• Compétences et parcours professionnel

    Management

  • Centre-Val de Loire

    Hauts-de-France

Montée en compétences : le rôle clé du travail

Au-delà de la formation classique, l’environnement de travail peut offrir des opportunités d’apprentissage. Retour avec Fabienne Caser, pilote du projet sur les enseignements d'une étude menée dans 8 structures, en réponse à un appel à projet lancé par France Stratégie en 2021.

Actualité - Publié le 03 octobre 2023 - Modifié le 05 avril 2024

Image
Montée en compétences : le rôle clé du travail

Quelles sont les caractéristiques des entreprises étudiées ?

Nous nous sommes intéressés à des structures dans lesquelles au-delà de la formation classique, l’environnement de travail dans son ensemble offre des opportunités d’apprentissage : le contenu de l’activité, l'organisation du travail, les modes de management et des coopérations entre les salariés. Prenons l’exemple d’une entreprise de nettoyage qui a participé à notre étude. Elle recrute du personnel non qualifié et le forme en interne au plus près des situations de travail. Les missions des salariés incluent la gestion des approvisionnements et la communication avec le client. Dès le départ, la direction s’attache à leur donner toutes les informations utiles pour agir en connaissance de cause au quotidien. Quand il y a des nouveaux marchés, elle recueille leur avis pour ajuster au mieux l’offre aux caractéristiques des locaux à entretenir et du client. Autrement dit, dans ce cas, c’est important que les salariés et les collectifs de travail montent en compétences, mais c’est aussi intéressant de voir que l’entreprise sait se saisir des apprentissages réalisés sur le terrain pour en tirer des enseignements sur son fonctionnement, voire sur sa stratégie. C’est en ce sens qu’on pourrait parler « d’entreprise apprenante ».

Qu’est-ce que nous apprend cette étude ?

Notamment que le chemin pour construire des environnements de travail favorables aux apprentissages n’est pas le même d’une structure à l’autre. Certaines TPE-PME fonctionnent d’emblée selon ce principe, d’autres s’inscrivent dans cette logique de manière progressive, sous l’impulsion du dirigeant ou de la dirigeante et sans que cela soit perçu comme un changement par les acteurs concernés. Ailleurs, cela va s’installer de façon plus disruptive, pour faire face à des évolutions du contexte auxquelles il n’est pas possible de répondre par des solutions plus classiques.

Quel que soit le chemin, à la base il y a toujours des enjeux économiques (difficultés de recrutement et problèmes d’attractivité des métiers et/ou des territoires, évolution de l’offre de service et/ou des exigences des clients, pouvoirs publics ou financeurs) et sociaux (climat social dégradé, turnover). Le profil, le parcours et les valeurs du dirigeant ont aussi une influence particulièrement déterminante.

Autre enseignement : pour que des organisations dans lesquelles le rythme d’apprentissage et le niveau d’autonomie demandés aux salariés sont élevés soient synonymes de bonnes conditions de travail, l’évolution du rôle des salariés doit être co-construite et leur montée en compétences accompagnée. Le soutien à la direction et à l’encadrement, dont le rôle évolue vers plus de délégation, n’est pas non plus à négliger.

Pourquoi l’Anact s’intéresse-t-elle à ce sujet ?

Le lien entre travail, organisation et compétences est un sujet auquel l’Anact s’intéresse de longue date : les « démarches compétences », les liens entre développement des organisations et professionnalisation des salariés, la transmission des savoirs d’expérience, et plus récemment les Actions de formation en situation de travail (Afest).

Nous voulions comprendre pourquoi et comment des TPE-PME choisissent de s’engager dans des démarches articulant développement des compétences et des organisations. Nous faisions l’hypothèse que ces entreprises peuvent être des terrains propices pour ce type démarche du fait de la proximité du dirigeant aux équipes et au travail, de l’attention portée à l’impact des formations sur la performance économique. Nous voulions aussi interroger les effets sur les conditions de travail et le rôle des partenaires sociaux.

Fruit d’une analyse de terrain menée en 2021-2022 pour le compte de France Stratégie et du Réseau Emploi Compétences (le REC) le rapport d'analyse et les monographies visent à éclairer les acteurs publics du champ de l’emploi, de la formation et de l’orientation professionnelle.

Ce travail d’analyse transversale a été mené par des chargés de mission de l’Anact (et de ses délégations régionales en Centre Val-de-Loire et Hauts-de-France) dans huit entreprises qui composent un échantillon varié, tant au niveau de leurs tailles (de 3 à 240 salariés) que de leur secteur d’activité (conseil, hôtellerie-restauration, métallurgie-chaudronnerie, médico-social, mission locale, entreprise à but d’emploi (insertion), aide à domicile, nettoyage).