Vous êtes ici

Prévention de l'usure professionnelle : les enjeux

Ajouter à ma liste de lecture

usure professionnelle

Les troubles musculosquelettiques (TMS) représentent un enjeu majeur, puisqu'ils sont la première cause de maladie professionnelle, soit plus de 87 % des reconnaissances en 2014 pour le régime général et de près de 93% pour le régime agricole en 2013.

Pour les salariés, l’allongement des carrières et le vieillissement des populations au travail posent la question de savoir à quelles conditions ils vont pouvoir poursuivre leur activité sans altération de leur santé, de leur espérance de vie ou de la qualité de leur retraite.

Pour l’entreprise, ces mêmes questions renvoient à la possibilité de disposer de collaborateurs en capacité de répondre aux enjeux de production et de développement auxquels elle doit faire face. Concrètement, de mauvaises conditions de travail et la dégradation de la santé des travailleurs se traduit inexorablement pas des problèmes d’absentéisme, inaptitudes, difficultés de recrutement, de turn-over, d’engagement du personnel, etc.

La réglementation relative au compte personnel de prévention de la pénibilité permet une prise en charge des travailleurs dont l’exposition durable à certains facteurs de risque est avérée. Elle vise à compenser le vieillissement accéléré et prématuré en permettant sous certaines conditions un départ en formation en vue de faciliter une reconversion, un passage à temps partiel ou encore un départ en retraite anticipé. Le constat de l’exposition à des facteurs de risques est aussi l’opportunité de mettre en œuvre des mesures de prévention qui auront pour effet de soustraire les salariés des seuils dits de pénibilité.

Mais au delà de la pénibilité l’employeur doit anticiper les perturbations résultant de l’essoufflement des salariés et donc prévenir l’usure prématurée qui en résulte. C’est pourquoi, une politique de prévention doit s’attaquer à tous les déterminants de l’usure et non seulement de la pénibilité en s’intéressant à :

  • la santé au travail ;
  • la gestion des parcours professionnels ;
  • aux pratiques de conduite de changement, au management, aux prises de décisions stratégiques, au dialogue social.