Vous êtes ici

Les salariés hommes principales victimes des accidents mortels

Bloc des outils de page

Envoyer la page par email

Ajouter à ma liste de lecture

Un rapport de l’InVS montre que les hommes sont quinze fois plus touchés que les femmes par les accidents mortels d’origine professionnelle

Durant la période 2002-2004, le nombre annuel moyen d’accidents mortels liés au travail de travailleurs salariés (accidents du travail et de trajet) enregistrés par les régimes de Sécurité sociale est de 1 330. Ce nombre se répartit en 739 accidents du travail et 591 accidents de trajet. Ces accidents mortels touchent principalement les hommes: 94% des accidents du travail et 78 % des accidents de trajet.

Le taux de mortalité par accident du travail est de 3,3 pour 100 000 salariés. Pour les hommes, le taux s’établit à 6,0. Pour les femmes, il est 15 fois moins élevé : 0,4 pour 100 000. S’agissant des accidents de trajet, le taux de mortalité atteint 2,7 pour 100 000 pour l’ensemble des salariés. Il est trois fois plus élevé chez les hommes que chez les femmes.

Le risque d’accident du travail mortel augmente avec l’âge chez les hommes. Ce phénomène est plus marqué pour les accidents non classés, dont font partie les décès par "malaise" (AVC, infarctus du myocarde...) qui surviennent plus fréquemment chez les salariés de 50 ans et plus. Les plus âgés sont également plus touchés par les chutes de hauteur mortelles et les décès par accident de machine.

Diverses hypothèses sont évoquées : la diminution de la vigilance, de l’équilibre et de la force physique avec l’âge peut favoriser la survenue de l’évènement accidentel dans un contexte où l’intensité du travail a augmenté ces dernières années chez les salariés les plus âgés autant que chez les plus jeunes.

Mécanisme accidentel du décès chez les hommes

La répartition des accidents du travail selon le mécanisme accidentel montre que les accidents impliquant un véhicule, catégorie qui permet d’approcher la notion d’accident de circulation lors de déplacements professionnels, sont les plus nombreux (30 % des accidents du travail). Viennent ensuite les chutes de hauteur (13 %) et les accidents de machine (11 %).

Parmi, les accidents impliquant un véhicule, les voitures et les camions/camionnettes sont majoritaires. À noter qu’une proportion importante d’accidents du travail (28 %) est codée en "accidents non classés".

Les secteurs les plus concernés

Les trois secteurs avec les taux de mortalité par accident du travail les plus élevés sont : l’agriculture-sylviculture-pêche (28 pour 100 000), les transports (14 pour 100 000) et la construction (13 pour 100 000). Les trois secteurs qui génèrent le plus grand nombre d’accidents du travail mortels sont la construction (144 décès), l’industrie (134 décès) et les transports (112 décès).

Malgré la forte proportion d’accidents non caractérisés (accidents non classés), les mécanismes accidentels diffèrent selon le secteur d’activité : chutes de hauteur, accidents de véhicule et de machine dans la construction, accidents de véhicule et de machine dans l’industrie.

Un bilan pour l'ensemble des travailleurs

Lorsque l'InVS élargit son enquête à l'ensemble des travailleurs (incluant les indépendants, dont les exploitants agricoles), le nombre annuel estimé d’accidents mortels d’origine professionnelle sur la même période 2002-2004 se situe dans une fourchette comprise entre 1 478 et 1 640

Chez les hommes, l’accident du travail mortel apparaît en seconde position des risques professionnels, derrière les décès par cancer du poumon attribuables à une exposition professionnelle (dont le nombre estimé pour l’année 1999 se situe entre 2 713 et 6 051), et devant les décès par mésothéliome attribuables à une exposition professionnelle à l’amiante (nombre estimé entre 500 et 580 décès en 2002).

 

Télécharger l'enquête de l'InVS "Les accidents mortels d’origine professionnelle en France"

Vidéo : campagne de prévention canadienne sur le thème de la prévention des accidents