Vous êtes ici

droit à la déconnexion

Bloc des outils de page

Envoyer la page par email

Ajouter à ma liste de lecture

Le monde du travail à l'épreuve d'un coronavirus : Analyses et réflexions

Entre mars et juin 2020, une grande partie de l’activité en France s’est arrêtée. Un confinement presque généralisé a été décrété. Cet événement demande à être pensé et analysé. C’est l’ambition de ce numéro de La Revue des conditions de travail que d’explorer un certain nombre de conséquences et d’expectatives pour la santé et le travail. Il importait de réfléchir à cette crise et d’en proposer une première analyse.

Coronavirus : télétravail, management à distance et régulation de la charge

Les trois dimensions de la charge de travail

Pour analyser la charge de travail, l’Anact propose un modèle qui articule trois dimensions :

1. La charge de travail prescrite

Elle correspond à ce qu’il est demandé de faire : ce sont les objectifs, les tâches et missions confiées, les activités prévues ainsi que les normes et procédures qui s’appliquent.

Regards sur... le droit à la déconnexion

Le droit à la déconnexion pour les salariés dans l’utilisation des outils numériques sera effectif à compter de 2018. C’est ce que prévoit le projet de loi sur de « nouvelles libertés et de nouvelles protections pour les entreprises et les actifs » porté par la ministre du Travail, de l’Emploi, de la Formation professionnelle et du Dialogue social qui doit être présenté en Conseil des ministres le 24 mars 2016.

Pour un droit à la déconnexion du travail

Marie Domper, journaliste à la rédaction de Sud Radio définit la déconnexion comme « le fait de séparer sa vie privée de sa vie professionnelle » et « de prendre l’habitude de ne travailler que lorsque l’on est au travail ». Si cette dernière règle peut sembler évidente de prime à bord, elle se révèle difficile à appliquer par la suite. En effet à l’ère du « tout connecté », de nombreux foyers sont équipés d’un ordinateur, d’un Smartphone ou d’une tablette, voire des trois.

close