Vous êtes ici

Les enquêtes QVT

Ajouter à ma liste de lecture

Une politique qualité de vie au travail (QVT) ambitieuse peut difficilement se passer d’un outil de mesure des progrès à réaliser. Mais la conception et l’usage des indicateurs ne sont pas choses aisées, l'appui sur les données déjà disponibles dans l’entreprise est un incontournable. Mais il faut généralement y ajouter d’autres indicateurs et d’autres modalités d’investigation. C’est ici qu’apparaît l’enquête.

Les enjeux et actions sur le champ social font de plus en plus l’objet de mesures et d’évaluations, comme si la quantification permettait de leur donner sens et consistance. La qualité de vie au travail (QVT) n’échappe pas à ce mouvement. Mais le surcroît d’objectivité qu’assure la mesure peut parfois faire illusion et ne doit pas masquer l’importance de la délibération sociale y compris sur les usages de la quantification. 

On peut distinguer trois types de mesure de la QVT : la démarche scientifique ou le registre de la preuve, le sondage ou le registre de l’opinion, et enfin l’enquête d’entreprise ou le registre de la convention.

Se placer sur le registre de la convention

Dans le cadre d’une démarche QVT, il s’agit d’être sur le registre de la convention (produire de l’accord entre les acteurs). L’objectif est de faire évoluer les pratiques de l’entreprise et non de faire progresser la science ou de mettre à jour les opinions. D’où quelques remarques et points de vigilances :

  • Soulignons d’abord que mesurer (compter) n’est pas évaluer (juger de la valeur)… Les résultats de la mesure et les écarts constatés doivent toujours être interprétés, pondérés, contextualisés, historicisés, etc. Le sens de la mesure est donné dans le cadre du débat sur le travail, l’organisation, la politique de l’entreprise…
  • Un indicateur et la mesure servent à l’action, à l’apprentissage collectif et au pilotage plutôt qu’au contrôle.
  • La carte n’est pas le territoire : ce que « dit » la mesure ne reflète que très partiellement la complexité du réel. Aux analyses quantitatives doivent s’ajouter des analyses qualitatives, des observations de l’activité de travail, des débats critiques sur l’organisation…
  • L’écheveau des interactions qui conduit de la performance quantitative visée à l’identification des « bonnes pratiques » pour atteindre l’objectif est souvent difficile à démêler. Être d’accord sur les objectifs ne résout pas la question de l’accord sur les moyens de les atteindre. Un même problème constaté peut parfois être résolu de plusieurs manières…

Quel questionnaire choisir ?

Lorsque l'on a choisi de faire appel au questionnaire, trois possibilités s’offrent sur le sujet :

  1. Utiliser un questionnaire préexistant ou standard (ex : le GPS que propose le réseau Anact-Aract) comme « entrée dans le diagnostic ». L’avantage ici est sa facilité d’usage par l’entreprise.
  2. Une deuxième possibilité est la conception d’un questionnaire spécifique à chaque entreprise. Travail relativement lourd mais qui peut convenir à une grande entreprise qui a les moyens (techniques, humains et financiers) ou à une branche.
  3. Une dernière possibilité est de s’appuyer sur la définition de la QVT fournie par l’accord national interprofessionnel (ANI) pour concevoir un questionnaire. On obtient ici un outil à la fois spécifique au contexte mais ancré dans l’ANI. C’est la démarche qui a été utilisée dans le cadre de l’action de branche dans le secteur de l’économie sociale et solidaire (ESS). Ce questionnaire peut aujourd’hui être utilisé tel quel ou adapté (aucun droit d’utilisation).

Un groupe "transversal" pour travailler sur les indicateurs

La définition des indicateurs et le travail d'analyse sur une enquête QVT peuvent être réalisés par un groupe « transversal ». Un groupe composé « d'experts » de différents sites (fonctions, métiers, etc.) et de représentants des salariés (mais qui n’ont pas ici le mandat ou la posture de négociation).

Ce groupe peut prendre la forme d’un « observatoire ». Il doit également avoir les moyens de développer des apprentissages : durée de vie, temps, outils d’enquête et d’expérimentation, …

note: Ressources complémentaires
  • La démarche GPS (outil de management pour mesurer la satisfaction des salariés)
  • Revue Travail & Changement n°334 sur les indicateurs de la qualité de vie au travail
  • Télécharger le questionnaire Chorum sur la qualité de vie au travail dans l'économie sociale et solidaire (PDF)

 

close