Vous êtes ici

« Prévenir les TMS ne s’improvise pas. Découvrez les vraies bonnes méthodes. »

Bloc des outils de page

Envoyer la page par email

Ajouter à ma liste de lecture

Le Directeur Général du Travail a présenté le 18 octobre le quatrième volet de la campagne pluri-annuelle de prévention des troubles musculo-squelettiques. Les TMS sont la première cause de maladie professionnelle en France.

Cette quatrième phase de communication du ministère du Travail, de l’Emploi et de la Santé est réalisée en collaboration avec les partenaires préventeurs (Assurance maladie, ANACT, OPPBTP, INRS, MSA, ministère chargé de l’agriculture). Pour rappel, le premier volet de cette campagne avait été déployé en 2008.

Lancée le 20 octobre, cette campagne presse et radio s’adresse plus particulièrement aux employeurs et aux cadres dirigeants. Elle a pour objectif de les amener à réfléchir sur leurs propres processus de production, et de mettre à leur disposition les informations pratiques et les conseils pour les guider dans une démarche de prévention efficace et durable des TMS. Une volonté qui prend forme dans une nouvelle signature : Prévenir les troubles musculo-squelettiques ne s’improvise pas. Découvrez les vraies bonnes méthodes.

Les visuels des annonces presse mettent en scène sous forme d’illustration des situations absurdes de salariés qui recourent à des solutions totalement inadaptées à la difficulté de leur activité. Ces annonces presse s’appuieront sur un plan media dans la presse magazine pour toucher l’ensemble des chefs d’entreprises et des cadres dirigeants et dans la presse professionnelle pour toucher des secteurs d’activités prioritaires : industrie agroalimentaire, BTP, exploitations agricoles, grandes distributions et secteur hospitalier.

Le ministère du travail rappelle que les TMS représentent à l’heure actuelle la maladie professionnelle la plus répandue en France. Selon la CNAMTS, ils représentent 85% des causes de maladies professionnelles reconnues pour les actifs du régime général. Ils ont engendré en 2010 la perte de 9,7 millions de journées de travail, et coûté 930 millions d'euros couverts par les cotisations des entreprises pour les actifs du régime général. Depuis 1995, l’évolution du nombre de nouveaux cas de TMS indemnisés a augmenté d’environ 13% concernant les régimes général et agricole, pour ralentir depuis 2009 avec une progression réduite à 5,1% par an en moyenne.

VIDEO. TMS : de la communication pour initier l'action

Présentation de Lionel Groléas et Agnès Lebret lors du 3ème Congrès francophone sur les troubles musculosquelettiques. Organisée par l’ANACT, Pacte, et l’Université de Grenoble, la manifestation a réuni 530 participants (chercheurs, acteurs de la prévention, consultants, médecins du travail) les 26 et 27 mai 2011 à Grenoble (voir toutes les vidéos).

close