Vous êtes ici

Mixité professionnelle : faciliter l'accès au travail et gérer les parcours de tous…

Cas entreprise Mecabourg

A propos

Secteur d'activité
Effectif
Il est des secteurs d'activité où la répartition sexuée de la population sur des postes de production s'est faite historiquement sur la base de certains critères désormais révolus. L'homme a priori "fort" était "naturellement" affecté à des activités physiques requérant endurance et force, cependant que les femmes étaient dirigées sur des postes dits "doux" et perçus comme moins physiques et moins pénibles. Or, avec l'évolution technique des machines-outils et des organisations de travail, avec l'accès de tous aux diverses formations nécessaires pour le développement économique, les femmes sont de plus en plus présentes dans tous les registres de l'activité de production en entreprise. Leurs compétences et savoir-faire sont aujourd'hui des atouts pour les structures qui les emploient. Et même si des freins, souvent dus à la pesanteur des représentations, existent encore ici ou là, des responsables d'entreprises ont pris le parti — et c'est le cas pour l'expérience décrite ci-après — de traduire dans leur organisation la mixité professionnelle… Un pari gagnant !

Ajouter à ma liste de lecture

Qui ? 

Avec ses 59 salariés, cette entreprise de la région Aquitaine fait partie d’un groupe national recouvrant des activités de la filière bois. Sur ce site industriel, l’Aract Aquitaine a pointé les atouts de la mixité professionnelle en la mettant en lien avec les conditions de travail et l’organisation, ceci à travers les missions du CHSCT.

Quel était le problème à régler ?  

Ce site industriel a initié une mixité professionnelle alors que dans ce secteur en première transformation du bois, les postes de production en scierie sont en général tenus par des hommes et les femmes sont sur des postes de tri qualitatif du produit. Cette répartition est la plupart du temps justifiée par la pénibilité physique des postes et les présupposés sur la capacité physique des hommes (postes de travail avec de la manutention).

Qu’ont-ils fait ?  

L’action a permis de démontrer que la réalité des sollicitations aux postes ne justifie pas cette répartition du travail, et que modifier cette répartition est source d’innovation pour maintenir la performance de l’entreprise voire la développer.

Le directeur d’entreprise, innovant sur les plans technique et organisationnel, a impulsé et porté cette initiative pour pallier des difficultés de recrutement et de turn-over. Il introduit une mixité professionnelle sur les postes d’opérateurs en production.

Ces postes avec de la manutention sont attribués à des opérateurs (hommes et femmes) sans qualification particulière à l’embauche. À partir d'une formation au poste et sur la base d’une gestion par compétence, ces opérateurs ont été qualifiés sur des postes de conduite de ligne.

L’analyse et l’état des lieux de cette mixité ont été faits à partir d’observations du travail sur le terrain et d’entretiens avec les différents personnels de l’entreprise (opérateurs, chef d’équipe, responsable de service) ainsi que les membres élus du CHSCT. L’Aract Aquitaine a croisé les données et informations relevant de différents domaines (santé au travail, gestion des ressources humaines) avec le médecin du travail et le directeur des ressources humaines.

Le premier travail a consisté à lire et interpréter les données de population fournies par l’entreprise, à faire un état des lieux de la répartition du travail, à caractériser les liens entre métier réservé, affectation différenciée et genre.


Un accompagnement du CHSCT (président et membre élus) a permis de faire le point sur sa pratique et ses connaissances par rapport aux différences de conditions de travail, d’exposition aux risques professionnels, de perception du risque, de pratique de prévention de la santé.

La direction et le CHSCT ont une dynamique autour des aménagements techniques et des équipements industriels pour diminuer la pénibilité physique à ces postes.

En parallèle, la mise en place d’une organisation du travail par rotation entre les postes avec manutention et les postes de conduite de ligne, a permis de maintenir les qualifications existantes et de monter en compétences les nouveaux opérateurs. De ce fait les femmes, comme les hommes, se sont insérées dans l’organisation existante sans difficulté.

Pour quels effets ?  

Cette action a permis de développer la réflexion de l’entreprise et du CHSCT sur les liens entre les conditions de travail et l’accès au poste de tous les opérateurs: femmes, hommes, jeunes, séniors, personnes avec restriction d’aptitude.

L’introduction de ce thème de la mixité a permis d’aborder les problèmes de maintien dans l’emploi, de gestion des âges, de formation au poste et, de manière plus globale, de pénibilité et de parcours professionnels. Cette dynamique tant au niveau de l’entreprise (direction, ressources humaines) qu’au niveau des élus du CHSCT favorise la construction de la performance et du développement par la gestion de l’outil de travail technique et de la ressource humaine. Cette réflexion sur la performance n’est pas contrainte par les obligations légales (pénibilité, égalité professionnelle) mais dynamisée par l’introduction de la mixité professionnelle.

Aucune plainte ni problématique spécifique liée au genre n’a été identifiée par l’entreprise et les élus du CHSCT. La lecture de cette mixité a permis de mettre en avant les éléments facilitant l’accès de tous à des postes de travail sollicitant physiquement.

close