Vous êtes ici

Les conditions de travail ont-elles un sexe ? A découvrir dans le n°348 de la revue de l'Anact

Bloc des outils de page

Envoyer la page par email

Ajouter à ma liste de lecture

Le numéro de mars-avril de Travail & Changement, le bimestriel du Réseau Anact, est paru. Disponible en feuilletage ou en téléchargement, il prolonge un numéro précédant qui explorait dès 2009 l’égalité professionnelle sous l’angle des conditions de travail.

Ce deuxième volet confirme le constat initial : les femmes sont bien moins loties. Aujourd’hui, l’analyse comparée des conditions de travail permet d’évaluer finement les situations, sans oublier d’impliquer les hommes.

A l'heure où l'égalité professionnelle est un des sujets de la négociation "qualité de vie au travail", de nombreux nouveaux témoignages (Brigitte Grésy de l'Igas, Muriel Pénicaud, DRH de Danone, ou encore Pascal Guénel de l'Inserm, entre autres), viennent compléter la feuille de route détaillée par la Ministre des Droits des femmes, Nadjat Vallaud-Belkacem. Toujours dans ce numéro de Travail et Changement, les partenaires sociaux réagissent et des exemples significatifs d'entreprises complètent la démonstration.

 

Feuilleter le n°348

 

Le sommaire

ARGUMENTS

Sophie Mandelbaum (CFDT)
Geneviève Bel (CGPME)
Ghyslaine Richard (CGT)

Najat Vallaud-Belkacem (ministre des Droits des femmes)
Brigitte Grésy (IGAS)

Pascal Guénel (Inserm)

Muriel Pénicaud (Danone)

Pascale Gagnon (ministère de la Santé et

des services sociaux du Québec) Emmanuelle Boussard-Verrecchia (avocate)

François Dubet (sociologue)


CÔTÉ ENTREPRISES

Collectivité locale
Grand ménage sur les horaires décalés

Industrie
La mixité version papier Grande distribution
Égalité et pénibilité en tête de gondole

Territoire
Guadeloupe : des îles au masculin?

 

 

L'édito

Par Hervé Lanouzière, directeur général de l’Anact

Les inégalités professionnelles entre les femmes et les hommes existent elles aussi en matière de santé et de conditions de travail ? C’est ce que constate le Réseau Anact en « chaussant les lunettes du genre » en entreprise : rigidité de la répartition sexuée des emplois, tensions liées aux temps de travail, risques non visibles, pénibilités, violences sexistes, déficit de parcours et de reconnaissance...

Pourtant, ce sont des problèmes de santé ou de mal-être qui font émerger ces questions très enfouies du genre. Ce sont autant les stéréotypes de sexe que les conditions de travail, notamment certaines contraintes horaires et de déplacement, qui empêchent nombre de femmes – mais aussi d’hommes – d’accéder à certains postes.

Il ne s’agit pas de promouvoir la mixité à tout prix mais de faire un constat argumenté. Améliorer la situation des femmes dans les secteurs à prédominance féminine en misant sur l’organisation ou agir sur la charge de travail pour permettre aux pères de s’investir dans leurs responsabilités familiales, c’est créer des conditions de travail favorables à l’évolution des mentalités. L’égalité d’accès à de bonnes conditions de travail et de vie pour toutes et tous : voilà ce à quoi les négociations contemporaines peuvent œuvrer.

Pour aller plus loin

- Télécharger le numéro 348 de Travail et changement
- Tous les numéros de Travail et changement, la revue de l'Anact