Vous êtes ici

Loi senior de 2008 et "approche conditionnelle" des relations entre l'âge, le travail et le vieillissement

Bloc des outils de page

Envoyer la page par email

Ajouter à ma liste de lecture

Visuel - Loi senior de 2008 et "approche conditionnelle" des relations entre l'âge, le travail et le vieillissement
Feuilleter

Les connaissances scientifiques disponibles montrent que les différences entre les salariés s’accroissent avec l’avancée en âge, notamment sous l’effet des conditions de travail auxquelles ils sont ou ont été confrontés. Au regard de l’exposition à certaines tâches, il est possible d’être un ” vieux travailleur ” dès 30 ans, là où certaines n’entraînent cette situation qu’à 50 ans, alors que placé dans des conditions favorables, le processus de vieillissement peut être significativement retardé. Ces connaissances invitent à relativiser le poids de l’âge et à soutenir des politiques d’amélioration des conditions de travail pour tous les âges. Fin 2008, une nouvelle Loi a incité les entreprises françaises à agir en faveur du maintien en emploi d’une catégorie de salariés, les seniors, en faisant référence, pour les désigner, à des seuils précis, 50 ans ou 55 ans. Comment les entreprises ont-elles réagi à cette incitation légale, dans les délais relativement courts qui leur étaient imposés ? Ont-elles mis en place des mesures spécifiques pour cette tranche d’âge, indépendamment des contextes de travail ? Ont-elles élargi le cercle des bénéficiaires pour tenir compte des processus de vieillissement au travail qui affectent plusieurs catégories de salariés ? L’examen de quelques cas d’entreprises montre la diversité de réponses développées par celles-ci, selon leur expérience et leur antériorité dans ce débat, mais aussi selon le type de conduites de projet déployées et le diagnostic qu’elles ont fait du problème.

▶︎ Retour au sommaire du deuxième numéro

close