Vous êtes ici

Les conditions de travail dans les TPE/PME : comment mobiliser et innover ?

Bloc des outils de page

Envoyer la page par email

Ajouter à ma liste de lecture

Le 5ème numéro de La Revue des conditions de travail propose des pistes d'action pour favoriser les conditions de travail dans les TPE/PME. Chaque contribution interroge ce qui, aujourd’hui, conditionne la qualité du travail et de son environnement dans ces entreprises.

 

revue n°5 conditions de travail TPE/PME

Les TPE/PME représentent en France environ 9 millions d’entreprises. Mais comment approcher leur diversité, favoriser leur développement et soutenir des modes d’interventions efficaces en faveur de l’amélioration des conditions de travail ? Telles sont les questions auxquelles ce numéro apporte des réponses. Au delà du simple constat, les contributions proposées esquissent des pistes d’action.

Les pistes de réflexion de ce numéro appuient le constat qu'il n’y a rien de commun entre un manager d'une grande entreprise et un dirigeant de TPE/PME. Ce dernier combine toutes les fonctions. Son entreprise n'est pas organisée autour de spécialisations fonctionnelles ; il ne dispose pas d'un service ressources humaines ou de gestion dédié. De ce fait, la connaissance et le partage du cadre réglementaire de la santé et de la sécurité au travail restent le plus souvent limités et informels. Son application est donc difficile.

Il paraît donc peu adapté de leur imposer un modèle préétabli qui tendrait à les faire ressembler aux grandes entreprises. Réussir à améliorer les conditions de travail dans les TPE/PME doit donc passer par des modalités qui composent avec les particularités de chaque structure.

Comment le faire ? Comment proposer des offres de conseil adaptées ? L'article de Philippe Trouvé intitulé « Les divers mondes des TPE » propose 5 grandes catégories : patrimoniale, managériale, entrepreneuriale, libéral ou cognitive. Cette grille permet à un intervenant extérieur de rapidement identifier les caractéristiques de l'entreprise et, ainsi, de faciliter la structuration de son offre de conseil.

Pistes d’action pour favoriser les conditions de travail dans les TPE/PME

Développer l'action collective
Pour atteindre ces entreprises, plusieurs contributions illustrent tout l'intérêt de les regrouper dans des actions collectives type cluster au niveau régional. Cette action collective peut se faire sous l’égide d’une branche professionnelle qui entend mobiliser les différentes entreprises pour améliorer la qualité de vie au travail des salariés. Pour rompre leur isolement, les échanges de pratiques sont à favoriser pour plus d’émulation et, de la sorte, structurer les actions. Les entreprises n’attendent pas qu’on leur impose quelque chose mais souhaitent plutôt un accompagnement collectif sur la durée. Certains auteurs qualifient cette modalité d’intervention de « tiers-capacitant ». Dans les faits, un intervenant est choisi pour animer et conduire l’intervention. Celui-ci conçoit son rôle non pas comme celui d'un expert qui vient apporter des solutions toutes faites mais plutôt comme celui d'un tiers qui vient renforcer les capacités d’actions des acteurs. C’est à ceux-ci qu’il incombe de formaliser des propositions d’améliorations à destination des entreprises du secteur.

Organiser des espaces de discussions sur le travail
Ce numéro propose plusieurs exemples d'entreprises qui ont réussi à articuler les objectifs commerciaux avec le déploiement des capacités professionnelles des salariés. Pour cela elles se sont appuyées sur la mise en place d'espaces de discussion qui facilitent l’échange autour du travail réel.

Adapter les démarches de prévention des risques aux spécificités des TPE/PME
Les contributions montrent comment il est possible de mobiliser ces entreprises en leur présentant des démarches et outils construits et déjà déployés dans des structures similaires.

Former les acteurs 
Souvent absente des TPE/PME, la formation est un enjeu essentiel pour améliorer les conditions de travail des salariés. Dans la majorité des cas, il n’y a pas de délégués du personnel élus. Il n'est pas question ici de supprimer l’hétérogénéité du secteur mais de mieux orienter chacun des acteurs. Par exemple, pour une entreprise de 11 à 49 salariés, un dispositif de formation à la prévention des risques professionnels peut être mis en place pour des dirigeants d’entreprise et des délégués syndicaux. 

Définir les conditions favorables à l’appropriation des nouveaux outils numériques par les TPE/PME 
La question du numérique est aussi posée dans l’univers des PME en termes de savoir-faire et de méthodologie. Il est même question de « fracture numérique ».
De quelle façon le numérique peut-il être utilisé dans les petites entreprises ? La diffusion des outils doit tenir compte du fait que les connaissances détenues par les acteurs en TPE/PME sont souvent peu formalisées. Il est important de reconnaître cette situation pour pouvoir définir des conditions favorables à l’appropriation de nouveaux outils par ces entreprises. Construire des outils adaptés à leur usage afin d’assurer la diffusion du numérique est primordial. Une contribution met en avant le cas d'une PME dans l'introduction d'un outil de gestion sur tablette pour mieux transférer et capitaliser les savoir-faire. 

Ce numéro de La Revue des conditions de travail permet de proposer des pistes d'actions pour mobiliser les TPE/PME vers l’amélioration de la qualité de vie au travail malgré leurs spécificités. Il permet d’éclairer le sujet en s’appuyant sur des entretiens, des discussions, et des retours terrains.

Lire la revue des conditions de travail n°5