Vous êtes ici

« Lumière sur la nuit », le documentaire sur le travail de nuit

Bloc des outils de page

Envoyer la page par email

Ajouter à ma liste de lecture

3,5 millions de Français travaillent de nuit. Infirmiers, astronomes, responsables de station d’autoroute… Le documentariste Frédéric Sauzay est allé à la rencontre de ces salariés. Le documentaire « Lumière sur la nuit » qui donne également la parole à un ergonome et à un médecin, permet de mieux comprendre les conditions de travail en horaires atypiques.

Ce reportage de 55 minutes met en avant des femmes et des hommes travaillant la nuit, certains par choix, d’autres par nécessité. Ils expliquent les avantages et les inconvénients d’un tel emploi du temps sur leur vie quotidienne.

Des salariés plus exposés à des risques d'atteinte à la santé

Un travail sans lumière du jour et un sommeil décalé, des composantes contre-nature pour le corps, non sans conséquences sur la santé des salariés : « Médicalement, il n’y a pas de compromis acceptable. On est en-dehors de la nuit, il y a un rythme chronobiologique. On est fait pour dormir la nuit et travailler le jour » explique Patrick le Tanno, médecin du travail d’Ugitech.

Des risques parfois conscients pour les salariés, comme pour Didier Gravaillon, assistant nuit à l'Observatoire de Haute-Provence (CNRS) qui confie : « De toute manière on sait très bien qu’au niveau de l’espérance de vie, on perd 10 ans par rapport à quelqu’un qui a un travail régulier de jour ».

Problèmes cardiovasculaires accrus, risques de cancers augmentés, troubles psychologiques majorés, à ces risques de santé s’ajoute également une vie sociale et familiale difficile, parfois impossible.

Travail de nuit, les salariés peuvent-ils être autant efficaces la nuit que le jour ?

Entre 2h et 4h du matin, c’est « l’heure du zombie » pour Joël Alizard, responsable nuit d’une station d’autoroute, ou « l’heure du coup de barre » pour Didier Gravaillon. Sophie Prunier Poulmaire, ergonome explique : « Il est très difficile aujourd’hui de penser une organisation du temps de travail, qu’il s’agisse du travail de nuit, d’horaires atypiques, sans se poser la question réelle : mais que font les individus pendant ce temps-là ? Parce que bien sûr le travail de nuit pose des questions de vigilance, d’efficacité et d’efficience»

Travailler la nuit : paroles de salariés

Certains métiers comme l’astronomie par exemple, s’exercent forcément la nuit, comme l'explique Didier Gravaillon : « En astronomie, 99% des observations sont de nuit. C’est comme ça. Je n’ai pas d’emploi de jours ».

Hôpitaux et cliniques ne dérogent également pas à la règle, impossible de laisser les patients livrés à eux-mêmes la nuit. Anne-Sophie Boissenin, infirmière à la clinique du Sommeil au CHU de Besançon témoigne : « ça fait 18 ans que je suis de nuit. C’était un choix par rapport à l’organisation familiale, par rapport aux enfants, pour pouvoir aller à l’école le matin, aller à l’école le soir. Donc ce n’était pas un choix parce que je voulais travailler de nuit et que j’aimais la nuit, je ne connaissais pas, c’était plus par rapport à un rythme familial ».

Pour Joël Alizard, responsable nuit de la station autoroute Aire du Chien Blanc, travailler de nuit présente de nombreux avantages : « Moi j’aime bien la nuit. La journée c’est beaucoup plus violent. Il n’y a pas de contact, il n’y a pas tout ça, la nuit on est tranquille ».

Visionner le documentaire (55') en cliquant sur l'image ci-dessous.

travail-de-nuit

Un film de Frédéric Sauzay. Mécano Productions avec la participation de France Télévisions - France 3 Bourgogne. Avec le soutien de la région Bourgogne, le Centre national de la Cinématographie et de l'image animée, le Ministère du travail, de l'emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social. Avec l'aide de la Commission du film de Bourgogne.

Aller plus loin