le chargé de mission de l’Anact, ont permis d’enrichir les réflexions du Comité de pilotage. Le premier composé des élus (bureau municipal) a orienté son travail sur la dimension « stratégique » du projet. Il a abordé, dans un premier temps, les relations du futur bâtiment dans son environnement actuel. Le débat autour des voies d’accès, nécessaire pour positionner le local « bureau du responsable », a abouti sur la mise en place d’un sens unique sur le site qui favorisera les déplacements et limitera les risques d’accidents de la route avec les riverains. Dans un second temps, la projection sur les besoins futurs en nombre de personnel à moyen terme a permis de préciser le volume nécessaire aux espaces sociaux (vestiaires, réfectoire, sanitaires). La réflexion sur l’évolution des activités réalisées par les agents municipaux, en lien avec les activités de la communauté de communes, a débouché sur le déplacement hors du site des bennes de déchets verts et sur la définition des espaces nécessaires pour le matériel et les matériaux.


Le deuxième groupe composé des six agents municipaux a réfléchi à la dimension « activité du personnel ». Le travail préliminaire d’observations des situations de travail et d’entretiens avec les agents réalisé par le représentant de l’Anact sur le site a permis d’identifier des séquences de travail. Celles ci ont été intégrées lors des échanges avec les agents autour des deux maquettes réalisées pour simuler l’activité future et proposer des emplacements des ateliers. Sur la maquette du site, la serre, les silos à matériaux, les « futurs » garages ont été implantés ainsi qu’un espace « chenil » destiné à recueillir temporairement les animaux en divagation. La maquette des bâtiments (ancienne caserne de pompiers et annexe) a fait l’objet de nombreux débats autour de l’emplacement des locaux sociaux et des ateliers. Un nouvel espace destiné à recueillir les vêtements de travail mouillés et les bottes a été positionné entre le garage et les locaux sociaux.



La dimension « réglementaire » issue du Code de Travail (partie Hygiène et Sécurité) a été présente tout au long de la conduite de projet, aussi bien pendant le groupe de travail « élus » que dans le groupe « agents ».

Bilan 

À l’issue de ce travail, deux propositions d’aménagement des ateliers municipaux ont été présentées au Comité de Pilotage. Le premier prévoyait un réagencement dans les volumes actuels et le second une extension du bâtiment « caserne » destinée à accueillir les locaux sociaux. Les avantages et inconvénients de chaque proposition ont été précisés et débattus avant que le choix définitif n’intervienne sur le second projet. Le document « programme fonctionnel » a donc été établi sur les bases du second projet. Il présente la démarche suivie, les arguments qui ont permis d’aboutir au projet d’aménagement du site et des bâtiments, ainsi que le « descriptif » des différents espaces de travail , informations nécessaires pour l’architecte pour la réalisation des plans d’exécution, : implantation, positionnement, volume, matériel dédié, nombre de poste de travail, nombre d’agents par espace….

Le travail avec l’ensemble des acteurs (élus et agents) a permis d’aborder la dimension « stratégique » nécessaire car le projet doit prendre en compte non seulement la réalité actuelle mais également anticiper les évolutions à moyen et long terme ainsi que la dimension « activité des agents » en se basant sur la réalité du travail des fonctionnaires territoriaux. Deux dimensions qui n’avaient pas été intégrées dans le projet de 2004.

Méthodes et outils associés

1
2
3
outils travail

Le réseau Anact-Aract propose différents outils et services destinés à ceux qui s'engagent dans des projets d'amélioration des conditions de travai

Publiées dans un supplément au n°345 de la revue Travail et changement, ces 12 propositions sont autant de voies d’amélioration du fonctionnement d

Perçue comme un modèle d’efficience, de rationalisation et de rentabilité, la méthode lean est adoptée par l'industrie mais aussi par le secteur te

Formations

Cette formation-action permet de comprendre et d'analyser l'activité de travail par des outils...