Vous êtes ici

Le réseau Anact-Aract accompagne 27 projets d’innovation organisationnelle et managériale

Bloc des outils de page

Envoyer la page par email

Ajouter à ma liste de lecture

En février dernier, l’Anact a lancé un appel à projet sur les innovations organisationnelles et managériales. Panorama des projets retenus par la commission d’instruction.  

Les objectifs

Pour rappel, l’objectif de cet appel à projet, soutenu par le Fonds d’amélioration des conditions de travail (FACT), était de soutenir des expérimentations sur le champ de l’organisation du travail et du management, dans la lignée des recommandations portées par l’accord national interprofessionnel du 19 juin 2013 sur la qualité de vie au travail et l’égalité professionnelle

Typologie des candidatures retenues 

Compte tenu du nombre important de dossiers déposés - 78 demandes - la sélection a été importante. 27 dossiers ont été retenus par la commission d’instruction du Fact pour un budget global de 753 000 euros. 
Le sujet de l’innovation organisationnelle et managériale a mobilisé des initiatives territoriales et inter–sectorielles mais n’a eu que peu d’écho auprès des branches professionnelles ou des fédérations nationales. Il est à noter que 9 projets sur 27 sont des actions collectives, sectorielles, territoriales ou nationales (soit 1/3 des dossiers sélectionnés).

Parmi les projets retenus, les actions envisagées s’inscrivent toutes dans une perspective de transformation des modes d’organisation et pratiques de management d’entreprises ou d’associations, confrontées à des enjeux :

  • De croissance et de développement/pérennisation de leur activité
  • Et/ou d’amélioration de la QVT et de développement d’une prévention primaire des risques professionnels
  • Et/ou de renouvellement de leur personnel d’encadrement, cadre dirigeant. 

Les actions territoriales et inter-sectorielles

On retiendra, à titre d’exemple, le projet porté par Opcalia en Normandie qui s’inscrit dans une perspective d’approche globale de la prévention des risques intégrant les dimensions GRH et management. Ou encore, l’action conduite par le Centre des Jeunes Dirigeants de Marseille qui souhaite, à l’issue d’expérimentations en entreprise, produire un livre blanc intitulé « Osons diriger autrement ».

Les actions collectives

Avec une trentaine de structures concernées par des actions collectives (Scopedit, Biocoop,  Recherche-action ESC Clermont, les amis de Supercoop, Andes), les SCOP sont bien représentées.  Ces structures souhaitent agir sur des problématiques de gouvernance, de processus de décision, de développement d’une culture de la coopération... avec des ambitions de capitalisation et de transfert importantes.

Les demandes individuelles

La majorité des dossiers individuels déposés sont des projets d’associations et de TPE familiales. Les dossiers restants ont été déposés par des PME industrielles ou de services appartenant à différents secteurs professionnels.

La nature des projets retenus :

Les démarches envisagées sont plus ou moins guidées par des modèles de référence portés par la direction et/ou importés par des consultants : Entreprise libérée, holacratie, management du travail, Great place to work, servant leadership. Des enseignements seront à tirer sur les conditions de déploiement de ces modèles et leurs effets sur les conditions de travail.

Enfin, quelques tiers-lieux (made in la Boétie, Epicentre cowork, pop coordination) ont proposés, aux coworkers fréquentant ces espaces de travail partagés, de produire des modèles alternatifs en matière de management pour ensuite diffuser le fruit de ces réflexions auprès de leurs réseaux. C’est l’opportunité pour le Fact de soutenir des initiatives innovantes dans un cadre d’action particulier.