Vous êtes ici

recensions d’ouvrages

Ajouter à ma liste de lecture

L'esprit malin du capitalisme

Ce dernier essai de Pierre-Yves Gomez, professeur en sciences de gestion à l’École de Management de Lyon, est consacré au capitalisme spéculatif. Le stade ultime de l’histoire de ce capitalisme spéculatif n’est certainement pas encore écrit mais cet ouvrage permet d’en éclairer certains aspects. Il possède l’avantage d’éclairer la trame récente de l’évolution de cette formation socio-économique.

Penser le travail pour penser l'entreprise

À l’occasion d’une recension récente (Parlier, 2017), nous faisions valoir, en reprenant des propos de Dominique Lhuillier, que l’analyse de l’activité de travail devait « s’étendre aux différents niveaux de l’organisation et entre ces niveaux, ce qui suppose d’intégrer à la démarche une perspective globale impliquant les différents métiers et positionnements hiérarchiques contribuant au travail d’organisation » (Lhuillier, 2016).

La participation en actes. Entreprise, ville, association

Dans cet ouvrage, Julien Charles, chargé de recherches au Fonds national de la recherche scientifique en Belgique, s’interroge sur la manière dont l’impératif de participation peut se montrer éprouvant pour les participants. Ce faisant, il prend à contrepied les approches traditionnelles de la question qui assortissent celles-ci soit à une utopie impossible, soit à un remède valable en toute circonstance. Ce n’est pas parce que l’auteur refuse cette notion.

L'activité en théories, regards croisés sur le travail

Comprendre le travail pour le transformer a longtemps constitué tout à la fois le credo, l’ambition et la mission de l’Agence nationale pour l’amélioration des conditions de travail. Comprendre le travail, c’est prendre en compte cet écart et porter plus particulièrement attention à l’activité de travail car, comme l’a rappelé François Hubaut, l’analyse de celle-ci permet de comprendre en quoi « travailler, c’est gérer des situations encore indéterminées quant à leur issue possible en termes de fiabilité, qualité, sécurité » (1995, p.

Le travail passionné. L'engagement artistique, sportif ou politique

Le « travail passionné » fait référence à un engagement fort et personnel qui dépasserait l’intérêt, la motivation, le plaisir, pour concerner éventuellement toutes les activités et tous les métiers. Convenons d’emblée que celui-ci n’est pas réservé aux métiers artistiques, ni même aux métiers prestigieux. Même si les auteurs s’en défendent, c’est peut-être le seul reproche que l’on peut faire à cet ouvrage collectif. Son sous-titre « L’engagement artistique, militant, sportif » pourrait le laisser entendre.

Quel management pour concilier performances et bien-être au travail ?

Les champs de l’économique et du social ne sont pas spontanément compatibles et leur articulation procède toujours d’une intention délibérée requérant habileté et détermination. Il est généralement reconnu que c’est « l’économique » qui prend le pas sur le « social » au nom de l’efficacité productive et d’une pensée dominante selon laquelle la seule raison d’être d’une entreprise serait d’accroître le profit de ses actionnaires1.

Découvrez 15 réalisations du réseau Anact-Aract sur ce sujet.
Notre sélection des ouvrages "travail" de l'année 2020 Article - 05/01/2021 Notre sélection des ouvrages "travail" de l'année 2020
close