Vous êtes ici

Préserver la santé des salariés: des solutions structurantes pour cette officine

Bloc des outils de page

Envoyer la page par email
Cas entreprise Mecabourg

A propos

Référence
969
Catégorie
Secteur d'activité
Effectif
Code APE
Région
Nombre de reconfigurations d’entreprises contraintes ou voulues pour tenir dans la durée face à la concurrence ne se limitent qu’aux aspects économiques de l’entreprise. Or des modifications de cette nature et de cette ampleur peuvent être une réelle opportunité pour les dirigeant et les salariés pour mener une réflexion globale sur l’amélioration de la qualité de vie au travail et de l’efficacité productive qui en est espérée. C’est le cas de cette officine dans laquelle tous les acteurs se sont employés, dans un effort continu de dialogue social, à inscrire dans son fonctionnement habituel des caractéristiques qui relèvent autant du climat social que de la performance.

Ajouter à ma liste de lecture

Qui ? 

L’entreprise, structure spécialisée depuis plus de vingt ans dans le commerce de détail de produits pharmaceutiques, compte treize salariés, dont quatre apprentis en contrat de professionnalisation de préparateur en pharmacie. Le fils a repris l’officine de ses parents trois ans auparavant ; il en est donc l’actuel gérant et pharmacien titulaire.

Dans un contexte sectoriel de plus en plus concurrentiel, celui-ci a fait le choix stratégique de déménager l’officine dans des locaux neufs et de s’inscrire dans une démarche qualité globale.

Quel était le problème à régler ?  

Dans ce cadre, le gérant a souhaité a souhaité être accompagné par l’ARACT Guyane sur deux éléments.

D’une part, sur la conduite d’un diagnostic des conditions de travail actuelles, dans la perspective de mettre en place une démarche de prévention des troubles musculosquelettiques (une salariée, ancienne étant en situation médicale de restriction et reclassée sur un poste administratif), ainsi qu’une Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences. D’autre part, sur une réflexion dans l’adaptation des postes de travail de la future officine, déjà en construction.

Qu’ont-ils fait ?  

Le diagnostic conduit par deux chargées de mission a été axé sur deux dimensions :
santé/travail et gestion des ressources humaines/communication.


L’axe santé/travail, investigué au moyen d’études des traces écrites, prises de mesures, observations filmées de l’activité de travail, entretiens individuels semi-directifs sur poste et entretiens collectifs semi-directifs, avait pour objectif d’approfondir la connaissance des postes en termes d’exigences (tâches à effectuer, organisation du travail, contraintes générales pour le salarié) en vue d’identifier les améliorations matérielles et/ou organisationnelles possibles, afin de préserver la santé des salariés dans l’actuelle et le future officine.

Quatre activités et leurs contraintes organisationnelles, posturales…ont pu être analysées : gestion de stock, service au comptoir, tiers-payant et administratif/comptabilité.

Notamment, l’ensemble du personnel, excepté l’agent d’entretien, est amené à réaliser les tâches inhérentes aux activités de gestion de stock et de service comptoir, activités caractérisées par une prépondérance de :

• manutentions manuelles,

• déplacements fréquents,

• station debout prolongée,

• stress.


Aussi, les pistes d’actions proposées sur cet axe, élaborées en tenant compte des éléments mis en exergue par les analyses de postes mais aussi des propositions d’amélioration émises par les salariés au cours des observations, se sont articulées autour de trois déterminants qui agissent en étroite interaction sur l’activité de travail des salariés de l’officine :

• l’équipement (entretien, disponibilité, conception, EPI…),

• l’aménagement (disposition des produits, caractéristique physique des présentoirs…),

• l’organisation du temps de travail, organisation du travail, répartition du personnel, formation, gestion des stocks…).


Parallèlement, l’axe gestion des ressources humaines/communication, investigué au moyen d’entretiens individuels semi directifs sur l’ensemble du personnel et d’études de documents internes, avait pour objectif de faire un état des lieux des pratiques et de recueillir les perceptions des salariés sur ces dernières, afin de mettre en avant ce qui fonctionne et qu’il convient de préserver et ce qui peut être amélioré.


Sur le plan de la gestion des ressources humaines, plusieurs constats ont pu être faits, notamment un manque de clarté de l’organisation et des rôles de chacun, entrainant des difficultés de positionnement de certains salariés et une désorganisation du travail, générant des erreurs/omissions.


Sur le plan de la communication, une communication principalement orale et non organisée qui devient un facteur supplémentaire de désorganisation, notamment sur l’activité gestion de stocks sur laquelle l’ensemble du personnel intervient…


Par ailleurs, un déficit de communication direct avec la Direction autour des situations quotidiennes de travail, ayant des effets sur l’implication et la motivation des salariés.


Enfin, une quasi absence de communication de la Direction envers les salariés quant aux grands projets de l’officine, notamment le déménagement imminent, pouvant générer des inquiétudes, un sentiment d’insécurité et des résistances accrues au changement.

Sur ce champ, la principale préconisation a été d’amener le gérant à prendre conscience de la nécessité de sortir de logiques descendantes pour aller vers des logiques ascendantes, prenant en compte la réalité du travail, en amont, remontées par les salariés…

Avec quels effets ?  

Quelques mois plus tard, dans une nouvelle officine, un certain nombre d’actions ont pu être mis en place, notamment :

• redéfinition des postes de chacun,

• recrutement d’un pharmacien supplémentaire,

• réorganisation du temps de travail,

• recours à un prestataire extérieur pour identifier l’ensemble des besoins en formation au regard des projets de la structure et des attentes des salariés et mettre en place un plan de formation triennal,

• mise en place d’un tableau de communication (notes, plannings…) dans la salle du personnel (inexistante dans l’ancienne officine),

•  prise en compte d’un grand nombre de préconisations relatives à l’équipement et l’aménagement : installation d’un automate, ventilation…


Si la communication est présentée comme étant toujours difficile au sein de l’officine, il convient de souligner que le bilan réalisé à froid a été réalisé en concertation avec les salariés et qu’eux-mêmes sont de force de nouvelles propositions, adaptées à leur réalité dans cette nouvelle officine ; notamment l’émergence d’une représentation du personnel…

Méthodes et outils associés

1
2
3
gamme travail & réalités

Depuis plusieurs années, nous développons une gamme de jeux pédagogiques, intitulée "Travail & Réalités".

outils travail

Le réseau Anact-Aract propose différents outils et services destinés à ceux qui s'engagent dans des projets d'amélioration des conditions de travai

Publiées dans un supplément au n°345 de la revue Travail et changement, ces 12 propositions sont autant de voies d’amélioration du fonctionnement d

close