Vous êtes ici

Mesurer et suivre l'absentéisme

Bloc des outils de page

Envoyer la page par email

Ajouter à ma liste de lecture

Le premier enjeu d'une démarche de réduction de l'absentéisme est de compter les absents, de connaître la situation pour les différentes unités de travail de l’entreprise et de suivre l’évolution dans le temps de l’absentéisme.

Pour cela, il est important de définir ce que l’on veut mesurer car toute absence n’est pas de l’absentéisme. Ensuite, pour pouvoir disposer d’un indicateur d’alerte fiable et valide dans le temps, il est préférable de s’en tenir à cette définition.

Définir ce que l'on va mesurer

Certaines absences ne sont pas de l’absentéisme, et il est moins pertinent de se focaliser sur celles-ci (les congés de formation ou de maternité, par exemple) que sur d’autres, plus significatives pour l’entreprise (les accidents et les maladies professionnelles, l’absence ordinaire et répétitive, etc.).

Il convient avant tout d’insister sur les éléments qui peuvent faire l’objet d’une action correctrice ou préventive dans l’entreprise. Les situations sont diverses et l’entreprise doit chercher à mieux connaître ses spécificités pour agir avec efficacité contre l’absentéisme.

Il est donc nécessaire, pour chercher à être le plus précis possible, dans la définition de l’absentéisme, de recourir à une description des principales catégories d’absences, significatives du point de vue des conditions de travail propres à chaque entreprise. C’est un préalable à l’action de dénombrement des absents.

Certaines entreprises enregistrent des taux élevés d’accidents du travail. Dans cette situation, le travail peut comporter des efforts et des risques physiques importants. Une action en ce sens peut s’avérer nécessaire afin de réduire les pénibilités physiques et de réfléchir aux conditions de sécurité du personnel.

Dans d’autres situations, l’absentéisme comporte une part importante d’arrêts courts (maladie) et répétitif. Dans ce cas, les causes de cette situation peuvent être variées : problème de management, mauvaise communication, règles d’absences peut claires, surcharge de travail, incompatibilité entre la vie professionnelle et hors travail.

C’est aussi un choix effectué par les responsables : il faut savoir ce que l’on va exclure et ce qui va être inclus dans le calcul du taux d’absentéisme.

Mesurer

Une fois identifiées les catégories d'absences les plus significatives, le taux d’absentéisme doit être évalué sous la forme d’un rapport entre les effectifs réellement présents (théorique) et les effectifs prévus pour une période déterminée.

Suivre les évolutions d'une année à l'autre

Pour cela, il importe de s’en tenir aux catégories d'absences retenues par l'entreprise au départ de la démarches. Cela permet d'effectuer des comparaisons dans le temps. Cet élément est d’autant plus important qu’il s’agit moins de se comparer aux autres (ce qui est difficile du fait de la diversité des catégories retenues comme significatives par les entreprises), que de procéder à des comparaisons internes : ce qui compte, ce sont les variations dans le temps du taux d’absentéisme.

Un indicateur sert de moyen d’alerte : c’est un témoin qui permet de vérifier l’état de santé de l’entreprise. Un emballement du taux d’absentéisme doit être repéré à temps pour agir. Pour ce faire, dans la mesure du possible, il reste nécessaire de conserver une même méthode d’enregistrement des données au cours du temps. Pour aller plus loin dans l’analyse des données, pour être capable de suivre le phénomène "en temps réel" et définir des actions correctives, il peut être pertinent de mettre au point un tableau de bord de suivi de l’absentéisme. Celui-ci sera plus riche d’enseignements s’il permet des comparaisons d’une année à l’autre, et mieux encore, sur plusieurs années consécutives.

Modèles de tableaux de suivi de l'absentéisme

Tableau de suivi des jours d'absences

Graphique de suivi de l'absentéisme dans le temps

Tableau de suivi
des jours d'absences

Graphique de suivi
de l'absentéisme dans le temps

Au-delà de l’indicateur brut du taux d’absentéisme, l’important consiste à analyser les chiffres, à les faire "parler" en tentant de remonter des symptômes aux causes sous-jacentes à l’absentéisme.
 

close