Vous êtes ici

Lien entre TMS et RPS : où en est la recherche ?

Bloc des outils de page

Envoyer la page par email

Ajouter à ma liste de lecture

Dans une présentation d'une vingtaine de minutes lors de la 7ème Semaine de la qualité de vie au travail, Agnès Aublet-Cuvelier, chercheuse à l'INRS, fait le point sur l'état de la connaissance à propos des relations entre les troubles musculosquelettiques et les risques psychosociaux.

La médiatisation récente du thème du stress d'origine professionnel conduit à explorer son interaction avec la prévention des troubles musculosquelettiques (TMS). 

Ainsi, le 3ème congrès francophone sur les troubles musculosquelettiques, organisé les 26 & 27 mai 2011 à Grenoble, portera sur les liens entre TMS et risques psychosociaux (RPS).

En 2010, à l'occasion de l'édition 2010 de la Semaine de la qualité de vie au travail, la responsable du laboratoire de bio-mécanique et d'ergonomie de l'INRS avait fait une synthèse des travaux menés sur ce sujet.

Dans son exposé, elle revient d'abord sur les pathologies, les facteurs de risque, les déterminants organisationnels, et le modèle de survenue identifiés à propos des TMS.

Le même exercice est réalisé en ce qui concerne les risques psychosociaux. Les principaux modèles d'évaluation et les facteurs de risques identifiés à ce jour sont passés en revue.

Agnès Aublet-Cuvelier explique ensuite que les relations entre les deux phénomènes sont complexes. D'un point de vue épidémiologique, des études longitudinales prospectives ont confirmé l'influence des facteurs psychosociaux sur la survenue et la chronicité des TMS. 

Sur un versant physiopathologique, des travaux ont démontré l'effet des facteurs psychosociaux sur la cicatrisation, ou encore validé l'hypothèse des fibres de Cendrillon. 

Après ce tour d'horizon des relations entre TMS et RPS, la chercheuse présente les trois axes maintenant identifiés en matière de prévention :

  • la nécessité de prendre en compte les facteurs de risques dans leur globalité, compte-tenu des interactions entre les facteurs de risque ;
  • la nécessité d'une approche pluri-professionnelle ;
  • l'intérêt de démarche d'intervention intégrant tous les niveaux de prévention.

Elle conclue en mettant en garde contre une dérive possible, qui verrait les TMS considérés uniquement comme une conséquence des facteurs psychosociaux, et occulterait ainsi les facteurs bio-mécaniques.

Agnès Aublet-Cuvelier intervenait lors du forum national de la 7ème Semaine de la Qualité de Vie au Travail (SQVT), organisée par l'ANACT en 2010 sur le thème des troublemusculosquelettiques.

 

La présentation d'Agnès Aublet-Cuvelier

Accès au site de la SQVT 2011 | Site de l'INRS |