Vous êtes ici

Mal être au travail : quand les cause conjoncturelles masquent les problèmes d'organisation

Bloc des outils de page

Envoyer la page par email
Cas entreprise Mecabourg

A propos

Référence
670
Catégorie
Secteur d'activité
Code APE
Région
Dans cette entreprise de commercialisation de meubles, l'ambiance de travail se dégrade, et un mal être apparaît notamment chez les commerciaux. Les impacts des fortes exigences du travail et des nombreux changements concomitants qui affectent cette catégorie de salariés sont insuffisamment pris en compte par l’organisation.

Ajouter à ma liste de lecture

Description 

Cette PME d’environ 100 salariés, filiale d’un groupe international, commercialise des meubles de bureaux et connaît des difficultés à la fois économiques (forte baisse d’activité liée à la crise) et sociales.

Demande 

Plusieurs signaux ont alerté la direction et les délégués du personnel :

- la dégradation de l’ambiance de travail qui se manifeste par des conflits inter individuels, des violences verbales, des plaintes ;

- le mal être de certains salariés qui présentent des troubles psychosociaux ;

- le fort turn over au sein de l’équipe commerciale (90 % des commerciaux ont moins de 3 ans d’ancienneté) qui entraîne des pertes de contacts, de savoir faire et de clients.

Démarche 

Pourquoi l'ambiance de travail s'est-elle fortement dégradée ? Comment expliquer le mal-être, et quels sont ses facteurs d'apparitions ? Pour répondre à ces questions, un recueil de données dresse le constat de la situation dans laquelle se trouve l'entreprise et permet de faire ressortir les facteurs de tension que subissent les salariés.

Ce recueil est réalisé à partir d’entretiens avec la direction, les délégués du personnel, le service de santé au travail, ainsi que des entretiens collectifs par métiers : des groupes de 7 personnes maximum, managers et managés étant vus séparément. A cela s'ajoutent des observations de situation de travail.

Au sein d’une partie de la population commerciale, il ressort notamment un sentiment de fort déséquilibre entre les efforts consentis et les récompenses obtenues.

Ce sentiment résulte pour une bonne part d'éléments conjoncturels. Les commerciaux ont vécu une année très éprouvante, avec la pression constante de courir après un objectif de chiffre d’affaires irréaliste.

Avec les moyens et le peu d’ancienneté dont ils disposaient, ils ont fourni des efforts importants et expriment leurs attentes déçues : « On s’est battu , on n’est pas récompensé » ; « La charge de travail et les exigences sont très importantes mais ne sont pas reconnues par la hiérarchie » ; « Le travail du commercial n’est pas valorisé, le produit est censé se vendre tout seul ».

Concrètement, certains commerciaux se sont retrouvés responsables de deux secteurs à la fois pendant plusieurs mois du fait du départ d’un collègue, et les nouveaux embauchés ont souvent pris leur fonction sans passage de témoin.

Mais comment expliquer que le mal être atteint essentiellement les commerciaux, alors que les autres salariés ont également vécu une année difficile ? Au-delà de l’effet conjoncturel de la période de crise, il apparaît que certaines « situations caractéristiques » précises se dégagent qui génèrent du stress ou des conflits et qui relèvent de l’organisation du travail.



Par exemple, les processus de décision et d’annonce des changements de modes de rémunération ne sont pas transparents ; les modalités de coopérations avec le bureau d’études demeurent insuffisantes ; la direction émet des injonctions contradictoires entre la priorité donnée aux tâches administratives qui prennent beaucoup de temps et les objectifs de vente… Point commun à tous ces points : les commerciaux ne sont pas associés aux décisions concernant leur activité.

Bilan 

La démarche a permis d’objectiver les malaises, de remonter aux causes organisationnelles et de construire les bases d’une démarche de prévention des risques psychosociaux.

La question de la participation des commerciaux aux décisions affectant leur activité de travail a été soulevée et pourra être travaillée en groupe avec la direction et l’encadrement de proximité.

Cet élément est primordial dans le processus de reconnaissance et participe bien à l’objectif de performance de l’entreprise qui est de fidéliser ses commerciaux.

Méthodes et outils associés

1
2
Quiz. Décalez vos représentations de l'égalité professionnelle !

Testez vos connaissances et découvrez une grille de lecture des inégalités femmes-hommes au travail et des hypothèses applicables en entreprise.

conciliation des temps

[[{"fid":"5581","view_mode":"default","fields":{"format":"default","field_file_image_alt_text[und][0][value]":"logo FSE projet conciliation des tem

close