Vous êtes ici

Observatoire national des conditions de travail du Crédit Agricole : un nouvel espace d'innovations sociales

La Fédération nationale du Crédit Agricole a créé, en collaboration avec l’Anact, un Observatoire national paritaire des conditions de travail. Le dossier « Concevoir différemment le travail » présenté sur le site du Crédit Agricole met en lumière plusieurs actions régionales initiées par ce nouvel espace d'innovations sociales.

Les transformations liées aux TIC, aux contraintes réglementaires et aux enjeux de compétitivité et de performance entraînent, de fait, des changements organisationnels impactant les conditions de travail des salariés. Les banques n’échappent pas à la règle, leurs métiers se trouvent aujourd’hui en pleine mutation. Plutôt que de subir les conséquences de ces transformations, la Fédération nationale du Crédit Agricole a choisi de réfléchir en amont sur l’évolution du travail et de ses conditions d’exercice. 

Un Observatoire national des conditions de travail

L’accord de branche signé le 15 février 2011, s'applique dans les 39 caisses régionales du Crédit Agricole, qui emploient 76 000 salariés. 

La négociation a été précédée d'une phase de diagnostic, réalisée à la fin de l'année 2008, avec l'aide de l'Anact. À l’origine de la création de l’Observatoire, l’accord a aidé à définir son champ d’action et d’intervention auprès des caisses régionales du Crédit Agricole. Ses travaux ont pour objectif d’être « déclinés et prolongés par des plans d'action concrets », discutés avec les instances représentatives du personnel. Ils concernent 7 thématiques :


  1. l’organisation du travail et les changements d'organisation;
  2. le système d'information ;
  3. le sens du travail ;
  4. la réalisation dans le travail ;
  5. le management du travail ;
  6. la préparation des managers ;
  7. l’association des partenaires sociaux.

L’Observatoire est missionné pour impulser une dynamique d’innovation sociale en matière d’amélioration des conditions de travail dans un cadre paritaire. Les délégués des organisations syndicales et patronales sont invités à construire ensemble de la méthodologie, des outils et des actions menées à titre expérimental, dans quelques caisses dans un premier temps, avant un éventuel déploiement national. Ils s’expriment sur leur collaboration dans une vidéo disponible sur le site creditagricole.info.

En parallèle, un Laboratoire des usages a été créé afin d’étudier les incidences des évolutions technologiques sur les activités de travail dans les caisses régionales. Un changement important est en effet envisagé avec la mise en œuvre d’un nouveau système d’information au niveau national.

Le dossier en ligne sur creditagricole.info relate trois expérimentions initiées par l’Observatoire des conditions de travail.

Parler du travail bien fait

La caisse régionale Loire Haute-Loire a mis en place un cadre de réflexion autour de la notion de « travail bien fait ». L’objectif est d’inciter les managers et leurs collaborateurs à réfléchir ensemble sur cette question afin d’améliorer conjointement la qualité de vie au travail des salariés, la performance de l’entreprise et la satisfaction client. Des rencontres régulières sont organisées à cet effet afin d’identifier les difficultés qui empêchent de bien faire son travail et d’envisager des solutions satisfaisant l’ensemble des acteurs de l’entreprise.

Un Diagphoto pour analyser le travail

Une autre expérimentation à partir d’un Diagphoto a été menée par le Crédit Agricole d’Aquitaine. Cet outil fait partie d’une méthode d’analyse du travail proposée par l’Anact. Il consiste à utiliser la photo comme support de dialogue sur le travail réel. Il s’agit là aussi de créer un nouvel espace d’échanges sur le travail et les conditions de son exercice. La démarche est en cours de déploiement dans d’autres régions.

Accompagner le changement

À l’occasion de la conception de nouveaux locaux et de la mise en place d’un système de dématérialisation, les caisses régionales Atlantique-Vendée et Normandie ont travaillé ensemble afin d’anticiper au mieux ces changements organisationnels, souvent générateurs de stress pour les salariés. L’Aract Basse-Normandie est venue soutenir ce projet. Une équipe d’ergonomes a, dans un premier temps, étudié l’activité de travail qui a ensuite été simulée en 3D. Ces travaux ont permis la conception de mobilier de bureau sur-mesure, adapté au travail réel des salariés.

L’Observatoire national des conditions de travail a tenu ses premières assises en février 2014. Fort du succès des ces expérimentations, la FNCA envisage leur déploiement au niveau national. L’Observatoire travaille déjà à de nouveaux projets d’innovation sociale.

close