• Égalité professionnelle

  • Témoignages

    Côté entreprises

  • Pays de la Loire

Mobidys, une référence sur l'inclusion et dans la lutte contre les discriminations en Pays de la Loire

Mobidys, startup nantaise spécialisée dans la santé, le numérique et l'édition, s'impose comme une référence en matière d'inclusion et de lutte contre les discriminations.

Actualité - Publié le 07 mars 2024 - Modifié le 03 juin 2024

Inclusion au sens large

Mobidys est né de l’association de 3 domaines d’activités de ses fondateurs et fondatrices : la santé, le numérique et l’édition.

Depuis son lancement en 2015, cette startup nantaise développe l’offre de livres accessibles au public ayant des troubles spécifiques du langage et des apprentissages (les troubles DYS). Pour cela, elle s’appuie sur SONDO, une bibliothèque numérique avec plus de 600 titres et utilisée dans de nombreux établissements scolaires et bibliothèques de collectivité.

L’objectif ? « C’est permettre aux élèves de lire les mêmes livres que leurs camarades pour suivre le programme mais aussi les dernières sorties » précise Faustine Tillard, chargée du développement et des partenariats. Ainsi, on y retrouve les manuels scolaires mais également des ouvrages contemporains et des classiques en prenant en compte les suggestions des enseignants.

« On a aussi une veille sur les prix littéraires jeunesses pour amener des choses contemporaines et aussi de proposer des livres qui sont dans des jurys dans les écoles. Les enfants qui n’auraient pas pu participer normalement peuvent y participer et être inclus dans la démarche de l’établissement. » ajoute Estelle Da Eira Rousseau, responsable du déploiement et de l’impact chez Mobidys.

Ces ouvrages sont déclinés dans un format breveté, le FROG, permettant une diversité d’options adaptées aux besoins de chaque lecteur (changement de police, couleurs, mise en avant des syllabes, soutien audio…). « Ce qui est réalisé par FROG, ce n’est pas des modifications ou de la simplification du contenu, ce sont des aménagements, on conserve le texte ».

URL de Remote Video

« Un biais évident »

Mobidys est organisé en 3 pôles avec la production, le commercial et une équipe innovation pour assurer le lien avec les universités, la recherche scientifique et faire évoluer les outils proposés via le FROG. Elle peut compter sur 23 collaborateurs dont 4 personnes en Amérique du Nord et en Espagne.

Mobidys est une entreprise Solidaire d’Utilité Sociale et à Mission, et poursuit une recherche d’impact social significatif et positif. Pour Faustine Tillard, « Il y a eu plein de petites idées qui commençaient à germer à droite à gauche et l’idée était de les structurer un petit peu et en commençant par une forme de bilan pour prioriser. ». En ce sens, et malgré un effectif total réduit, la structure s’est dotée d’un comité RSE qui porte des sujets comme la labellisation B Corp, un bilan carbone, une charte sur les raisons d’être de l’entreprise. Une charte parentalité est également en construction.

Mais l’entreprise n’a pas attendu cette charte pour proposer un allongement de la durée du congé paternité. Depuis le 1er juin 2022, elle propose à ses salariés jusqu’à 10 semaines de congé paternité après la naissance d’un enfant, l’équivalent du congé maternité après l’accouchement. Cette proposition, avancée par la directrice, a été soumise à la discussion auprès des équipes puis validée, une avancée inédite pour une entreprise française.

Ce n’est qu’en 2002 que la France a instauré un congé paternité facultatif de onze jours. Cette mesure visait à améliorer la répartition des responsabilités familiales et à favoriser l’égalité des sexes sur le plan professionnel. Cette avancée est survenue presque cent ans après l’établissement du congé maternité en 1909.

Cependant, en 2021, une étude de la direction statistique du ministère de la Santé (1) relève que 71 % des pères éligibles à un congé paternité y ont eu recours, contre 68 % en 2013. Les freins au recours du congé paternité étant l’instabilité professionnels (contrats court), le statut d’indépendant et la méconnaissance de la loi mais surtout l’appréhension de conséquences négatives sur la carrière (le recours au congé de paternité est 3 fois plus faible chez les pères ayant moins d’un an d’ancienneté par rapport à ceux qui occupent leur poste depuis 2 ans ou plus selon le Centre d’études et de recherches sur les qualifications (2).

Depuis le 1er juillet 2021, le congé du second parent est passé de 11 à 28 jours contre 7 mois en Finlande ou 16 semaines en Espagne.

En allongeant la durée du congé paternité de 6 semaines pour ses salariés, Mobidys entend lutter contre la discrimination à l’embauche. Il est fréquent qu’une femme en âge d’avoir des enfants soit sujette à une discrimination, « c’est un biais évident » pour Faustine et Estelle. Avec ces 10 semaines, ce n’est plus un enjeu, et la question d’une absence pour l’arrivée d’un enfant concerne autant les hommes que les femmes. En plus de cette prévention des discriminations, rappelons que le congé parental contribue à l’égalité professionnelle femme homme par :

  • Le Partage des responsabilités : le congé parental encourage les hommes à assumer un rôle actif dans les soins aux enfants, allégeant la charge des femmes pour les tâches domestiques et parentales.
  • Réduction des écarts salariaux : le congé parental pour les parents réduit les interruptions de carrière et contribue ainsi à réduire les écarts salariaux de genre.
  • Évolution des normes : en impliquant les hommes dans la parentalité, le congé parental remet en question les stéréotypes de genre et favorise une répartition plus équitable des rôles.
  • Culture d’entreprise inclusive : en favorisant l’inclusion, la satisfaction des salariés et la diversité.

 

« Concernant l’impact économique, il est assez clair, c’est 6 semaines de salaire brut (donc dépend de la rémunération de l’employé). L’investissement n’est pas négligeable mais pas handicapant pour une entreprise. Donc c’est quelque chose qui devrait pouvoir se dupliquer dans d’autres entreprises et même au niveau national » constate Faustine.

 

 

(1) Premiers jours de l’enfant : un temps de plus en plus sanctuarisé par les pères via le congé de paternité. (2023). Etude et Résultat, N°1275.

(2) Quels freins limitent encore le recours au congé de paternité chez les jeunes pères ? (2022). Céreq Bref, N°419.